Essai – La Triumph Tiger 1200 se frotte au Hard Alpitour 2022
Test Triumph

Essai – La Triumph Tiger 1200 se frotte au Hard Alpitour 2022

Une équipe ActuMoto.ch/Moto Sport Suisse a participé à l’édition 2022 du rallye Hard Alpitour, entre Sanremo et Sestriere. L’occasion de tester pendant 24 heures et 580 km les nouvelles Triumph Tiger 1200 Rallye et Aprilia Tuareg 660 sur les cailloux, la terre et la boue. Voici déjà le compte-rendu de test de la Tiger.

Samedi, 11 heures du matin, quelque part dans les montagnes ligures faisant office de frontière entre l’Italie et la France. Il pleuvine, le brouillard nous entoure et on ne voit pas grand chose. Il faut rester bien attentif, parce qu’il peut toujours y avoir un véhicule ou un piéton venant en sens inverse, que certains virages offrent de toutes façons une visibilité nulle, et que le précipice à droite a l’air plutôt sérieux. Bienvenue à l’édition 2022 du Hard Alpitour!

« Nous », ici, c’est le «team ActuMoto.ch/Moto Sport Suisse», qui participe à l’édition 2022 du « HAT », un rallye touristique (non chronométré) où l’on a en gros 24 heures à disposition pour suivre une trace GPS sur 580 km, entre le bord de mer, à Sanremo (I), et Sestriere, dans les montagnes du nord-ouest de l’Italie.

Hard Alpitour
Le « village » mis sur pied à Sanremo (Italie) dans la zone de départ du rallye.

Cela veut dire, si l’on s’en tient à la limite des 24 heures, et sachant que 60 % de l’itinéraire est en offroad, qu’il faut rouler une bonne partie de la nuit.

L’équipe est composée du soussigné et de son ami Ramon, qui ont tous deux déjà participé au «HAT» (lire notre article), et de deux personnes pour qui c’est une première: Jesus, alias «Suso», un ami de Ramon, et Jean-Baptiste (alias JB, alias MadPik Photographie), reporter-photographe ActuMoto.ch.

Hard Alpitour
Nos quatre montures sur la route du Saint-Bernard, côté italien. En route pour Sanremo. De gauche à droite, la Honda Transalp de Suso, la Honda Africa Twin 110 de Ramon, la Tiger 1200 Rally Pro prêtée par Triumph, et l’Aprilia Tuareg 660 prêtée par l’importateur.

Pour arriver au bout de cette aventure, l’équipe disposait de motos aptes au tout-terrain, mais roulables légalement sur route – pas de pure machine d’enduro. Elles doivent peser selon le règlement au moins 153 kilos.

Ramon s’était procuré une Africa Twin 1100 d’occasion, bien équipée, et Suso était venu avec sa vénérable Transalp, équipée elle aussi de protections (en cas de chute).

Les deux journalistes du team avaient profité de l’occasion pour tester comme il se doit deux modèles, nouveau pour l’un (Aprilia Tuareg 660), complètement revu en 2022 pour l’autre (Triumph Tiger 1200).

Triumph Tiger 1200
La Triumph Tiger 1200 Rally Pro testée lors de ce rallye. Avec des arceaux de protection dans la partie haute de la moto, une discrète protection de phare et des pneus 50/50 Michelin Anakee Wild.

La Tiger était une variante Rally Pro, plus adaptée au tout-terrain que sa sœur GT Pro (lire notre comparatif maxi-trails sur route, entre la Triumph Tiger 1200 GT Pro et la KTM 1290 Super Adventure S). Elle était prêtée comme l’Aprilia par l’importateur suisse, et agrémentée de protections additionnelles. Le modèle Rallye Pro est déjà livré avec des arceaux de protection inférieurs et un sabot moteur en métal.

Tiger 1200
Les commandes du tempomat, sur le commodo gauche. Une fonction appréciable pour descendre à Sanremo depuis la Suisse sur autoroute! Et il y a aussi les poignées et la selle chauffante.

Et pour bien faire, la Tiger 1200 chaussait des pneus convenables (Michelin Anakee Wild), au cas très improbable où la pluie se mettrait à tomber… et pour ce qui est du poids, cela allait de quelque 206 kg avec les pleins pour l’Aprilia à plus de 250 pour la Triumph.

Le Hard Alpitour, un événement international

Pas moins de 480 pilotes s’étaient inscrits cette année (et 450 ont pris le départ du rallye), dont 270 pour la catégorie «Classic», comme nous. On peut aussi choisir la catégorie «Extreme» (plus long, plus technique, 48 heures) ou Discovery (plus court, on dort une nuit dans un hôtel à mi-chemin).

Hard Alpitour
La moto d’un des participants, à Sanremo.

Ces pilotes sont venus (et venues!) de plusieurs pays européens, dont bien sûr pas mal d’Italie (217 inscrits), mais aussi de bons contingents allemands, français et, eu égard à la population moins nombreuse que pour les grands pays voisins, suisses (37 inscrits).

Hard Alpitour
Une BMW R 1200 HP2 (moto grise et bleue), une machine plutôt rare.

Avant de prendre le départ du rallye, nous sommes «descendus» de Suisse jusqu’à Sanremo, par la route – l’autoroute, en fait, avec le col du Grand Saint-Bernard comme intermède. L’occasion de vérifier que, même chaussées de pneus mixtes route-offroad (50-50), la Tiger et la Tuareg étaient saines sur l’asphalte.

Ce qui est le cas, merci bien. Même si de petits mouvements pendulaires sont à noter au freinage. Surtout sur la Tiger 1200, et ces mouvements étaient sans doute accentués par le chargement de notre moto de test, qui portait pas mal de matériel sur le porte-bagage: casque de rechange, bottes de rechange, affaires de rechange…

Départ samedi: de plus en plus humide

La départ du rallye en version Classic se fait le samedi en fin de matinée. Depuis un podium façon Dakar! Lors de cette aventure, nous avons collaboré avec plusieurs photographes, en plus de notre artiste maison Jean-Baptiste Rozain. Ces photographes professionnels suivent la manifestation, dont notre collègue italien Massimo Di Trapani, et l’agence italienne elle aussi Fotografica Sestriere. Nous les remercions ici solennellement.

Puis les premiers 50 kilomètres du Hard Alpitour 2022, le samedi en fin de matinée, se passent (presque) sans souci. Il fait (encore) beau, même s’il a plu récemment et que les pistes de terre sont un peu glissantes. Ce qui donne l’occasion à Ramon de tester ses crash-bars dans une petite chute sans gravité.

La situation se corse au moment d’attaquer la piste dite de «Colle Melosa», décrite en ouverture d’article. Ça commence à «glissouiller» sous les pneus et les cailloux sont bien présents et plutôt durs.

Hard Alpitour
Il a plu la veille, mais, en ce samedi matin, le temps est de nouveau au beau. Du moins pour l’instant. Ici, passage à Bajardo.

Puis une deuxième chute, cette fois-ci à bord de la Tiger, lors d’une manœuvre d’évitement d’une voiture arrivant en face et prenant les trois-quarts de la piste. Là non plus, sans gravité. Il a juste fallu resserrer la fixation d’un rétroviseur. C’est robuste, ces arceaux de protection!

Hard Alpitour
La montée de Colle Melosa se fait dans un brouillard de plus en plus opaque. Avec bientôt de la pluie légère.

Les choses se sont gâtées vers la fin de l’après-midi dans ce Hard Alpitour 2022: ouverture irrépressible des vannes célestes, et la piste devant nos pneus, au-dessus du petit village de Pornassio, qui se transforme littéralement en torrent! Les gaz à peine ouverts, la roue arrière glisse vers le bas, bientôt suivie par sa copine du train avant.

Dans ces conditions, avec les pneus et le poids de la Tiger, et surtout un certain manque d’expérience du pilote (à jambes courtes) en offroad sérieux, l’option raisonnable était de pointer le nez du «tigre» vers le bas lui aussi et de rebrousser chemin.

En attendant que ça se calme, nous avons pu saluer une connaissance à Pornassio: Ginetto, le sympathique garagiste qui nous avait tirés d’affaire lors de l’édition précédente du HAT. Il avait aidé Ramon à trouver un filtre à huile de remplacement pour sa moto, le sien ayant été percé sur un caillou. Précisément sur cette même piste. Décidément…

Hard Alpitour
En attendant que l’orage se calm, nous saluons un veille connaissance, Ginetto, à gauche, le sympathique garagiste qui nous a dépannés lors de l’édition 2021 du rallye, en fournissant à Ramon (à droite) un filtre à huile de remplacement.

Comme la moto de Suso n’est pas équipée de pneus aptes à offrir une bonne adhérence sur un terrain aussi mouillé et glissant, nous continuons par la route, avec comme objectif de rallier le village de Boves, où nous attend un repas chaud et l’occasion de faire une longue pause avant le roulage de nuit.

Hard Alpitour
Brouillard et pluie au menu depuis le samedi après-midi et jusque dans la nuit de samedi à dimanche.

Mais un deuxième orage gargantuesque nous surprend alors que nous sommes en train de boire un café dans un bar de bord de route. Apparemment, la météo est devenue totalement imprévisible dans ce coin de pays. La pluie peut s’abattre n’importe où, n’importe quand. Et de nuit, si elle nous tombe sur le coin du casque à l’improviste en pleine montée ou en pleine descente sur une piste de forêt, avec la même violence qu’au dessus de Pornassio…

L’idée fait son chemin de nous arrêter durant une partie de la nuit: chambre d’hôtel improvisée, nous voici!

Hard Alpitour
Petite pause photo en haut du Colle Vaccera.

Nous reprendrons les pistes tôt le lendemain. En ayant encore suffisamment de temps pour prendre de nouvelles photos, trouver un semblant de réseau téléphonique à plus de 2000 mètres pour poster des publications sur les autres réseaux (sociaux), etc. Et aussi profiter du paysage en évitant de se prendre une branche dans la tronche – c’est arrivé à un concurrent de l’Extreme, et il a dû attendre les secours plus de deux heures.

Hard Alpitour
La montée du Colle Lazzara.

Le parcours du dimanche de ce Hard Alpitour est passée comme en 2021 par le Colle Vaccera et par son cousin le Colle Lazzara. Puis il nous a fait découvrir un nouvel itinéraire, la piste du col « delle Finestre ». Avec un paysage qui réjouit l’âme, de beaux lacets pour la descente, et quelques passages sur des pistes forestières un peu plus bas pour éviter de s’ennuyer.

Hard Alpitour
La descente du « Colle delle Finestre ».

L’occasion de constater que la Tiger 1200 fonctionnait bien aussi à la descente moteur coupé. Ou plutôt calé! On oublie presque que l’on se trouve en deuxième ou même en troisième tellement ce tricylindre est fluide.

Hard Alpitour
La dernière partie du voyage, juste avant d’entrer dans la « Galleria degli Saraceni », près de Bardonecchia. Derrière, Ramon et sa Honda CRF 110 Africa Twin.

Le dernier morceau de bravoure de la journée, si l’on peut dire, a consisté en la montée du Pramand, avec comme clou le passage dans la « Galleria degli Saraceni », dans les hauteurs du territoire de la commune de Bardonecchia. Un tunnel sans éclairage avec un sol de pierres inégales et, ce jour-là, pas mal d’eau par terre. Féérique avec les phares de nos motos.

Cela permet notamment d’apprécier le rétro-éclairage des boutons sur les commodos de la Triumph. Très utile pour tout de suite trouver la commande que l’on cherche quand on roule de nuit.

Hard Alpitour
L’arrivée à Sestriere.

Nous avons salué au passage cette fois-ci non pas un humain, mais un troupeau de vaches de la race locale. Pourvues d’une impressionnante musculature sans doute fort utile pour parcourir ces pentes abruptes. Ah, nous avons croisé un motard italien sur une moto de trial, qui était suivi par son chien…

Nous retrouverons les vaches dans la soirée, sur la table d’un bon restaurant à Sestriere. On vous donne l’adresse, au cas où vous passeriez par là: La Baita, Via Louset 3! Et pendant que nous y sommes, le nom de l’endroit où nous avons passé la nuit, car le tenancier est un modèle de gentillesse: Hotel Sud-Ovest.

Une grande Tiger rassurante

Dans des conditions devenues parfois bien précaires lors de ce Hard Alpitour 2022, la Tiger s’est montrée rassurante. Son gros moteur tricylindre donne une sensation de «tracteur» à bas régime. Mais il accepte aussi avec bienveillance de tourner plus haut dans les tours.

Dans les modes de pilotage faits pour le tout-terrain, on peut calibrer les assistances au pilotage de manière adéquate, que ce soit l’ABS ou l’antipatinage.

L’ergonomie tant en pilotage debout qu’assis est bien pensée et confortable. En cas de besoin, on peut déplacer le guidon, soit en le faisant pivoter, soit en y adjoignant un réhausseur en option.

Tiger 1200
On peut ajuster électroniquement le réglage d’amortissement. Mais pas la précharge, qui se règle automatiquement.

Le tableau de bord est très lisible quelles que soient les conditions de luminosité ambiante. On pilote tout l’affichage depuis le commodo gauche, avec notamment un bouton « Mode » qui permet de changer de mode de pilotage prédéfini. Mais si vous voulez passer d’un mode routier à un mode tout-terrain, ou vice-versa, il est obligatoire de s’arrêter. Pas de couper le moteur ou le contact. Juste de s’arrêter.

Le démarrage se fait avec une clé sans contact. Attention toutefois. Cette clé se désactive automatiquement au bout d’un certain temps, pour économiser sa pile. Il faut alors appuyer sur le logo Triumph, qui se trouve en réalité être un bouton, pour la réactiver. Sinon, impossible de faire démarrer la moto.

Hard Alpitour

Il y a juste le poids, on l’a dit pas négligeable à basse vitesse (même s’il est bien plus raisonnable que celui du modèle précédent, et qu’il est à présent au niveau de la concurrence), et relativement haut placé malgré tout.

Ajoutez un petit pilote (1m70 pour le soussigné), et il faut un peu d’attention et de concentration à basse vitesse. Même si les pneus d’origine ont ici été remplacés par des gommes vraiment mixtes, il faudrait sans doute en choisir d’encore plus orientés offroad pour rouler sans frayeur sur des terrains bien boueux et glissants, tels que nous les avons rencontrés deux ou trois fois lors de cette édition 2022 du HAT.

Mais c’est vrai pour n’importe quel maxi-trail actuel.

Tiger 1200
L’amortisseur arrière est semi-actif et piloté électroniquement.

Côté suspensions (semi-actives et à réglage électronique), tout joue parfaitement, sur route comme sur piste caillouteuse. Elles s’adaptent en temps réel aux conditions de roulage. On peut même adapter soi-même l’amortissement en roulant, via les commandes sur le commodo gauche. En fonction du niveau de confort ou de sportivité que l’on souhaite.

Seul petit regret, on ne peut pas ajuster soi-même la précharge, c’est automatique. Ce serait pourtant utile quand la moto est pilotée par un petit pilote, pour avoir un peu moins de hauteur d’assise. Et ça se trouve chez la concurrence.

Tiger 1200
La transmission par cardan est gage d’un entretien réduit. En tout-terrain, elle peut générer de petits à-coups à la remise des gaz à basse vitesse.

La transmission par cardan se fait oublier sur la route. Elle est un plus par rapport à une chaîne, parce qu’elle ne demande pas d’entretien régulier (graissage, tension). Mais en tout-terrain, elle peut provoquer quelques petits à-coups.

A basse vitesse, ce n’est pas forcément un plus. A moins de se faire un mode de pilotage personnalisé (appelé Rider par Triumph), disponible sur ce modèle, comme sur d’autres. Nous n’avons malheureusement pas pu tester durant le Hard Alpitour, parce que l’électronique de bord avait besoin de quelques mises à jour – effectuées par la suite chez un concessionnaire.

Tiger 1200
Dernier petit tour au guidon du « tigre » avant de rendre la moto à Triumph Suisse.

Si vous voulez en savoir plus sur la nouvelle Triumph Tiger 1200, vous pouvez lire notre test au Portugal de toute la nouvelle famille.

Avec une version raccourcie en vidéo

Vous pouvez aussi bien sûr consulter le site suisse de Triumph Motorcycles, ou vous adresser notamment à nos partenaires dans l’Annuaire suisse des professionnels de la moto, Triumph Lausanne (Moto Evasion) à Crissier (VD), ou Triumph Neuchâtel (Facchinetti Motos).

La Tuareg 660 s’est révélée sans surprise plus simple à utiliser que la Tiger dans le terrain. Une concurrente toute désignée de la très appréciée Yamaha Ténéré 700, avec plus d’assistances électroniques au pilotage, que l’on peut configurer pour obtenir ce que l’on veut.

Une excellente machine pour participer au Hard Alpitour et en même temps effectuer un job de photographe-reporter! Mais logiquement aussi moins confortable que la Triumph sur un long voyage, et avec moins de couple immédiat. Cette moto fera l’objet d’un second article.

Notre équipement pour ce Hard Alpitour 2022

Comme pour l’édition 2021, nous étions vêtus d’une combi deux pièces Scott Dual Raid, qui a l’avantage d’être bien aérée, ou au besoin bien fermée. Les possibilités d’ouverture et de fermeture sont nombreuses et efficaces. La veste offre aussi deux poches Napoléon intérieures (une de chaque côté) bien pratiques, et deux poches externes bien étanches – nous avons testé. Il y a même une troisième petite poche externe à fermeture verticale, sur le côté droite, qui est munie d’une petit peau de chamois! Et qui est raisonnablement étanche.

Une large poche dans le dos est parfaite pour ranger la doublure pluie et/ou thermique. Mais sa véritable utilité selon nous, qui est aussi prévue par son fabricant, est d’accueillir une poche d’eau – un Camel Back – pour pouvoir se réhydrater en roulant. La veste est même équipée d’un conduit sous la surface externe pour passer le tuyau de la poche d’eau, conduit qui aboutit sur le côté droite en haut.

Scott Sports
Vest Scott Sports Dual Raid II, et pantalon de même pour ce Hard Alpitour 2022.

Le pantalon a deux rabats d’aération, lui aussi, sur les cuisses, et deux poches classiques latérales, elles aussi bien étanches. Mais plus, comme dans les anciennes versions, deux poches supplémentaires de type cargo.

Ces deux vêtements peuvent être zippés ensemble. Ils sont très confortables et laissent une pleine liberté de mouvement. En cas de pluie, ils prennent très vite l’eau (le choix fait est celui de la respirabilité par températures élevées), et l’on en restera au sec qu’en ajoutant la membrane étanche, qui vient se glisser à l’intérieur. Ou en portant une surveste étanche.

Scott Dual Raid
L’ensemble veste-pantalon Dual Raid de Scott n’est pas étanche. Si l’on veut ne pas être mouillé, il faut ajouter la doublure étanche à l’intérieur, ou mettre une surveste par dessus. Mais il est par contre très confortable et bien aéré.

Mais la taille qui nous convient a l’inconvénient d’être un peu « lâche », ce qui fait que le pantalon a tendance à descendre. Pas au point de faire taille basse, mais cela peut gêner dans la conduite debout en enduro. Raison pour laquelle nous avons ajouté une paire de bretelles!

Si vous voulez en savoir plus sur les produits Scott, vous pouvez consulter leur site suisse, ou vous adresser notamment à nos partenaires dans l’Annuaire suisse des professionnels de la moto, le garage 3D Motos, à Bretigny-sur-Morrens (VD) revendeur de la marque et l’un des rares en Suisse romande à posséder un petit show-room Scott, à Motoboutique à Lausanne, ou à Aplusmoto à Sion.

Photos: Jean-Baptiste Rozain/ @madpik_photographie, Massimo Di Trapani, Fotografica Sestriere
Article paru sous une autre forme dans le magazine Moto Sport Suisse

Article mis à jour le 13 octobre 2022 à 21:18

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements