Cette édition tronquée du Bol d’Or revient au SERT. Les Suisses, avec Mulhauser en verve, ont été excellents
Endurance 2019

Cette édition tronquée du Bol d’Or revient au SERT. Les Suisses, avec Mulhauser en verve, ont été excellents

Le Suzuki Endurance Racing Team s’est imposé devant la Yamaha du Wójcik Racing Team et la BMW du Team ERC Endurance. Mais, après une vérification technique, le jury a pénalisé cette dernière, permettant ainsi à celle du BMW Motorrad World Endurance Team de monter sur la 3e marche du podium. Le YART (Yamaha) et le Webike SRC (Kawasaki) ont dû abandonner. Sixième du général, Moto Ain Dafy s’impose dans la catégorie Superstock avec une « sacrée perf » des Suisses Robin Mulhauser et Roberto Rolfo.

La course d’endurance la plus rocambolesque de l’histoire a vécu une péripétie de plus, une fois le podium célébré. Le Suzuki Endurance Racing Team (SERT) reste le vainqueur de l’épreuve devant le Wójcik Racing Team, mais le Team ERC Endurance, arrivé troisième, est déclassé. Le jury FIM a décidé, après les vérifications techniques opérées après l’arrivée, de déclasser le Team ERC Endurance pour non-conformité de la capacité de son réservoir d’essence.Le BMW Motorrad World Endurance Team remonte donc à la troisième place.

Le Suzuki Endurance Racing Team, autrement dir le SERT, a décroché sa 17ème victoire au Bol d’Or avec Vincent Philippe, qui a enregistré sa 9ème victoire personnelle au Bol d’Or pour sa dernière participation, Etienne Masson et Gregg Black. Le Suzuki Endurance Racing Team fait une entrée magistrale en FIM EWC 2019-2020 en prenant la tête du classement avec 59 points. Il efface ainsi son abandon à Suzuka pour la finale de la saison précédente (lire notre article).

Le SERT a devancé un challenger inattendu, le Wójcik Racing Team. L’écurie polonaise sur Yamaha a animé tout le début de course sous la pluie avec Gino Rea, Christoffer Bergman et Axel Maurin et a tenu ensuite la concurrence à distance.

Un duel fratricide entre BMW en fin de course a opposé le Team ERC Endurance (Mathieu Gines, Julien da Costa et Louis Rossi) et le BMW Motorrad World Endurance Team (Ilya Mikhalchik, Julian Puffe et Kenny Foray). Ce dernier est monté sur le podium après la décision du jury!

Le matin, les favoris en feu, et le SERT en tête!

Trois heures après la reprise de la course (6 h) sur une piste séchante, la casse moteur du leader, le F.C.C. TSR Honda France, a provoqué un bouleversement complet de la tête de course. Dans le sillage de la Honda, Loris Baz au guidon de la YART Yamaha et Erwan Nigon pour le Webike SRC Kawasaki France ont été piégés par la trace d’huile. Ces chutes sans gravité pour les pilotes, ont imposé l’abandon des deux équipes officielles dont les machines avaient pris feu.

La disparition de ces trois équipes officielles a éclairci l’horizon du SERT. Animateur de la tête de course, l’équipe Suzuki a réussi à prendre de la distance avec la concurrence.

Côté Suisses…

Le Team Français Moto Ain qui alignait les pilotes suisses Robin Mulhauser et Roberto Rolfo sont restés les maîtres du Superstock, eux qui sont champions du monde en titre. Le team Moto Ain a réalisé quasiment le sans faute. Sixième à l’arrivée, cette Yamaha, au guidon de laquelle on a maintes fois vu Robin Mulhauser à l’attaque permanente, s’est imposée en Superstock en empochant les 40 points de la victoire dans cette catégorie mais aussi deux fois 10 points accordés sur les classements intermédiaires et les 4 points bonus pour sa 2ème place Superstock sur la grille de départ. Son seul adversaire aura été le Team 33 Coyote Louit Moto, parti en pole position mais relégué en fond de classement après une chute. Présente au Bol d’Or, avec le but avoué de défendre son titre, cette équipe franco-suisse qui compte encore Hugo Clere dans ses rangs a parfaitement rempli sa mission.

SERT
Le Team Moto Ain Dafy a remporté la victoire en Superstock.

Suchet nous dit…

« Voilà les amis, la course est terminée! Course très spéciale avec ces deux départ! Nous finissons 15ème après avoir pointé à la 40e position suite à la panne d’essence! Je suis tout de même content de mon rythme en course, ce qui m’a valu de doubler mes relais et de nous faire gagner 11 place en une heure. Il nous manque un équipage plus homogène pour viser un podium…. merci pour votre soutien et à bientôt pour la Malaisie ». Voici les paroles du Vaudois Sébastien Suchet, pilote actumoto, visiblement pas trop mécontent de sa prestation.

Suite à la disqualification de la BMW ERC, tout le monde a gagné un rang! Ainsi, le Zuff Honda Swiss Racing Team termine valeureusement au 27ème rang, après une chute en début de matinée.

Quant à l’équipe « amateur » du Pecable Racing Team, les pilotes du Nord Vaudois terminent à une splendide 36ème place avec leur Kawasaki stock.

Photos: DR/FIM EWC
Source: FIMEVC.com

Auteur

Claude Bovey

Claude Bovey

Claude, comme son coéquipier, vit avec la passion du 2 roues qui lui hérisse toujours les poils, en toutes circonstances. Il est père de trois enfants et de quatre petits enfants… Et l'un d'entre eux s’appelle… Valentino! Allez savoir pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements