Ensemble IXON Crosstour  – Petit prix, maxi efficacité.
Test équipement

Ensemble IXON Crosstour – Petit prix, maxi efficacité.

De l’hiver helvétique au printemps marocain, de la froide grisaille de janvier aux premiers rayons de soleil de février, voici les conditions – idéales – pour tester en conditions réelles l’ensemble IXON CrossTour, destiné au segment Trail/Adventure. Un grand écart de quelques 30° pour mettre à l’épreuve cet équipement, composé d’une veste CrossTour HP et d’un pantalon CrossTour 2.

Vendu comme un produit 3-en-1, avec deux doublures amovibles (une pour l’étanchéité et l’autre pour l’hiver), cet ensemble est censé être capable d’affronter les pires chaleurs comme les déluges les plus extrêmes, en vous permettant de conserver un confort de conduite acceptable. Un test court, certes, mais intensif. Et surtout suffisamment représentatif de l’ensemble des situations auxquelles cet équipement pourrait être confronté.

Actu moto Ixon Cross Tour
La veste Cross Tour HP…
IXON Crosstour
…et le pantalon Cross Tour 2.

C’est donc par une semaine de trajets pendulaires au guidon de l’Africa Twin Adventure Sports (lire notre essai) que débute ce test. Des températures oscillant entre 0° et 6° en cette fin du mois de janvier, mais surtout une pluviométrie digne d’une mousson indienne. L’occasion vérifier l’étanchéité de l’ensemble, ainsi que sa capacité à préserver ma chaleur corporelle.

Sur ce dernier aspect, le test est concluant. La doublure interne est bien ajustée et joue parfaitement son rôle d’enveloppe protectrice. Sans pouvoir se prononcer sur le ressenti en cas de températures fortement négatives, on peut se réjouir de ne pas avoir besoin d’enfiler des couches de sous-vêtements thermiques pour supporter les frimas du climat hivernal de notre pays. Les aspects pratiques sont nombreux. Il est bien entendu possible de faire de nombreux ajustements, via de multiples boutons-pression et serrages (cou, bras, avant-bras, etc…). La seule veste ne compte pas moins de 9 poches, dont 5 internes (3 sur la veste même et deux sur la doublure hiver), et dispose de plusieurs inserts réfléchissants pour la sécurité passive. Les protections aux coudes, épaules et genoux sont de niveau 2, quand la dorsale est en option. Dommage de ne pas avoir, également, de protections de hanches. Mais cela peut se comprendre au vu du tarif contenu (voir plus bas). Il faudra cependant garder à l’esprit que la partie étanche vient se glisser l’intérieur, zippée entre la veste et la doublure hiver. Et que lorsque vous aurez retiré ces deux doublures, seule la poche de poitrine intérieure est garantie 100% étanche.

Après une vingtaine de kilomètres, parcourus sous un orage d’une rare intensité, le test est limpide. A l’image de mon t-shirt détrempé. Mais ce n’est pas la veste qui est en cause. N’ayant pas le réflexe de fermer plusieurs fermetures éclair à la suite lors de la phase d’habillage, je n’avais pas zippé la doublure étanche avant de re-zipper la veste en elle-même. Plus le moindre problème ensuite, avec une étanchéité parfaite constatée. Pas d’inquiétude donc, l’ensemble CrossTour vous gardera bien au sec.

Nous voilà simplement aux limites du concept 3-en-1. L’exercice, quelle que soit la polyvalence offerte, se heurte fatalement à une certaine complexité de mise en place/retrait des différents éléments. Une manœuvre qui peut vite devenir délicate en cas de météo incertaine, et ce d’autant plus en bord de route. Sans compter qu’il faudra de la place, dans un sac ou une valise, pour ranger lesdites doublures après les avoir retirées. Ceci mis à part, il faut avouer que l’ensemble est très efficace, et ce en toutes situations.

IXON Crosstour
La combinaison Crosstour à l’essai au Maroc.

Dans l’ensemble, la coupe est réussie et les matériaux utilisés semblent résistants. Le look est vraiment sympa et renvoie une image flatteuse de baroudeur, comme une invitation à l’aventure. Franchement difficile de se contenter d’aller « simplement » au travail, alors qu’un « petit crochet » par un quelconque désert serait tellement facile. Et ça tombe bien (pour mon essai), c’est justement la suite du programme. Enfin, plutôt les routes défoncées et pistes en gravier de l’ouest marocain. Avec un petit détour – tout de même – par la plage d’Essaouira. Faut pas déconner. Rouler sur du sable humide est un exercice qui requiert cependant un peu d’agilité et pas mal de dextérité. Deux qualités qui ne sont pas, à première vue, mon point fort. Tout cela avec une Tiger 900 Rallye Pro (lire notre essai) raide de neuve, qu’il convient de ne pas casser. Chaleur et sudation sont donc au programme.

Dans ces conditions un peu extrêmes, la respirabilité de l’ensemble est mise à mal. En effet, des larges zips d’aération sont prévus, sur les bras comme sur le torse, et ventilent agréablement le pilote durant les roulages rapides. Mais lors des évolutions techniques dans le terrain à basse vitesse, pas de miracle, l’évacuation devient difficile. Mais mieux vaut transpirer que de faire du off-road en short et t-shirt. Tout a un prix, et celui à payer pour une bonne protection peut vite se chiffrer en litres dans la chaleur marocaine.

En parlant de prix, il reste encore à l’évoquer. Et la surprise est plutôt bonne. Avec des tarifs plancher de 299 francs pour la veste et de 279 francs pour le pantalon, l’ensemble IXON est accessible et se place donc sous la barre des 600 francs. Reste à voir sa résistance sur la durée. Nous poursuivons donc le test et reviendrons dans quelques temps avec un bilan complet, afin d’évaluer la longévité de ces équipements. Mais la première impression est plus que positive !

Disponibilité de suite chez RedPoint Gear, que nous remercions pour la mise à disposition du matériel de test.

Infos techniques sur la veste et le pantalon, via le site IXON.

Photos: Ixon / Triumph

Article mis à jour le 25 février 2021 à 11:59

Auteur

Mathias Deshusses

Mathias Deshusses

38 ans, genevois et sur deux-roues depuis toujours. Roule sur une Triumph Rocket 3 et une KTM 390 Adventure. Aime par conséquent les machines à grosses sensations, mais aussi s’aventurer hors des sentiers battus. Est autant à l’aise avec un guidon qu’avec un appareil photo entre les mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements