Un maxi-scooter malin chez Kymco
Kymco

Un maxi-scooter malin chez Kymco

l’XCiting 400 se veut sportif, à un prix placé par rapport à la concurrence (surtout japonaise)

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Un regard suffit pour constater que le nouveau XCiting 400i se veut sportif. Le carénage avant est effilé, le pare-brise fuyant, freins et fourche télescopique imitent de près ceux d’une véritable moto. Son constructeur, le taïwanais Kymco, vise frontalement Yamaha et ses maxi-scooters (TMAX 530 et XMAX 400) avec ce modèle. Un test de quelques jours entre Genève et Lausanne révèle les nombreux points forts et les rares faiblesses de ce nouveau venu.[/vc_column_text][vc_column_text]Un regard affûté.

Au premier contact, l’engin est plutôt confortable, avec une assise typée GT et un support lombaire pour le pilote. Ceux qui dépassent 1,80 m auront peut-être l’impression d’être trop près du tableau de bord et du bouclier avant. Les rétroviseurs sont bien placés. Ils offrent une bonne vision, mais n’accrochent pas les voitures lorsqu’on se faufile au feu. Enfin les commandes tombent sous la main, les leviers de frein sont réglables, la selle, sans avoir le moelleux d’un canapé, est agréable, et un éventuel passager n’aura aucun reproche particulier à formuler.

Dès qu’on a l’espace d’accélérer, l’XCiting 400i est de plus très véloce (puissance maximale annoncée à 36 ch). Ses reprises à vitesse moyenne et haute sont excellentes. Et ce qui ne gâche rien, sa tenue de route aussi. On peut changer d’angle en un clin d’oeil, et il faut vraiment descendre   très bas pour frotter quoi que ce soit contre l’asphalte, au contraire de ses rivaux de chez Yamaha. Des qualités acquises grâce à un châssis rigoureux, à des suspensions efficaces et à un système de freinage puissant autant que dosable. La transmission, classique, par variateur, est bien réglée. Elle ne décroche en roue libre que très bas dans les tours et permet donc d’utiliser le frein moteur dans les enchaînements de virages. En revanche, les amortisseurs arrière, réglables uniquement en précontrainte, sont parfois un peu secs.

La planche de bord très design allie un compte- tours avec lancette à un tachymètre à chiffres blancs. C’est très joli. Mais pas toujours lisible sous le soleil. Le reste est complet, avec deux totalisateurs partiels, l’heure, une jauge à essence, la température du moteur…[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]Sccoter Kymco Xciting 400

On attribue aussi un bon point à l’ouverture du coffre de selle, effectuée par un piston, et à la lumière de courtoisie de ce coffre, puissante. Attention toutefois: on ne peut y ranger qu’un casque intégral et quelques menues affaires. Ce qui place le Kymco dans la partie médiane côté capacité de chargement. Et un plein permet en gros d’atteindre les 300 km.   Kymco affirme que son scooter offre le plaisir de conduite du fameux TMAX pour la moitié du prix. Ce qui est vrai, sauf pour les performances de pointe. Il est plutôt un concurrent du nouveau XMAX 400, dans un style visuel très différent. Pour l’instant, il n’est pas livrable avec l’ABS,mais selon le centre Kymco de Genève, qui nous a prêté un exemplaire, c’est prévu pour l’an prochain.

Kymco XCiting 400 i, disponible de suite en blanc ou noir, à 7990 fr.

Par Jérôme Ducret/article paru en septembre 2013 dans le supplément Auto-Moto de la Tribune de Genève[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements