La Ducati Panigale V4 SP, pour les amateurs qui en veulent
Nouveauté 2021

La Ducati Panigale V4 SP, pour les amateurs qui en veulent

C’est le retour du sigle SP sur une moto sportive faite à Borgo Panigale! la SP est une nouvelle variante, produite en série limitée et dotée d’équipements la rendant encore plus efficace sur circuit, mais pas pour autant plus difficile à maîtriser. La livrée s’inspire des « coloris » vus sur les machines de superbike utilisées lors des pré-tests hivernaux.

La nouvelle Panigale V4 SP est noire. Une couleur assez rare chez Ducati, mais qui sied parfaitement à cette nouvelle variante de la Superbike italienne, produite en série limitée et introduite dans la gamme 2021 du constructeur de Borgo Panigale. Le sigle « SP », qui signifie « Sport Production », a été souvent utilisé par le passé pour désigner des motos sportives optimisées par rapport aux versions standard pour une utilisation en piste.

Et bien sûr, la nouvelle Panigale V4 SP ne déroge pas à cette tradition. Elle est dotée de roues en carbone, plus légères (moins 1,4 kg au total par rapport à la Panigale V4 S dont cette nouvelle moto dérive), et qui offrent moins d’inertie dans les changements de direction, notamment. Un atout certain pour améliorer ses chronos sur n’importe quel circuit. Mais qui rend aussi la machine, avec ses 214 chevaux (!) plus facile à utiliser que la V4 S, avec ses roues en aluminium forgé. Le poids totale de la V4 SP atteint 173 kg à sec, un de moins que la V4 S. Et les roues de la SP sont dérivées de celles qui sont livrées avec l’incroyable Panigale V4 Superleggera (lire notre article).

Plusieurs autres composants sont eux aussi réalisés en fibres de carbone, avec une finition noire en accord avec la livrée noire: les plus visibles sont les ailettes de stabilisation à l’avant, désormais typiques de toutes les Panigale V4, et le garde-boue avant. On remarque aussi les repose-pieds en alliage léger anodisé, d’aspect plus premium, qui sont par ailleurs aussi conçus pour être plus sûrs en cas de chute. Et le té de fourche ajouré et taillé dans la masse, à la finition soignée, qui arbore un numéro de série limitée.

Panigale V4 SP
Les jantes en carbone de la V4 SP, plus légères que celles de la V4 S. Il y a un petit air de Superleggera…

Les pinces de frein avant, des Stylema R, sont elles aussi dérivées de la Superleggera, tout comme la pompe de frein radiale, l’ajustement d’écartement déporté sur le commodo gauche du levier, et le registre de réglage du même levier pour ce qui est du « feeling » (placement du point d’attaque).

Panigale V4 SP
Notez la finition en aluminium brossé du réservoir d’essence.

L’enveloppe du réservoir d’essence est laissée dans une finition en aluminium brossé, à l’effet saisissant à côté du noir du reste de la moto. En fait, Ducati a voulu que la SP ressemble un peu aux Superbikes lorsqu’elles descendent en piste pour les essais hivernaux de l’inter-saison, et qu’aucun nom de sponsor ni aucune couleur particulière n’est visible sur les carénages.

éclairage Panigale
Un regard de braise, et des ailerons en carbone pour la stabilité à haute vitesse.

Contrairement à la Panigale V4 R, qui est le modèle homologué pour une production en série qui dérive directement de la moto de Superbike de Ducati, comme le prévoit le réglement, la V4 SP a le moteur et de nombreuses caractéristiques de la V4 S (lire notre essai), qui cube plus de 1100 cm (et non pas moins de 1000 comme sur la R). Le pilote a ainsi à disposition un V4 qui demande moins de tours pour être pleinement epxloitable. On a aussi un embrayage à sec, qui est plus fluide lorsque l’on passe les rapports dans des conditions extrêmes – à tout hasard sur circuit. On peut même ajouter un semi-couvercle d’embrayage en carbone laissant voir et surtout entendre cette pièce essentielle. Pour un usage strictement sportif sur la piste.

Panigale V4 SP
Un té de fourche taillé dans la masse. Et des suspensions électroniques.

Et les suspensions, semi-actives et électroniques, sont celles de la V4 S, ce qui permet d’avoir un réglage de base moins rigide, l’électronique ne raffermissant l’amortissement que lorsque c’est nécessaire. On l’a compris, à part son prix (plus de 39000 frs), la Panigale V4 SP est une moto idéale pour un amateur. Un amateur qui en veut et qui va rouler sur circuits en tâchant d’améliorer ses temps, mais un amateur, et pas un professionnel. Elle est censée être plus facile d’accès et d’usage que la Superbike et sa dérivée de production industrielle.

Sinon, comme les deux autres variantes dotées du V4 Desmosedici Stradale de 1103 cm, la V4 et la V4 S, on a affaire ici à un moto conforme aux nouvelles normes anti-pollution Euro 5, qui entrent en vigueur en 2021. Et donc moins polluante et moins bruyante. Sans que cela ne change les valeurs de puisssance et de couple maximales. Cette prouesse technique est atteinte grâce à l’adoption de systèmes catalyseurs plus gros (mais occupant le même volume) et fabriqués différemment pour obtenir une plus grande efficacité de rétention des gaz polluants. Et grâce à une « calibration » (le mot utilisé par Ducati) différente dudit moteur.

Panigale V4 SP

Et pour ce qui est de l’électronique, on note que le contrôle de traction a droit à une méthode de calcul et à un fonctionnement revu, qualifié d’encore plus prédictif. Ce qui veut dire que ses interventions sont censées être encore plus fluides et perturber le moins possible le pilotage. Ducati nous assure en particulier que le pic de couple qui déboule parfois en plein milieu du virage quand la moto est sur l’angle – et qui peut faire déraper la roue arrière – est à présent neutralisé. Et le mode de pilotage Race (course) propose désormais, comme sur la Superleggera, deux sous-modes personnalisables, qui d’origine sont conçus pour des conditions différentes: circuit avec une bonne asphalte et une bonne adhérence pour le mode Race A, et circuit avec un revêtement plus dégradé pour Race B.

La Panigale V4 SP devrait être disponible en Suisse à partir du mois de janvier 2021, au prix de 39900 francs.

Photos: DR
Source comm. Ducati

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 52 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements