MotoGP – Nous avons un nouveau champion, couleur rouge, Pecco Bagnaia
MotoGP-Moto2-Moto3

MotoGP – Nous avons un nouveau champion, couleur rouge, Pecco Bagnaia

Le pilote du team d’usine Ducati s’est battu jusqu’au bout, et il a fini à la 8ème place du dernier Grand Prix de la saison, à Valencia. Assez pour battre son rival Fabio Quartararo (Yamaha), quatrième de cette course, au nombre de points finaux. Cela fait depuis Casey Stoner en 2007 qu’un pilote Ducati ne s’était pas imposé en tant que champion dans la catégorie reine. En Moto2, le titre est revenu à Augusto Fernandez (team Red Bull KTM Ajo), deuxième de la course derrière son coéquipier Pedro Acosta. Et c’est le déjà champion Izan Guevara (GasGas) qui a remporté la victoire en Moto3.

Pour ce dernier Grand Prix moto de la saison 2022, Francesco Bagnaia, de son petit surnom Pecco Bagnaia, avait toute la pression du monde sur ses épaules. Le pilote du team d’usine Ducati, couleur rouge, avait en effet plus de 20 points d’avance sur son plus proche rival dans la course au titre MotoGP, le Français Fabio Quartararo (Yamaha), champion du monde en titre.

Mathématiquement, il restait peu de chance que Quartararo puisse refaire ce retard durant cette dernière course, après sa troisième place et la victoire de Bagnaia en Malaisie (lire notre compte-rendu), et surtout aprè sa chute en Australie au GP précédent celui de Malaisie. Il aurait en gros fallu qu’il la gagne, et que Pecco Bagnaia ne marque aucun point – soit en finissant au delà de la quinzième place, soit un chutant. Ce qui aurait été un drame pour les fans de la couleur rouge.

couleur rouge
Jorge Martin, du team satellite Prima Pramac Ducati, a décroché la pole en MotoGP.

Mais la réalité est toujours différente de la théorie dans le monde de la course. Et dans une course de 27 tours, sur un circuit serré et contre des adversaires qui sont prêts à aller chercher la limite pour obtenir même le plus petit des avantages, tout est de fait possible.

Jack Miller, l’équipier de Pecco, a réussi à se placer sur la première ligne durant les qualifications, samedi. Il a livré le troisième temps, couleur rouge, derrière le pilote du team Pramac Ducati satellite Jorge Martin (pole) et l’octuple champion mondial Marc Marquez (Honda).

Quant à Fabio Quartararo, en décrochant la quatrième place sur la grille de départ, il a fait nettement mieux que son rival, qui lui était huitième. Et placé derrière des pilotes come Alex Rins (Suzuki, 5ème),  Maverick Vinales (Aprilia, 6ème) et Brad Binder (KTM, 7ème).

couleur rouge
Alex Rins (numéro 42) vire en tête, devant Jorge Martin et Jack Miller.

C’est Alex Rins qui a pris le meilleur départ, surprenant tout le monde et virant en tête au premier virage, pour la joie des fans de Suzuki, une marque dont c’était le dernier Grand Prix.

Rins se trouvait alors devant Martin et Miller, tandis que Quartararo avait laissé un peu trop d’espace au premier virage pour Marc Marquez, parti un peu moins fort mais qui a pu profiter de l’aubaine. Et Quartararo se trouvait donc juste devant son rival Pecco Bagnaia.

Puis Marquez a pris la troisième place à Jack Miller, et Quartararo a fait de même. Le pilote Ducati ne s’est pas laissé faire sans réagir et il a repris son bien au membre du team d’usine Yamaha, au début du deuxième tour. La manoeuvre a forcé le Français à élargir et à ouvrir bien involontairement un passage à Francesco Bagnaia. Ce dernier s’est engouffré, mais quand Quartararo a voulu refermer la trajectoire, sa Yamaha est entrée en contact avec la Ducati… ce qui a arraché un aileron stabilisateur de la moto italienne.

Quartararo a mis quelques virages à reprendre son rythme, plus rapide que celui de son rival. Et dans le quatrième tour, il lui a fait l’intérieur au virage numéro 6. Mais le trio de tête se trouvait déjà à plus d’une seconde.

C’est alors que les ennuis de « Pecco » ont vraiment commencé. On ne sait pas si c’est parce que sa Ducati était devenue instable aérodynamiquement, ou si c’était juste la pression psychologique et l’enjeu qui lui faisaient commettre des erreurs, mais le pilote Ducati a tout d’un coup semblé ne plus pouvoir rouler aussi vite.

Fabio Quartararo
Fabio Quartararo (numéro 20) a pu se débarrasser de Bagnaia (numéro 63). On voit Brad Binder (numéro 33) en embuscade.

Brad Binder n’a pas dû attendre très longtemps pour s’emparer de la cinquième place de Bagnaia. Puis ce fut au tour de Joan Mir, le coéquipier de Rins et champion du monde MotoGP 2020. Et peu de temps après, celui de Miguel Oliveira (KTM, et de Luca Marini, du team Ducati satellite VR46.

Marc Marquez
Ni Marc Marquez (numéro 93) ni Jack Miller (numéro 43) n’ont fini la course.

Et pendant ce temps, Marc Marquez, qui venait de se refaire passer par Jack Miller, a perdu l’adhérence et a fini dans le bac à gravier. Un résultat nul pour le team officiel Repsol Honda, puisque le coéquipier de Marc, Pol Espargaro, avait déjà dû abandonner après une chute plus tôt dans la course.

couleur rouge
Francesco Bagnaia a pu laisser passer Enea Bastianini sans drame.

Bagnaia se trouvait à ce moment de la course en huitième place. Il va encore devoir laisser passer son futur coéquipier chez Ducati, Enea Bastianini (team Ducati satellite Gresini), en lutte pour la troisième place du championnat avec Aleix Espargaro (Aprilia). Aleix Espargaro qui n’a pu faire que quatre tours avant de devoir rentrer au box à cause d’un problème technique sur son Aprilia d’usine.

L’hémorragie va s’arrêter là pour Pecco, qui tiendra bon jusqu’à la fin devant les tentatives de Franco Morbidelli, le coéquipier de Quartararo chez Yamaha.

A l’avant de la course, Jack Miller a perdu l’adhérence sur sa Ducati, à cinq tours de la fin, finissant ainsi son parcours chez la marque italienne par un zéro. On rappelle que l’Australien sera l’an prochain chez KTM, avec Brad Binder.

Alex Rins
Alex Rins (numéro 42) s’est imposé, pour la dernière participation de Suzuki à un Grand Prix, devant Brad Binder (numéro 33) et Jorge Martin (numéro 89).

Un Binder qui s’est encore payé le luxe de passer Martin pour le gain de la deuxième place, tandis que Rins gardait suffisamment de marge pour remporter sa deuxième victoire de la saison. Et Quartararo a fini au pied du podium. Ce n’était pas assez pour dénier le titre à Bagnaia, neuvième. Qui a donc fini le championnat avec 17 points d’avance sur le champion du monde MotoGP 2021.

couleur rouge
Le soulagement pour Pecco Bagnaia à Valencia.

Bagnaia et Ducati ont fait descendre une marée de couleur rouge sur le circuit de Valencia, dont les tribunes étaient pleines à craquer pour ce dernier Grand Prix de la saison 2022. Et Pecco a endossé son maillot couleur rouge de champion du monde.

C’est le premier titre pour un pilote Ducati dans la catégorie reine depuis celui de Casey Stoner en 2007! Ducati remporte aussi le titre constructeur cette année, et le team d’usine Lenovo Ducati celui des teams MotoGP.

Pour les résultats complets de cette course, c’est par ici.

Chute d’un des deux prétendants en Moto2

En Moto2, où tout le monde roule avec des moteurs Triumph tricylindres, Alonso Lopez (team Speedup, châssis Boscoscuro) a déroché sa première pole de la saison, devant le duo du team Red Bull KTM Ajo Pedro Acosta et Augusto Fernandez.

Alonso Lopez
Première pole en mondial Moto2 pour Alonso Lopez.

Fernandez avait une poignée de points d’avance sur Ai Ogura, 5ème sur la grille de départ (Idemitsu Honda Asia Team) dans la course au titre.

Tony Arbolino
Tony Arbolino (numéro 14) devant Ai Ogura (numéro 79), Alonso Lopez, Pedro Acosta et Augusto Fernandez.

Au bout de quelques virages, c’est cependant Tony Arbolino (team Elf Marc VDS, 4ème sur la grille de départ) qui était en tête, devant Ogura, avec juste derrière.

Mais au bout de quelques tours, Ogura a chuté et perdu tout espoir de remporter le titre, tandis qu’Arbolino se faisait passer d’abord par Acosta, puis par Fernandez, et que les deux équipiers du team KTM prenaient le large.

Pedro Acosta
Victoire de Pedro Acosta, le champion en titre Moto3, devant son coéquipier Augusto Fernandez.

Il y aura encore de nombreuses autres chutes, dont celle d’Alonso Lopez, et celle du coéquipier d’Ogura, Somkiat Chantra. Ou celle d’Aron Canet (team Flexbox HP40), en lice pour la troisième place au championnat.

Acosta a gagné la course, toujours devant Augusto Fernandez, avec Arbolino plus loin pour compléter le podium.

Pour les résultats complets de cette catégorie, c’est par ici.

Augusto Fernandez
La joie d’Augusto Fernandez… et deux lapins.

Augusto Fernandez est donc devenu champion, entouré de « lapins », tandis qu’Ogura a dû se contenter du titre de vice-champion, et que Canet est resté troisième du championnat, à quelques points d’Arbolino.

Jeremy Alcoba
Le pilote espagnol Jeremy Alcoba, vainqueur du Triumph Triple Trophy, sur son prix.

Le pilote espagnol Jeremy Alcoba, du team Liqui Moly Intac GP, remporte quant à lui le Triumph Triple Trophy. Il récompense le pilote qui a accumulé le plus de points durant l’année en signant le meilleur temps en course, en décrochant des poles et en se distinguant par les meilleures progressions en course.

Jeremy s’est vu remettre par Triumph une toute nouvelle Street Triple 765, produite en un seul exemplaire pour l’occasion.

Et en Moto3 …

Dans la plus petite des catégories, c’est un autre genre de couleur rouge qui a fait parler d’elle.

Izan Guevara
Izan Guevara, auteur de la dernière pole Moto3 de la saison.

Izan Guevara (Valresa GasGas Aspar Team) était déjà mathématiquement devenu champion du monde Moto3. Il a tout de même réussi à décrocher la pole devant Deniz Öncü (Red Bull KTM Tech3), et Sergio Garcia, le coéquipier de Guevara, qui était arrivé à Valencia avec une option sur le titre de vice-champion.

Dennis Foggia (Leopard, Honda), qui montera l’an prochain en Moto2 dans le team Italtrans, troisième du championnat 2022, n’était que 7ème sur la grille de départ.

Izan Guevara
Guevara (à gauche) a tenu Öncü en échec jusque dans le dernier tour.

Guevara a mené la course jusque dans le dernier tour, Öncü restant dans sa roue. Le jeune Turc a placé son attaque dans les derniers virages, mais Guevara a pris juste assez d’élan dans la dernière courbe pour remporter une victoire de plus!

Et Garcia (numéro 11), troisième, a devancé son rival pour le titre de vice-champion, Dennis Foggia qui a terminé quatrième à plus de 8 secondes du numéro 11.

Pour les résultats complets de cette catégorie, c’est par ici.

Photos: DR
Source motogp.com

Article mis à jour le 28 novembre 2022 à 18:52

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements