Plus de 1500 motocyclistes en pèlerinage entre le Mouret et Fribourg
Madone des Centaures

Plus de 1500 motocyclistes en pèlerinage entre le Mouret et Fribourg

Tous les quatre ans, l’Automoto Club du Mouret organise en Suisse une réplique du célèbre rallye international de la Madone des Centaures, qui rend hommage à la saint patronne des motards. Nous y étions.

C’est un événement à la fois rare et précieux. Le 21ème pèlerinage motard de la Madone des Centaures a lieu en Suisse tous les quatre ans. Et c’était justement dimanche dernier, le 23 juin. Nous y avons participé.

Ce pèlerinage en hommage à la sainte patronne des motocyclistes est en fait une réplique helvético-internationale de celui qui est organisé chaque année en Italie, la Madonina (petite madone) dei Centauri (lire l’historique ici). Le terme centaure faisant bien sûr référence au (ou à la) motocycliste.

En Suisse, la manifestation dure en fait plus de deux jours. C’est un comité issu de l’Auto-Moto Club du Mouret et environs (canton de Fribourg) qui l’organise et qui reçoit des délégations de plusieurs pays, en étroite collaboration avec la section suisse du Moto Club de la Madone des Centaures (MC-MCI). Le point culminant est le cortège à moto du dimanche matin, du Mouret jusqu’à la cathédrale Saint-Nicolas, en pleine ville de Fribourg.

En tête du défilé motorisé, on place les « centaures méritants », des motocyclistes proposés par les différents clubs prenant part au pèlerinage. Ils sont accompagnés par des marraines vêtues pour l’occasion en costume traditionnel fribourgeois. Avec une jupe, et un casque. Il faut dire que le cortège est bien encadré, les motards de la police cantonale roulant aux avant-postes. Et les chevilles ouvrières de cette manifestation ne laissent rien au hasard. Les motocyclistes qui défilent sont d’ailleurs prévenus, ils doivent respecter les règles du code suisse de la circulation.

pèlerinage
Un petit aperçu du long défilé de motards et de motardes qui a roulé en cortège du Mouret à Fribourg.

Dimanche, ce sont ainsi plus de 1500 motards et motardes, certains avec un ou une passagère (il y avait même quelques side-cars), qui ont roulé à la queue-leu-leu de la campagne à la ville. Par un beau temps confirmé du début jusqu’à la fin. « C’est presque toujours comme cela, explique dans un sourire Florence Derwey, présidente cette année du MC-MCI, vice-présidente du comité d’organisation de la manifestation cette année, et membre de l’AMC. Comme si la Madone nous offrait le beau temps! » Elle ajoute que la manifestation est totalement ouverte, tout un chacun est libre d’y prendre part selon ses convictions, que l’on soit croyant ou non. Il y a bel et bien une messe dans la cathédrale, et les prêtres bénissent ceux et celles qui veulent l’être, mais on peut très bien se contenter du cortège.

pèlerinage
Le Fribourgeois Alexandre Huguet, centaure méritant désigné par l’AMC Le Mouret, avec sa marraine,, devant l’entrée de la cathédrale Saint-Nicolas.

Alexandre Huguet, membre de l’Automoto club du Mouret, âgé de 41 ans, faisait partie cette année des centaures méritants, choisi par son club pour le représenter, au guidon de sa Triumph Speed Triple. « Je suis croyant, mais peu pratiquant, déclare-t-il lorsqu’on lui demande ce qui le pousse à effectuer ce pèlerinage. J’ai déjà effectué le pèlerinage en Italie. Et je pense qu’il y a peut-être quelqu’un qui veille sur nous autres, motards, qui sommes vulnérables sur la route. Il m’est arrivé un accident en France, dans la montée du col de l’Iseran. Je me suis déconcentré et je suis sorti de la route. C’était une chute de bien dix mètres. Heureusement, je suis arrivé dans la neige, je n’ai eu que des os cassés. Je suis retourné sur place et j’y ai construit un petit autel. »

Madone des Centaures
La Belge Martine Croselle (nous faisant face), centaure méritante présentée par le club belge RAMCF, lors de la cérémonie dans la cathédrale.

« Ce n’est pas de la superstition, non, mais cela fait du bien de savoir qu’il y a quelqu’un là haut qui veille sur vous », explique pour sa part Martine Corselle, 65 ans, venue de Belgique sur sa Moto Guzzi V7 Racer. Comme Alexandre, elle a pu entrer avec la moto et une marraine dans la cathédrale, pour assister à la cérémonie. Elle représentait le RAMCF, le Royal Auto-Moto Club Frontalier. Car situé à Braffe, tout près de la frontière française. C’était aussi la première représentante féminine du club à qui est revenu cet honneur. « Je dois dire que je suis impressionné par le nombre de motocyclistes qui participent à l’événement aujourd’hui confie un autre membre du RAMCF. Et au nombre de gens dans le public, le long de la route, qui nous ont salué et souhaité la bienvenue. »

A Fribourg, une poignée de « centaures » (huit en tout) ont pu comme le veut la coutume pénétrer dans l’édifice religieux avec leur moto: trois Suisses (un par région lingustisique), un Espagnol, une Belge, un Français et deux Italiens. Le prévôt et abbé Jean-Jacques Martin a fait plusieurs fois allusion à la patronne des motocyclistes durant la messe. Il a rappelé que cela ne dispensait pas les personnes réclamant sa protection d’être attentifs à eux-mêmes et aux autres usagers de la route, et a exhorté en substance les motards présents à continuer à faire preuve de la solidarité propre à l’esprit motard.

pèlerinage
Tous les quatre ans, la section suisse organise la version suisse du pèlerinage.

La cérémonie, accompagnée par l’organiste de la cathédrale et par un ensemble vocal, a duré un peu plus d’une heure. A l’issue de laquelle les prêtres et officiants sont sortis de l’église avec buis et goupillon et sont allés bénir les motocyclistes qui le voulaient. Il suffisait de passer l’un après l’autre devant les hommes d’église en quittant la place située en bas de la rue des Alpes, et en roulant sur le début de la route de Morat.

Une bonne partie des participants ont ensuite rejoint à nouveau le Mouret, pour continuer la fête. Certains d’entre eux ajouteront d’ici quelques semaines le pèlerinage en Italie, jusqu’à Alessandria, à leurs remerciements à la Madone pour 2019.

Photos: DR

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements