La Z900 a maintenant tout ce qu’il faut où il faut!
Test Kawasaki

La Z900 a maintenant tout ce qu’il faut où il faut!

Dans son nouveau style Sugomi réaffirmé elle est dès maintenant « Euro5 ready », sans être passée par la case «augmentation de cylindrée». Elle a aussi conservé son écurie de 125 chevaux! Cette force se nourrit maintenant d’électronique avec des modes de conduite (4) combinés avec des modes de puissance (2) et le contrôle de traction maison (KTRC). Côté techno, elle passe en full LED et gagne une instrumentation moderne avec écran TFT couleur et connectivité avec un smartphone via Bluetooth.

Z900C’est un sacré bond en avant que vient de faire la version 2020 de la Z900 (lire notre présentation de l’EICMA). Bien entendu, par rapport à l’ancienne version (2017), qui n’était pourtant pas dénuée de charmes ni d’arguments choc! Nous l’avions qualifiée de roadster sportif «à l’ancienne» car elle ne possédait aucune aide électronique sécuritaire, juste proposait-elle l’ABS! Un temps pas si lointain où le pilote devait impérativement connaître ses limites et garder ses sens en éveil. Et où elle fut leader des Naked de sa catégorie sur le marché européen. C’est dire si ce roadster avait déjà tout pour plaire.

Et quant à la version 2020, que nous venons d’essayer, Kawasaki l’a mise au goût du jour en lui octroyant tous les équipements sécuritaires et techno du moment, présents déjà chez la concurrence. A commencer par un contrôle de traction à trois positions, déconnectable, des modes de conduite au nombre de quatre, dont un personnalisable, toute l’instrumentation regroupée sur un écran TFT couleur de 10,9 cm et une connectivité Smartphone via Bluetooth!Kawasaki Z

Avec ce nouveau package tendance, on peut regretter (en chipotant) l’absence d’un quickshifter et de l’ABS «virage». Mais là, la facture finale ferait aussi un sacré bond en hauteur! Précisons que pour 10590 frs, la Z900 et ses nouveaux équipements se retrouvent avec un rapport qualité-prix presque sans concurrence dans le segment.

Le style Sugomi plus agressif

La nouvelle Z900 évolue aussi dans son style, surtout pour ce qui concerne sa face avant devenue encore plus acérée, plus tranchante, avec des feux diurnes positionnés de chaque côtés du phare.

Z900

Petits changement, grands effets

La géométrie de la nouvelle Z900 ne change pas mais, Kawasaki a rehaussé la selle de 25 millimètres (820), ce qui a pour effet de basculer légèrement plus le pilote sur l’avant, lui faisant prendre un appui plus marqué sur le guidon. La nouvelle position de conduite est ainsi devenue sportive comme jamais! A l’arrêt, nos pieds restent bien à plat sur le sol, ce qui procure un réel élément rassurant! Et dans un souci de permettre au pilote une attaque encore plus «franche», Kawasaki a aussi rigidifié la partie du châssis se trouvant sur l’axe de pivot du bras oscillant. Résultat: une stabilité accrue lors des passages de courbes rapides prises plein angle.

Kawasaki Z

Côté moteur, nous avons vérifié que ce dernier répondait immédiatement avec vigueur à chacune de nos sollicitations rageuses. Avec les cinq premiers rapport courts, la puissance inchangée des 125 chevaux de la Z900 se fait directe voire bestiale, dès la barre des 5000 t/min franchie. La sixième vitesse reste, « overdrive » Une volonté de Kawasaki qu’on accepte volontiers! Sur cette Z900, tout se joue dans les tours. Il suffit d’être en confiance…

De nouvelles fonctions de haute tenue

Désormais «assistée» de modes de conduite et d’un contrôle de traction, la Z900 libère vraiment la tête et la main droite. Calé sur le mode driver personnalisable, c’est-à-dire: puissance maximale et contrôle de traction en position 3, la plus intrusive, nous nous lançons par temps ensoleillé mais frais, à l’assaut de quelques belles routes sinueuses de la région de Girona. Malheureusement, elles ont été souillées par de grosses pluies qui ont déposé au sol des tas de boues et des déchets de feuilles mortes… Pas vraiment le revêtement idéal pour mettre du gaz. Mais, une aubaine qui a permis de juger du bon comportement du contrôle de traction qui, dans sa position la plus efficiente travaille presque sans arrêt dans ces conditions.

Sur quelques trajectoires sèches le freinage de la Z900 s’est montré fort, précis et endurant, tant de l’avant que de l’arrière. Une fois n’est pas coutume, nous louerons les qualités d’adhérence des pneus Dunlop Sportmax Roadsport 2 qui sont la nouvelle monte d’origine de la Z900.

En attendant le phénomène ZH2 compressé, la famille Z de Kawasaki mise (à juste titre) sur la Z900!

Kawasaki

Photos: James Wright - Ula Serra - Double Red/DR Kawasaki

Auteur

Claude Bovey

Claude Bovey

Claude, comme son coéquipier, vit avec la passion du 2 roues qui lui hérisse toujours les poils, en toutes circonstances. Il est père de trois enfants et de quatre petits enfants… Et l'un d'entre eux s’appelle… Valentino! Allez savoir pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements