La Versys 1000 a hurlé son appel à l’aventure. Reçu cinq sur cinq!
Test Kawasaki

La Versys 1000 a hurlé son appel à l’aventure. Reçu cinq sur cinq!

La Versys 1000 amorce un virage serré en 2019 avec l’utilisation d’équipements technos de pointe. La voyageuse verte a aussi effectué une métamorphose esthétique radicale.

Kawasaki a écrit l’histoire de la Versys 1000 tout en signant son entrée dans le créneau des motos aptes aux grands voyages depuis déjà pas mal de temps…

Elle a commencé en 2007 avec une 650 cm3 munie du moteur de l’ER-6n (cela vous parle-t-il?). Puis, en 2012, est apparue sur le marché une 1000 cm3 qui allait être, à quelque détails près, ce qu’elle a démontré jusqu’à présent… Une «bonne voyageuse» grâce à son moteur 4 cylindres provenant de la Z1000 avec un peu moins de puissance et pus de couple.

Versys 1000
Les longues balades au guidon de la Versys 1000 SE Gand Tourer… C’est encore mieux à deux!

Mais, au grand dam de Kawasaki, la Versys 1000 n’a pas connu le succès commercial escompté dans nos contrées. Un mépris dû en grande partie à un look qu’on a qualifié d’approximatif! Au fil des ans, Kawasaki a bien tenté quelques retouches esthétiques, mais rien de bien folichon à se mettre sous la pupille!

Table rase du passé

Cette histoire-là appartient désormais au passé. Voici la toute nouvelle Versys 1000 qui a subi une métamorphose des plus radicales, à commencer par son style. Cette Versys 1000 New Look est l’œuvre de Madame Jiwon Seo. Oui, nous avons bien dit Madame!

Avec son joli coup de crayon, Jiwon Seo a donné à la Versys 1000 une allure nouvelle. Tout en respectant le cahier des charges, elle n’a pas «arrondi les angles». Au contraire, elle a rendu la nouvelle Versys 1000 plus affûtée, plus agressive. Le «museau» tant décrié par le passé s’est raccourci et les angles sont devenus un peu plus saillants.

Deux ergots carnassiers placés à la toute fin du carénage témoignent d’une inspiration «manga» chère aux japonais. A notre avis, le coup de crayon de Madame Seo est une réussite. Celle qui a étudié les arts visuels en Corée rajoute que la partie la plus difficile à dessiner fut le grip des genoux! On la rassure c’est parfait!

Versys 1000
Jiwon Seo, artiste de la métamorphose esthétique de la Versys 1000.

Et si le moteur quatre cylindres de 1043 cm3 de la Versys développe toujours 120 chevaux, il a été revu pour apporter de la souplesse supplémentaire avec plus de couple dans les bas et moyens régimes.

Il faut encore préciser que la Versys 1000 2019 existe en deux versions aux équipements différents. La version standard (Versys 1000) comprenant les grosses évolutions technologiques comme le nouvel accélérateur électronique et deux modes de puissance: full et low (75%), plus un ABS dit intelligent et un régulateur de vitesse.

Cette version de base est pour la Suisse «un peu moins importante» nous dit Freddy Oswald, le directeur de l’importation helvétique. «Nous pensons raisonnablement vendre 15% de versions standard et 85% de version SE. En tout, nous voulons en écouler 150 pièces».

Versys 1000
Décor de rêve pour exprimer l’essence même de la balade au long cour.

Nous allons essentiellement parler de la SE, celle qui comprend le package «full» des éléments électroniques d’agrément et de sécurité. que nous avons pu essayer dans sa version ultime Grand Tourer. Celle-ci se reconnaîtra par ses couleurs soit verte et noire ou noir-gris-blanc, mais aussi grâce à ses valises, son Top Case, ses protections carter, ses phares additionnels à LED des deux côtés du carénage et aussi ses deux anti-brouillard.

Le luxe ultime selon Kawasaki. On regrettera juste que le pare-brise ne soit pas à commande électrique!

La plus grande valeur ajoutée à ce quatre cylindres est maintenant son contenu «techno» d’aides au pilotage, propre à faciliter au maximum la vie du pilote voyageur. Et la liste est longue!

Sur la SE, outre l’accélérateur électronique, le contrôle de maintien de trajectoires (contrôle de traction), un Quickshiter Up & Down, deux séries de trois LED de virages,  on trouve encore quatre modes de conduite (Rain, Road, Sport, Rider), ce dernier étant paramétrable manuellement.

Tous ces éléments sont reliés à la nouvelle centrale ECU. Ce n’est pas fini ! La Versys 1000 SE Grand Tourer dispose encore d’un contrôle électronique des suspensions réglable selon le chargement embarqué… Avec ou sans valises, avec ou sans passager etc. C’est selon! Puis, sophistication extrême: ces composants peuvent être commandés via son smartphone grâce à l’application «Rideology the App» disponible sur l’App Store et aussi pour Android.

Versys 1000
Tous les réglages sont ici à portée de mains.
Versys 1000
Ou ici, grâce à l’application Rideology the App.

Bien sûr, les réfractaires à la Techno ont évidemment la possibilité d’exécuter tous ces réglages via les commodos du guidon, à l’anciennne pourrait-on dire !

Répondre à l’appel de l’aventure

Nous avons entendu l’appel de l’aventure lancé par la Versys 1000 SE. Il est venu des îles Canaries. De Lanzarote et de Fuerteventura plus précisément, où nous avons pu effectuer près de 400 kilomètres en deux jours avec, pour nous les Suisses, près des deux tiers de cette distance parcourus à Lanzarote sur des routes au revêtement et au grip parfait sauf sur quelques kilomètres… Il fallait bien tester les suspensions électroniques! Verdict: à 130 km/h en terrain miné, les suspensions absorbent et travaillent à merveille. Epatant, le combo nouvelle selle confort-suspensions électroniques. Même pas mal… aux fesses!

Versys 1000
Pour rejoindre Fuerteventura, nous avons emprunté un ferry.

Des routes parfaites et désertes où l’occasion d’essorer la poignée nous a permis de visualiser un 210 km/h. Même pas pris!

Dès les premiers kilomètres parcourus au guidon de la Versys SE Grand Tourer, un sentiment de plénitude et de sécurité s’installe. Tout semble facile. Presque trop facile! Tout se passe dans le calme. Tout est à portée de vue sur l’écran TFT couleur. Les débutants devront prêter attention à ne pas se laisser embarquer dans l’oisiveté sensorielle, sous peine de se faire surprendre au premier virage!

Sur la Versys 1000 SE Grand Tourer rendue «lourde» par sa multitude d’équipements, le freinage se doit d’être à la hauteur. Celui-ci est impeccable tant sur le feeling que sur le mordant.

On rajoutera que l’équilibre de la Versys 1000 a maintenant atteint un niveau largement supérieur aux versions précédentes. Ainsi, la maniabilité extrême et la stabilité extrême aussi renforcent encore l’impression de facilité de conduite.

Versys 1000
Equipement complet pour la version SE Grand Tourer.

Et si les émotions procurées par le quatre cylindres ne sont pas d’un effet extraordinaire, le gros couple disponible dès le premiers tours pousse fort et nous emmène loin, très loin.

Au fil des kilomètres parcourus, on pourrait tout de même évoquer quelques critiques ou regrets… Le pare-brise, par ailleurs très efficace, n’est pas à commande électrique. Et quelques vibrations gênantes se font ressentir entre 6000 et 7000 t/min.

Mais, l’essence même des longue balades (c’est encore mieux à deux) n’est-elle pas de profiter un maximum des «à-côtés»? Avec la Versys 1000 SE Grand Tourer c’est maintenant possible et recommandé.

Versys 1000

Versys 1000

Versys 1000

Photos: Ulla Sera/James Wright/Kawasaki

Auteur

Claude Bovey

Claude Bovey

Claude, comme son coéquipier, vit avec la passion du 2 roues qui lui hérisse toujours les poils, en toutes circonstances. Il est père de trois enfants et de quatre petits enfants… Et l'un d'entre eux s’appelle… Valentino! Allez savoir pourquoi?

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

  • GANDER Pascal

    Test intéressant et informatif, 100% pratique. Sur le catalogue (ou la page web) cela a toujours l’air plus que parfait; là c’est du vécu. Bonne route.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *