Série atelier, #2: ajuster les commandes de son deux-roues
Entretien et réglages

Série atelier, #2: ajuster les commandes de son deux-roues

Ce mois-ci, dans la rubrique atelier, Robin, de l’atelier participatif lausannois Rideshaper, vous aide à devenir le seul maître aux commandes de votre machine. En apprenant au passage comment adapter le sélecteur, les leviers de frein et d’embrayage et la pédale de frein à votre morphologie, et à lubrifier correctement ces commandes.

Il y a en gros un mois, nous vous expliquions comment constituer votre trousse à outils de base (lire notre article), et maintenant, il est l’heure de se pencher sur les commandes!

Au fil des rencontres à l’atelier chez Rideshaper, nous nous sommes aperçus d’une curiosité: beaucoup de pilotes se sont adaptés à leur bécane… vous n’avez jamais pris le temps d’adapter votre moto à votre taille, votre morphologie. Il est temps de remédier à cela! Deux personnes physiologiquement très différentes peuvent piloter la même moto. Soit ils ont ajusté les commandes à leur corpulence, soit ils se sont habitués aux réglages de l’ancien propriétaire ou au réglage d’usine… Mais de quelles commandes parle-t-on exactement? Des quatre commandes qui sont actionnées par vos mains et vos pieds. L’embrayage et le sélecteur de vitesse côté gauche, le levier de frein avant et la pédale de frein arrière, côté droit. Sachez qu’il est possible de régler toutes ces commandes sur votre moto.

Les leviers au guidon

Commençons par régler les deux leviers du guidon. Lorsque vous vous asseyez sur votre moto les pieds sur les cale-pieds, et que vous posez les mains sur les poignées, votre poignet ne doit pas être «cassé», ni vers le haut ni vers le bas. C’est-à-dire que si vous tendez les doigts, les leviers doivent être naturellement dans le prolongement de votre avant-bras. C’est aussi simple que ça.

les commandes
Les commandes (leviers) au guidon sont bien réglés quand vos mains et doigts se placent ainsi, dans le prolongement des bras. Sur une sportive avec des guidons bracelets, les coudes seront pliés.

Pour obtenir ce réglage, prenez le bon outil dans votre trousse de bord (que nous avons détaillée le mois dernier) et qui correspond aux deux vis qui retiennent le levier sur le guidon. Une clé plate de 8 ou de 10, une clé imbus de 5 ou un tournevis cruciforme en fonction des modèles de vis.

les commandes
Comment régler la position du levier de frein. Une fois le commodo desserré, faire pivoter jusqu’à ce que ça soit parfait!

Une fois que vous les aurez dévissées d’un demi-tour environ, vous pourrez commencer à faire pivoter la cocotte ou le commodo (la pièce à laquelle est retenue le levier) vers le haut ou vers le bas. Le seul challenge est de bien ajuster les deux leviers à la même hauteur pour ne pas avoir une sensation d’asymétrie lorsque l’on tend les doigts vers les leviers.

les commandes
Ca peut aussi se présenter ainsi.

Sur certaines motos, grâce à une molette graduée de 1 à 4 (ou plus), nous pouvons régler l’écartement du levier par rapport au guidon. Sur la position 1, le levier est le plus éloigné du guidon et donc sur 4, le levier est au plus proche du guidon. Certains leviers permettent même d’ajuster la garde, soit la distance à parcourir avant que les freins ne mordent.

les commandes
Sur certaines motos, on peut encore régler l’écartement des leviers de frein (ici) et parfois même d’embrayage.

 

L’embrayage

Le point de patinage de l’embryage peut lui aussi être réglé. Est-ce que ce point de patinage sur votre moto se ressent quand vous relâchez à peine le levier, ou au contraire quand le levier arrive au bout des doigts? Dans les deux cas ce n’est pas agréable. Le point de patinage idéal se situe entre un tiers et la moitié de la course du levier d’embrayage.

embrayage
Pour régler au mieux le point d’embrayage, il faut commencer par dévisser cette molette.

Pour régler ce point, sur un embrayage par câble, dévissez la molette qui relie le câble d’embrayage au levier de plusieurs tours, pour pouvoir faire tourner la partie filetée qui retient la gaine du câble (voir photo 4). Si vous vissez cette partie filetée, vous allez détendre le levier et donc rapprocher le point de patinage du guidon. Attention cependant de ne pas trop détendre le câble et avoir une course morte trop importante – un débattement trop important entre le moment où vous saisissez le levier et le moment ou le levier tire sur le câble – ce qui aurait pour conséquence de ne plus débrayer totalement. Dans le cas contraire, si vous dévissez la partie filetée, vous tendez le levier et donc éloignez le point de patinage du guidon. Attention là aussi à ne pas trop tendre le câble et avoir une course morte trop faible, ce qui pourrait avoir pour conséquence que la moto débraye toute seule lorsque vous braquez le guidon… Une course morte idéale se situe entre 2 et 5 mm. Une fois le bon réglage trouvé, resserrez la molette en la vissant contre la cocotte pour que le câble ne puisse plus se serrer ni se desserrer.

Une opération similaire est possible lorsque la commande est hydraulique.

Les pédales de frein et de sélecteur

Passons aux commandes actionnées pas les pieds à présent. Vous roulez en baskets renforcées ou avec des bottes? Les semelles n’ont bien sûr pas la même épaisseur… et de toute évidence, nous n’avons pas une taille de jambes standard.

Comme pour les leviers au guidon, nous pouvons monter ou descendre le sélecteur de vitesses et la pédale de frein arrière. Il vous faut descendre loin vers le bas pour passer votre pied sous le sélecteur? Il est trop bas… A l’inverse, vous faut-il faire une vraie gymnastique avec la cheville pour poser votre pied sur le sélecteur et rétrograder? Il est sans doute beaucoup trop haut.

pédale de frein
La bonne position pour la pédale de frein.

Le bon réglage des pédales est celui qui correspond à la position naturelle du corps lorsque vous vous asseyez sur la moto. C’est-à-dire que lorsque vous avez les mains sur les poignées du guidon et les pieds sur les repose-pieds, il faut que le sélecteur et la pédale touchent à peine vos semelles, sans que vous appuyiez dessus. Sinon, cela signifie que vous freinez en permanence, ou que vous forcez sur la sélection.

sélecteur
Le levier du sélecteur ne doit être ni trop loin, ni trop proche.

Adaptons tout ça à votre position de conduite. Le sélecteur est généralement maintenu à l’axe de sortie de boîte de vitesses par une seule vis qu’il est facile de retirer avec un clé plate de 10. Il faut dévisser cette vis complètement et l’enlever pour pouvoir retirer le sélecteur. Vous vous apercevrez que l’axe de sortie de boîte de vitesses est cranté. Vous ne pouvez donc remettre le sélecteur que dans certaines positions. Essayez plusieurs hauteurs en vous rasseyant sur la moto et mimez de passer les vitesses. Trouvez le bon compromis avant de verrouiller le sélecteur en replaçant la vis et en la serrant doucement. Pour cela mettez la vis en appui et serrez-la d’un dixième de tour (pas plus).

sélecteur
La vis à repérer pour pouvoir régler la position de la pédale de frein.

Pour la pédale de frein, la position naturelle de votre jambe lorsque vous êtes assis est une fois de plus notre guide. Pour modifier la position, vous trouverez un mécanisme de «vis contre-écrou» au niveau de l’arrière de la pédale côté talon (voir photo 6). Il suffit de desserrer l’écrou (à l’instar de la molette pour le levier d’embrayage) avec une clé plate de 10 par exemple, et de faire tourner la vis ou la tige dans un sens ou dans l’autre, pour faire monter ou descendre la pédale. Si vous dévissez la tige, la pédale descend et si vous vissez la tige, la pédale monte. Remettez vous en selle et contrôlez que votre semelle affleure la pédale en position naturelle (voir photo numéro 7). Une fois la bonne position trouvée, resserrez l’écrou avec la même force que pour la vis du sélecteur (c’est-à-dire modérément) et le tour est joué!

La lubrification

Pour que les commandes répondent toujours bien à vos sollications, il faut (pour certaines) qu’elles soient lubrifiées (ce qui équivaut plus ou moins à « graissées »). La lubirification s’effectue à l’aide du spray lubrifiant qui agrémente votre trousse portative. Un lubrifiant spécial câble serait idéal, mais un lubrifiant universel fait aussi bien l’affaire.

L’embrayage se lubrifie au niveau de la molette de réglage (voir photo). Sprayez le câble une fois débrayé et relâchez le levier. Cela aura pour effet de faire rentrer du lubrifiant dans la gaine. Répétez cette action plusieurs fois. Si vous le pouvez, faites de même à l’autre bout du câble, généralement du côté droit de votre moto (à l’opposé donc) au niveau du moteur. C’est un endroit où le câble est souvent exposé aux éclaboussures. On cherchera à lubrifier l’intérieur de la gaine là où le câble coulisse. C’est pourquoi il faut embrayer et débrayer à plusieurs reprises.

lubrification
Il est conseillé de lubrifier régulièrement le câble d’embrayage (quand la commande n’est pas hydraulique).

Les autres endroits que l’on cherche à lubrifier sont les axes des leviers et des pédales pour qu’ils ne couinent pas, qu’ils soient bien souples. Le levier d’embrayage et le levier de frein sont montés sur des axes (une vis maintenue par un écrou) que vous pouvez sprayer, puis actionner pour répartir le lubrifiant. Le sélecteur de vitesses n’a lui pas besoin d’être lubrifié. La pédale de frein non plus. Vous pouvez néanmoins lubrifier les reposes-pieds en sprayant leurs axes et leurs ressorts, en les faisant remonter et redescendre plusieurs fois.

Voilà, vous venez de comprendre que vous pouvez adapter les commandes, et donc votre moto à votre morphologie. Ce n’est pas à vous de vous adapter à votre moto, c’est à votre moto de s’adapter à vous! Pour cela, n’hésitez pas à demander à votre concessionnaire de prendre le temps de régler votre moto avec vous avant de quitter la concession, ou à le faire vous-même une fois rentré à la maison quand vous venez d’acheter une moto d’occasion. Dans le prochain article, nous parlerons de vos pneus, de ce qu’il faut savoir à leur égard, mais surtout de comment bien les choisir.

Photos: Robin Brugerolle/Rideshaper
Article paru sous une autre forme dans le magazine Moto Sport Suisse

Article mis à jour le 9 avril 2021 à 17:48

Auteur

Robin Brugerolle

Robin Brugerolle

Voyager à moto est ce qui anime Robin lorsqu’il n’est pas en train de partager sa passion pour la mécanique chez Rideshaper à Lausanne. Il voue un certain culte aux gros monos des années 90, mais reste à l’écoute des bicylindres en V longitudinaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements