Essai de la Yamaha MT-09 SP 2022 sur l’anneau du Rhin
Test Yamaha

Essai de la Yamaha MT-09 SP 2022 sur l’anneau du Rhin

Grâce à nos partenaires Hostettler AG et Yamaha Motor Suisse, nous avons pu bénéficier d’une organisation complète d’une journée d’essais de la gamme 2022 de la marque. Et ceci, sur le circuit de l’anneau du Rhin, en Alsace.

Nous avons été reçus en Alsace pour la présentation de la gamme 2022 des motocycles de la firme japonaise. Lors de notre arrivée à l’hôtel et après notre check-in, une présentation de l’équipe d’hostettler AG ainsi que de leurs objectifs sur cet événement a précédé le repas de bienvenue.

Le lendemain, forts du petit-déjeuner et de café, nous avons pris la route pour le circuit de l’anneau du Rhin. Un tracé onduleux de 3,7 km de long s’offrait alors à nous pour toute cette journée, sur lequel nous avons eu le plaisir de tester cette nouvelle flotte. Après le briefing sur les conditions de sécurité et d’emploi des véhicules, nous voilà lancés. Et ce n’est autre que Robin Mulhauser, double champion du monde d’endurance et employé chez Yamaha Suisse, qui nous ouvre les premiers tours de piste.

À l’intérieur du salon Yamaha, les pilotes sont briefés sur les règles et le déroulement de la journée.

En dépit de la températures douce, des pluies intermittentes étaient présentes tout au long de la journée. Et les quelques périodes sèches que nous avons prises pour un répit ont cédé la place à une tempête de sable du désert du Sahara, sable qui voyageait alors à travers l’Europe. Teintant le ciel d’orange, ce phénomène a aussi influencé nos tests sur le circuit, alors couvert de sable remplaçant la pluie. Vous l’aurez deviné, l’adhérence des deux-roues n’aura pas été optimale, mais cela n’a en rien péjoré notre humeur et notre motivation à mener à bien notre mission.

Ce n’est pas moins de quarante modèles de motos et de scooters qui ont été mis à disposition pour cette journée d’essais.

Pour cette journée d’essais, le constructeur nippon a mis à notre disposition plusieurs véhicules, allant de la petite XSR 125 (lire notre essai en Hollande) à la fulgurante R1M, en passant par d’étonnants scooters. Nous avons fait notre maximum pour rentabiliser notre temps d’essai sur le plus de modèle possible. Une moto en particulier a concentré notre attention, la Yamaha MT-09 SP, version 2022.

Les suspensions Öhlins dorées, signe distinctif de la version SP. Hormis le coloris, bien sûr.

Bien que nous ayons rédigé un article sur la version standard de cette moto, que vous pouvez lire ici, nous avions à cœur de comprendre la différence que propose cette version plus premium de ce roadster nerveux dont la notoriété n’est plus à prouver.

Du haut de son système de suspension amélioré, de marque Öhlins, la MT-09 SP se démarque comme un concurrent important sur le marché des roadsters abordables, tant financièrement qu’en termes de performance. Alors, qu’est-ce qui change vis-à-vis de la version standard?

La version SP de l’hyper naked arbore une étiquette à son nom sur la partie carénée du réservoir.

Yamaha a non seulement doté la MT-09 SP d’un coloris exclusif, mais également d’une selle dont les coutures sont accompagnées de surpiqûres pour un design plus agréable. Mais ce n’est pas tout. Cette version SP possède un jeu de suspension améliorée et entièrement réglable à l’avant comme à l’arrière, de marque Öhlins, qui améliore drastiquement la tenue de route sur bien des aspects.

Les suspensions entièrement réglables de la marque Öhlins d’une couleur dorée se font très vite remarquer sur la moto.

Plus rigide, plus permissif, ce nouveau train permet de combler les quelques lacunes longtemps reprochées au châssis de la MT-09 en accroissant de ce fait la stabilité de ce roadster dont le train avant très léger, malgré l’inclinaison volontaire du moteur vers l’avant, aurait la réputation de vouloir se faire la malle. La différence s’est fait ressentir lors de notre essai, qui, pour rappel, s’est déroulé sur le sable et sous la pluie.

Pour notre journée pluvieuse, la MT-09 SP était chaussée de pneus Bridgestone Battlax S22.

La SP a tout de suite su nous mettre en confiance, les sensations de conduite rassurantes que ce châssis amélioré prodigue permettent d’être rapidement à l’aise.

Mettre de l’angle, même sur route mouillée, n’aura jamais été si facile avec une MT-09, tant le châssis de la SP nous met en confiance.

En ce qui a trait à l’électronique, rien ne change. Si ce n’est l’ajout d’un régulateur de vitesse alors que la version standard en est dépourvue. Cela permet de rajouter un petit « plus » pour les trajets monotones et longs comme par exemple, sur une autoroute. Bien que l’assise droite et le guidon haut de cette moto la rendent déjà confortable.

Le régulateur de vitesse, un ajout agréable qui rapproche un peu plus la MT-09 SP de ce qui se fait chez les concurrents.

Pour parler performance moteur, tout est similaire à la version standard dont vous pouvez prendre connaissance dans notre article susmentionné. Le trois cylindres CP3 de 889 cm³ développant 119 ch, re-musclé et moins polluant depuis la version 2021, continuera de faire parler de lui tant il est nerveux et agréable.

Les performances notoires de la machine combinées à ce châssis amélioré en font une arme redoutable qui n’a rien à envier aux autres hyper naked de sa catégorie. Du moins, tant que la nouvelle plastique de ce modèle vous convient.

La fourche dorée, les clignotants au niveau des écopes, le phare en forme de W, ou de vague Y (référence à Yamaha). Curieux choix de design de la part du constructeur Japonais. Mais les MT ont trouvé leur public.

Pour parler de tarif, le prix de cette nouvelle édition de la MT-09 SP est fixé à 12490 frs pour la moto de base, sans ajout d’option.

La MT-09 SP rend heureux notre essayeur Miguel.

Nous avons bien entendu profité de cette journée pour nous adonner à l’essai de nombreux autres modèles suivant la chaîne alimentaire proposés par l’importateur. Par exemple, nous nous sommes fait plaisir sur quelques tours de piste avec le trail offroad par excellence de la marque, la Ténéré 700.

Curieuse découverte que de pousser ce trail sur un tracé en asphalte, mais la surprise fût bonne. La moto est très agréable à prendre en main et bien assez sportive pour ne pas jalouser ses sœurs plus taillées pour ce type de compétition. Difficile de donner un avis constructif sur cet essai car le but premier de cette moto n’est pas de marquer un temps sur un tour de bitume.

Nous nous permettons tout de même de dire avoir trouvé la selle quelque peu inconfortable, surtout pour une moto censée faite pour enchaîner les kilomètres. Le prix de la Ténéré 700 standard démarre à 11790 frs. La version Rally Edition (lire notre essai) est proposée à 12990 frs alors que l’édition World Raid (lire notre présentation) est à 13990 frs.

Le coloris spécial de la Ténéré 700 Rally Edition rappelle celui des Yamaha participants au Dakar dans les années 80′. Jantes dorées incluses.

Pour continuer dans le Trail mais un peu moins off-road, les Tracer 7 et 9 étaient également de la partie. Trail montés sur les bases, respectivement, de la MT-07 et de la MT-09, ils affichent des performances similaires à leurs roadster de sœurs. Équipés tout de même d’un guidon plus haut et plus large, d’une assise plus confortable, avec un tableau de bord plus complet et, bien entendu, toutes les options de confort que nous sommes en droit d’espérer d’une moto de route.

Notre essayeur/photographe à l’aise sur la Tracer 9 GT.

Sur la piste, une différence notoire au niveau de l’assise. Moto plus haute, mais à l’instar des versions Hyper naked, tout autant agile et efficace. Bien que leur base permet de s’amuser sur piste, le but premier de ces modèles est d’allier confort de route et sportivité. La Tracer 7 peut s’obtenir pour la somme de 9590 frs. 10490 frs dans sa version GT.

Pour la grande sœur, on trouve la Tracer 9 à 11990 frs. Elle possède également sa version GT, équipée de suspensions semi-actives (lire notre essai de longue durée), proposée à 14690 frs.

La Tracer 7, dérivé trail du petit roadster bien connu, la MT-07.

Contrairement à la petite dernière des sportives de la firme, justement créée pour cette catégorie. La Yamaha R7. Vous pouvez toujours vous abreuver de notre essai complet de cette moto réalisé en Espagne mais il est sûr que la différence fût marquée dès la sortie de la Pit Lane. La position de conduite, très recroquevillée, écrase le pilote sur le réservoir de l’engin.

Le sélecteur ainsi que le levier de frein arrière, petit et proche des cale-pieds, rendent difficile le passage des vitesses. Pour le reste, la moto affiche des performances correctes dans l’ensemble mais demande tout de même un petit temps d’adaptation pour être domptée convenablement. Le modèle standard de la R7 est vendu au prix de 9890 frs alors que la version 60th Anniversary est proposée à 10290 frs.

La R7 World GP 60th Anniversary, les couleurs légendaires de la victoire de Yamaha au championnat du monde de 1964.

Lorsqu’il a été question de passer aux choses sérieuses, les R1 et R1M ont su poindre le bout de leur carénage. Des machines dont la réputation est connue de tous depuis l’arrivée de ce modèle sur le marché en 1998. L’arme ultime pour la piste (selon les goûts de chacun, bien sûr).

La R1 affichait déjà des performances remarquables par rapport aux concurrentes. Nous l’avons essayée et il est clair que ça ne rigole pas. C’est puissant, ça tient le pavé et surtout, ça freine fort! Du haut de ses 200 ch, la machine qui sert de base à la moto du champion du monde Superbike en titre, Toprak Razgatlioglu, possède déjà de quoi vous faire frémir dans sa version d’origine.

La R1 « standard », dans le coloris basique de la firme. Couleur que vous aurez du mal à apercevoir à la vitesse à laquelle cette machine déboule.

Pourtant, l’écurie nipponne aux trois diapasons est partie en quête d’exclusivité toujours plus extrême pour ses fans les plus téméraires en élaborant, à son tour, la version M de cette hypersport. Yamaha a créé ce monstre en utilisant certaines des techniques les plus sophistiqués développés sur la M1 de MotoGP. Sa suspension Öhlins à réglage électronique (ERS) à la pointe de la technologie et sa fourche à gaz avant anti-cavitation NPX qui rigidifie l’ensemble. De plus, un carénage avant en carbone vient habiller le tout. La R1 de base est à 21490 frs, tandis que la R1M monte à 27990 frs.

En tout cas, il est sûr que cette journée d’essais nous aura offert pleins de bons souvenir et de belles opportunités. Malgré une météo qui laissait à désirer et le sable du désert en plein voyage dans nos contrées, cela n’aura pas pu ternir notre plaisir.

Pour plus d’infos concernant les modèles de la marque, n’hésitez pas à vous promener sur le site officiel de Yamaha suisse. Vous pouvez aussi vous adresser notamment à nos partenaires de l’Annuaire suisse des professionnels de la moto, Badan Motos à Genève, Moto Bolle à Morges, Facchinetti Motos à Crisser (VD), MCM Moto à Lausanne, Chevalley Motos à Saint-Légier (VD) ou hostettler moto ag Fribourg à Marly.

Photos: DR, Yamaha

Article mis à jour le 23 mars 2022 à 18:34

Auteur

Miguel

Miguel

Miguel, alias Bob. Amateur de combinaison cuir sur de belles mécaniques! Motard de toute saison et de tout horizon, j'aime partager et échanger sur ma passion du deux-roues. J'espère que vous prendrez du plaisir à lire les émotions retranscrites par le biais de nos articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements