Le Suisse Arnaud Tonus met fin à sa belle carrière de pilote de motocross
MXGP

Le Suisse Arnaud Tonus met fin à sa belle carrière de pilote de motocross

Après bien des hauts et des bas dans un carrière brillante, marquée par les blessures et les retours, le pilote genevois de stature internationale annonce qu’il quitte la scène de la compétition à la fin de cette année 2021. Retour sur une aventure humaine et sportive peu commune.

Arnaud Tonus ne courra plus en mondial motocross l’an prochain. Le Suisse vient d’annoncer qu’il mettait un terme à sa carrière de pilote, après une dernière saison en mondial (MXGP) au sein du team privé suisse Tissot-Hostettler Yamaha aux côtés d’un autre suisse bien connu des fans de motocross, Valentin Guillod. « Mastic », comme ses amis surnomment Arnaud Tonus (également « Nono »), ne nous régalera plus de ses départs canons ni de ses courses où les rebondissements se succèdent.

Âgé d’à présent 30 ans, le Genevois a dû se résoudre à faire l’impasse sur les derniers Grand Prix de la saison 2021, car il souffrait encore des suites d’une collision avec un autre pilote. Rien de cassé, pour une fois – il a connu beaucoup de blessures, malheureusement, durant sa longue et belle carrière – mais trop mal en point pour espérer un résultat correct. Ce qui est tout à son honneur.

Né en juin 1991, Arnaud est le fils d’un ancien pilote de motocross lui aussi, Charly Tonus. Le petit Tonus va très vite se faire remarquer en tant que pilote. Il est plusieurs fois champion français et suisse en catégorie 65, puis 85 cm3, puis en 125, et enfin en catégorie MX2. C’est en 2009 qu’il fait le pas sur la scène mondiale, toujours dans la catégorie MX2, avec un team Kawasaki. Il ne cesse alors de progresser, avec un 16ème rang final pour sa première année, puis l’an d’après une 7ème place et un podium, puis en 2011 un cinquième rang final accompagnée par le titre de champion d’Angleterre et par une deuxième place au Supercross de Genève.

Hélas pour lui, en 2012 il se blesse et ne peut pas participer à toute la saison du mondial MX2. Arnaud va continuer l’année d’après, et reprendre sa marche en avant, pour décrocher en 2014 une sixième place au championnat. Il décidera peu après de partir tenter sa chance aux USA, LE pays du motocross et du supercross. Toujours avec Kawasaki. Mais sa première saison officielle, en 2015 se heurte à un obstacle, cette fois-ci de santé. Sous la forme d’une fatigue chronique, bientôt diagnostiquée comme étant dûe à un virus. Le même qui affectera plusieurs années plus tard son compatriote Jeremy Seewer en MXGP!

Et en 2016, Arnaud Tonus fait le choix de revenir en Europe, et de reprendre part au mondial motocross, mais cette fois-ci dans la catégorie reine des 450, le MXGP. Pour sa première expérience dans ce championnat, il arrive à finir 12ème, au sein de l’écurie privée Wilvo Yamaha. Et en 2017, il décroche un premier podium dans cette catégorie, à Pietramurata, puis remporte sa première manche… au Grand Prix de Suisse, à Frauenfeld! Hélas, il chute dans la seconde manche, se fait littéralement rouler dessus par un concurrent, et doit interrompre sa saison pour de bon, en raison d’une grosse blessure à l’épaule.

Herlings remporte
Arnaud Tonus au Grand Prix de Suisse, à Frauenfeld, en 2017. Il y a remporté la première manche. Avant de se faire blesser après nue chute par un concurrent.

Il sera alors absent pendant de longues semaines des pistes de cross. En fait presque jusqu’à la fin de la saison, puisqu’il fera juste une apparition au dernier GP, en France, où il se classera 7ème. Il aura encore moins de chance pour la saison 2018. Juste avant le début du mondial, il se blesse en chutant dans une course de préparation, à Lacapelle, en France. Et le pilote Yamaha ne fait pas dans la demi-mesure, en « réussissant » une luxation externe de l’épaule. Cette nouvelle blessure, plus conséquent, va le tenir éloigné des circuits durant toute l’année. Il ne pourra même pas participer au motocross des Nations à la fin de la saison. « Il fallait reconstruire toute l’épaule, se souvient Arnaud Tonus. Le médecin ne pouvait pas me garantir que je puisse refaire du motocross. Ca a été un très gros challenge. » Mais les aptitudes physiques sont peu à peu revenues. Et son team n’a pas pris prétexte de ce coup du sort pour couper les liens avec son pilote, mais l’a soutenu.

Et en 2019, le Genevois est revenu dans la course, littéralement, cette fois-ci en tant que membre de l’écurie officielle d’usine Yamaha, en même temps qu’un autre Suisse, et pas des moindres, le double vice-champion (MX2 et MXGP) Jeremy Seewer, et en même temps qu’un pilote français qui est devenu un ami pour Arnaud, le Savoyard Gaultier Paulin.

Tonus
En 2019, Arnaud Tonus a décroché plusieurs podiums de suite, dont un à Semarang, en Indonésie. Et il a fini cinquième du championnat, au sein du team Wilvo Yamaha.

Et s’il avait un peu des difficultés à bouger lors des manches du premier GP, en Argentine, Arnaud a fait ensuite un parcours absolument bluffant, en montant plusieurs fois sur le podium: à Agueda, au Portugal, avec une troisième place dans chacune des deux manches, puis à St-Jean d’Angely, en France, avec une deuxième place sur l’ensemble du Grand Prix, et de même quelques jours plus tard en Russie, à Orlyonok! Puis en décrochant une troisième place à Kegums, en Lettonie, une deuxième à Teutschenthal en Allemagne, une deuxième à Semarang, en Indonésie, plus encore quelques top 10 dans les GP qui ont suivi… pour finir par se blesser à la main au Grand Prix de Turquie, l’avant-dernier du championnat.

Cela l’empêchera malheureusement de participer à l’édition 2019 du Motocross des Nations, dans le sable d’Assen, aux Pays-Bas. Mais pas de récolter le cinquième rang final du mondial 2019!

Tonus
Arnaud Tonus avant le déaprt du Grand Prix du Trentin, en 2020.

Puis est venue la première saison MXGP placée sous le signe de la pandémie de Covid-19, qui a démarré tard dans l’année, et où les promoteurs du championnat mondial ont adopté le format de plusieurs Grand Prix à la suite l’un de l’autre à seulement quelques jours d’intervalle, sur la même piste (mais pas toujours avec le même tracé). Arnaud a connu quelques difficultés, chutant et devant faire l’impasse sur plusieurs Grand Prix de suite, avant de revenir après la moitié de la saison. Son meilleur résultat a été deux sixièmes places, au Grand Prix de Lommel, en Belgique, et à celui du Lac de Garde à Arco di Trento.

Bons résultats au Motocross des Nations

Même scénario en 2021, à un détail qui n’en est pas un: le Suisse ne faisait plus partie de l’équipe d’usine Yamaha, mais du team privé Hostettler-Yamaha, financé en bonne partie par l’importateur suisse de la marque japonaise. Aux côtés d’un autre pilote suisse, Valentin Guillod. Arnaud Tonus a souffert de plusieurs commotions dûes à des chutes cette année, et il a manqué un certain nombre de Grand Prix. Il s’est au final résolu à ne pas courir dans les trois dernières épreuves en Italie. Mais il a par contre fait très bonne figure au Motocross des Nations, qui avait lieu à Mantova, en Italie, avant la fin de la saison – ce qui est inhabituel et est à ranger bien sûr parmi les effets disrupteurs de la pandémie. Le numéro 4, qui portait pour l’occasion le dossard numéro 31 au sein de son équipe suisse, a réussi à prendre le holeshot de la première course, qui réunissait les catégories MXGP et MX2, et il a fini cette course-là en quatrième position (lire notre compte-rendu).

Tonus
Arnaud Tonus (numéro 31) décrochant le holeshot dans la première course (MXGP + MX2) au Motocross des Nations 2021, à Mantova.

« Ce qui m’a décidé à arrêter, c’est un peu le résultat de plusieurs choses, c’est un tout, explique le pilote genevois. Il y a d’abord le fait que pour la première fois je peux envisager ma vie sans la moto, sans la compétition. C’est nouveau. Je fais de la moto depuis que j’ai quatre ans, et j’ai toujours été passionné par ça, par la performance aussi, mais je m’aperçois que j’ai trouvé un nouvel équilibre, je ne suis plus dépendant de la moto. Je peux envisager autre chose… il y a aussi les nombreuses blessures. En fait surtout le fait que je sois beaucoup tombé sur la tête. Des commotions, j’en ai eu un paquet! Et ça fait réfléchir. »

Il avoue qu’à la fin de l’année 2019, il avait déjà songé à tout arrêter. « Je n’en pouvais plus. Je n’étais pas sûr de vouloir repartir au combat. Parce que c’est ça, le motocross à ce niveau. Mais il y avait une dynamique positive qui s’était installée, et j’ai continué! » Il s’avoue très heureux d’avoir pu vivre toute cette aventure, depuis ses débuts en tant que gamin jusqu’aux sommets du mondial de la discipline. En 2019, il a terminé à la cinquième place du MXGP!

Tonus aussi pilote de supercross

C’est aussi un des rares pilotes du mondial qui a pas mal roulé en Supercross. Notamment à Genève, évidemment. « Il y avait une catégorie pour les mini et les juniors, j’ai pu en profiter », se souvient-il avec ce qu’on imagine être un petit sourire au coin de la bouche (l’interview se passe par téléphone, sans image). Pour lui, cette discipline apporte quelque chose de différent, elle permet d’aller peut-être plus à fond dans la technique de pilotage. Et il le dit, cette expérience lui a été utile en course.

Aujourd’hui le pilote et l’homme n’ont pas encore de plan bien défini pour ce qui va suivre. Ce qui est sûr, c’est qu’Arnaud va continuer à rouler sur une moto de cross, pour le plaisir. Il n’est pas impossible qu’on le trouve de temps à autre sur la piste de Bullet, dans le canton de Vaud. Mais on ne vous a rien dit!

Photos: Jey Crunch, DR

Article mis à jour le 30 novembre 2021 à 19:07

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements