Harley-Davidson s’allie à Qianjiang pour produire de petites cylindrées
Industrie motocycliste

Harley-Davidson s’allie à Qianjiang pour produire de petites cylindrées

La marque américaine vient d’annoncer le nom de son partenaire qui va fabriquer de petites motos badgées Harley pour le marché chinois. Mais selon un design et des standards de qualité US, précise la Motor Company. Les premiers exemplaires sont annoncés pour 2020.

L’objectif est de produire des motos plus petites et plus accessibles, destinées aux marchés asiatiques, chinois en particulier. Et pour l’atteindre, Harley-Davidson s’allie à un fabricant chinois bien connu dans son pays: Qianjiang Motorcycle Company Limited, ou plus simplement Qianjiang. C’est l’un des grands du marché chinois du deux-roues motorisé.

Qianjiang est aussi connu à l’étranger, en Europe notamment, pour être le possesseur de la marque d’origine italienne Benelli. Dont les motos sont fabriquées aujourd’hui en Chine. L’entreprise, qui est un groupe, emploie quelque 10000 personnes et pèse plus de 600 millions de dollars. Elle fabrique des motos, des scooters et des motocycles légers, dans des cylindrées allant de 50  à 1130 cm3. La production, pour l’usine de Zhejiang, atteint 1,5 million d’unités par année.

La cylindrée annoncée pour cette future petite Harley sera de 338 cm3. Si l’on en croit les dessins présentés par les deux compagnies, il s’agira d’un moteur bicylindre en ligne moderne. Les premières machines pour le marché chinois sont attendues pour la fin de l’année 2020 et seront produites entièrement par Qianjiang. Et la distribution devrait par la suite s’étendre à d’autres marchés asiatiques. Ce qui signifie du même coup que l’Europe ne sera pas concernée. On note au passage que le cadre et l’échappement sont très semblables à ceux d’une Benelli actuelle, la 302.

Harley-Davidson s'allie
La cylindrée annoncée pour la Qianjiang-Harley est de 338 cm3.

Harley-Davidson ajoute que si la fabrication sera chinoise, le design sera américain, ou en tout cas viendra de Harley-Davidson, et que les motos ainsi produites respecteront les standards de qualité de Harley. Ce sera la deuxième fois que la Motor Company délocalise sa production, après le lancement de la famille des Street 500 et 750, partiellement produites en Inde. Mais cette fois-ci, Harley-Davidson s’allie à un partenaire externe, et les petites Harley sortiront de l’usine d’une autre entreprise.

Ce projet déjà bien avancé fait partie d’une stratégie globale dévoilée durant l’été 2018. Baptisée « More Roads to Harley-Davidson », elle a pour but d’élargir la base de clients de Harley, de la rajeunir et de l’étendre géographiquement (lire notre article). Et pour y parvenir, la palette des produits, des motos, va se diversifier. C’est ainsi qu’arrive dans quelques mois la Livewire, première d’une lignée de Harley électriques. Nous aurons l’occasion d’aller l’essayer aux Etats-Unis prochainement. Et de nouvelles motos, avec de nouveaux moteurs refroidis par liquide, sont annoncées l’an prochain, dont une enduro de voyage, un streetfighter et un cruiser moderne.

 

Photos: DR
Source Harley-Davidson

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements