Supersport – à Mandalika, le Suisse Dominique Aegerter à nouveau champion du monde!
Mondial Supersport

Supersport – à Mandalika, le Suisse Dominique Aegerter à nouveau champion du monde!

En se plaçant au pied du podium alors que son rival pour le titre Lorenzo Baldassarri (Yamaha) s’est crashé dans la course 1 en Indonésie, le pilote suisse a déjà assez de points pour remporter une nouvelle couronne en mondial Supersport – la première datant de 2021. C’est Niki Tuuli (MV Agusta) qui a remporté cette course, sa première victoire de l’année, devant Federico Caricasulo (Ducati) et Can Oncu (Kawasaki).

A Mandalika, en Indonésie, avant la première course, il avait déjà 72 points d’avance sur son plus proche rival pour le titre mondial Supersport 2022, l’Italien Lorenzo Baldassarri (team Evan Bros, Yamaha).

Le Suisse Dominique Aaegerter (team Ten Kate, Yamaha, numéro 77) est en effet arrivé en Indonésie avec une confortable avance, après deux victoire au round précédent, en Argentine (lire notre précédent compte-rendu en Argentine).

Les premiers essais libres le vendredi ont été difficiles tant pour Dominique Aegerter que pour son rival. Baldassarri s’est classé huitième des temps combinés, juste devant le Suisse. Mais « Domi » a redressé la barre au moment des qualifications, plus précisément de la Superpole, samedi, qui devait décider de l’ordre de placement sur la grille de départ.

Mandalika
Dominique Aegerter (team Ten Kate, Yamaha) a pu prendre la troisième place des qualifications le samedi, derrière Niki Tuuli et Can Oncu.

Le Bernois a décroché une place sur la première ligne, la troisième, derrière l’auteur de la pole, le Finlandais Niki Tuuli, du team MV Agusta Reparto Corse, et derrière aussi le Turc Can Oncu, du team Puccetti (Kawasaki). Mais surtout devant Baldassarri, huitième.

La chute pour Baldassarri

Au départ de la course numéro un samedi, Federico Caricasulo (Althea, Ducati, 5ème sur la grille) a pris les commandes, suivi par Niki Tuuli, avec Dominique Aegerter troisième, devant Can Oncu et Nicolo Bulega. Baldassarri était sixième, derrière Yari Montella, le coéquipier d’Oncu.

Puis Bulega a pris la quatrième place à Aegerter, tandis que Tuuli était en tête. Puis Oncu a livré bataille à Caricasulo pour le gain de la deuxième place, et Stefano Manzi (Dynavolt, Triumph), qualifié en douzième place, a progressé de manière impressionnante en ce début de course, et s’est retrouvé devant Baldassarri.

Lorenzo Baldassarri
Un beau high side pour le rival de Domi, Lorenzo Baldassarri. Qui s’en tire heureusement sans trop de mal.

Et alors qu’il restait encore 17 tours à effectuer, Baldassarri, un rien en dehors de la trajectoire idéale, s’est fait littéralement éjecter de sa Yamaha à la réaccélération en sortie du virage numéro 1. Il a heureusement pu quitter la piste conscient et sur ses deux jambes, mais ses espoirs de titre venaient de prendre un gros coup. Il suffisait à ce moment à Dominique Aegerter de terminer 13ème de cette course à Mandalika pour remporter une seconde couronne Supersport!

Pendant que le Suisse se faisait mener par Montella, la bataille faisait rage aux avant-postes, avec Oncu en tête devant Tuuli et Caricasulo. Puis Tuuli a pu augmenter son rythme et mettre quelques dixièmes entre lui et la Kawasaki du pilote turc. Avec toujours Caricasulo juste derrière, et, un peu plus loin, un groupe assez compact de quatre pilotes mené par Manzi, devant Montella, Bulega et Aegerter.

Pénalité pour Manzi

Montella a pris les commandes de ce petit groupe. Et c’est à ce moment que la direction de course a décidé d’infliger une pénalité Long Lap au pilote Triumph, pour avoir causé la chute de son coéquipier Hannes Soomer dans le premier tour. Manzi s’est executé et s’est retrouvé plus de 2 secondes à la traîne du groupe, et aux prises avec Raffaele De Rosa (Verdlac, Ducati) et Jules Cluzel (GMT94, Yamaha).

Puis Tuuli a commis une erreur dans la partie la plus serrée du circuit, ce qui a permis à Oncu de s’installer en tête, avant qu’il ne commette lui aussi une erreur et « redonne » le lead à son adversaire. Aegerter, lui, avait déjà tenté une manoeuvre sur Bulega, mais sans succès.

Niki Tuuli
Le pilote MV Agusta Niki Tuuli (numéro 66) a tenu bon jusqu’au bout face à Can Oncu et Federico Caricasulo. Il remporte sa première victoire de la saison.

A quatre tours de la fin, Domi Aegerter a profité d’un élargissement de trajectoire de la part de Bulega pour s’emparer de la cinquième place. Un tour plus tard, Caricasulo prenait la deuxième place à la suite d’une nouvelle erreur de Can Oncu.

Can Oncu
Can Oncu (numéro 61), si proche de sa première victoire, et pourtant si loin.

Enfin le numéro 77 a encore fait ce qu’il fallait pour prendre la quatrième place, de peu (8 millièmes), à Yari Montella, dans le dernier tour, avant d’aller célèbrer son nouveau titre par non pas un, mais deux burn sur la piste du circuit de Mandalika et dans l’allée des stands des teams.

La sixième place est revenue à Bulega, devant Manzi, Cluzel et De Rosa. Marcel Brenner (VFT, Yamaha), l’autre Suisse participant à cette course, parti des stands car non qualifié (!), a lui réussi à remonter jusqu’à la seizième place. Juste en dehors des points.

Cette saison, le Suisse a déjà accumulé 17 podiums, dont 15 victoires. Il devance Baldassarri de 85 points. Et c’est le premier pilote à réussir deux titres consécutifs dans cette catégorie depuis le Turc Kenan Sofuoglu (2015-2016). On rappelle au passage que « Domi » a aussi remporté la coupe mondial MotoE (électriques) cette saison.

Mandalika
La joie du nouveau champion Dominique Aegerter

« Nous avons réussi de grandes choses cette année, avec mon team Ten Kate! » a commenté le Suisse après la course.

Mandalika

« Sur ce circuit de Mandalika, d’autres teams et constructeurs avaient quelque chose en plus par rapport à nous pour cette première course, a-t-il analysé. Avoir une bonne adhérence tout au long de la course, y compris dès le départ, c’était ça notre problème. La surface du circuit a été refaite, et à chaque passage, l’adhérence est meilleure. L’absence de mon chef mécano n’aide bien sûr pas. Mais nous avons pu communiquer avec lui à distance. Je me réjouis de la course demain, il n’y a plus de pression. J’aimerais finir ce championnat avec style. Et mon team aussi. Ils le méritent! J’aimerais aussi remercier ma famille, mes amis et mes sponsors, sans qui je ne se serai pas arrivé là où nous sommes aujourd’hui. »

Une des motos (Yamaha YZF-R6) de Dominique Aegerter était présente sur le stand Yamaha, lors de l’EICMA 2022.

Pour le classement complet de cette course numéro 1 à Mandalika, c’est par ici.

La course 2 a lieu dimanche à Mandalika. Et il y aura encore un rendez-vous pour le championnat mondial Supersport cette saison, dans une semaine, en Australie. Avec à nouveau deux courses. Ensuite, Dominique Aegerter pourra se consacrer à un nouveau défi, en allant faire les premiers tests avec son nouveau team en mondial Superbike, le GYTR GRT Yamaha!

Photos: DR - Mathias Deshusses
Source worldsbk.com

Article mis à jour le 12 novembre 2022 à 14:05

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements