La MV Agusta Superveloce, une sportive néo-rétro
Nouveauté 2020

La MV Agusta Superveloce, une sportive néo-rétro

Après une série limitée (Serie Oro) présentée au salon de Milan en novembre 2018, voici la version plus « grand public » de la MV Agusta qui propose une nouvelle esthétique plus arrondie sur base de la sportive F3 800 de la même marque. Sans renoncer à tous ses raffinements techniques.

Elle s’appelle MV Agusta Superveloce, et vous serez pardonnés si vous pensez l’avoir déjà vue. Ce que vous avez vu, en novembre de l’an passé, c’est la MV Agusta Superveloce 800 Serie Oro. Une sportive néo-rétro sur la base technique de la MV F3 800, produite dans le cas de la Serie Oro en très petites quantité. Mais en ce mois de novembre 2019, la marque italienne annonce la production d’une Superveloce pour les masses, sans limitations de série.

La nouvelle MV Agusta Superveloce « Ottocento » est esthétiquement très proche de la Serie Oro (lire notre article). Elle adopte le même semi-carénage très fluide qui entoure le train avant, le même phare rond avec un petit pare-brise intégré, la même ligne remontante mais arrondie vers l’arrière.

Les échappements sont les unités triples que l’on retrouve sur les autres motos à moteur Trepistoni (trois cylindres en ligne) de la maison: Brutale, F3, Dragster… Ils sont doubles, plus fins, plus longs sur la Serie Oro. La Superveloce standard a aussi des jantes classiques, en lieu de celles à rayons de la série limitée. Il n’y a pas non plus de bulle de teinte jaune.

Mais le moteur est le même: un tricylindre avec des soupapes d’admission en titane et un arbre contra-rotatif, qui diminue l’inertie et fait que la machine est très vive à la prise de tours et dans les changements de direction. Il développe juste un peu moins de 150 chevaux (à 13000 tr/min) et provient, on l’a dit, de la F3 800. Il est contrôlé par une électronique de pointe: accélérateur ride-by-wire, modes de pilotage, contrôle de traction déconnectable et ajustable sur 8 niveau, etc. C’est la même qui équipe la Brutale 800 RR Euro 4 (lire notre essai). Avec un quickshifter bidirectionnel efficace.

Superveloce
En « rosso Ago ».

Les suspensions et les freins sont de haute qualité: Brembo monobloc, fourche Showa, mono-amortisseur Sachs, tous deux entièrement ajustables. Le monobras oscillant ne manque pas, comme sur les autres Trepistoni. Et le cadre fait appel à un treillis de tubes d’acier, gage de légèreté et de rigidité. Le poids à sec déclaré est de seulement 173 kg. Bref, c’est une moto qui est sportive dans le vrai sens du terme, et donc l’empattement est minimal (1380 mm), gage d’agilité. La vitesse maximale (toujours déclarée) est de 240 km/h. Le couple est bien sûr plus important que sur une 600, et atteint ici 88 Nm à 10600 tr/min.

Le réservoir contient un peu plus de 16 litres d’essence, ce qui n’est pas mal pour ce type de moto. La consommation annoncée est de 6,4 l/100 km. Et c’est un moteur conforme aux normes Euro 4. Le prix, 20290 francs, est moins haut que celui de la Serie Oro, qui dépasse les 27000 euros.

Photos: DR
Source comm. MV Agusta

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements