Test du support SP Connect: la qualité avant tout
Test équipement

Test du support SP Connect: la qualité avant tout

De nombreuses solutions existent pour bénéficier d’un GPS en moto. Mais la plus simple reste souvent d’utiliser son propre smartphone. C’est d’ailleurs la solution la moins onéreuse… si l’on ne compte pas le prix du téléphone, bien sûr. Alors, quel est le meilleur support adapté à la moto? Si la réponse dépend fortement de l’utilisation de chacun(e), ActuMoto.ch vous propose un début de réponse avec le test du système SP Connect.

Sur le marché du support smartphone pour moto, de nombreux acteurs s’affrontent. Après le test du système Quad Lock l’an dernier, c’est au tour de celui proposé par SP Connect de passer sur nos guidons. SP Connect propose en effet une alternative plutôt crédible avec un support en aluminium usiné et de multiples possibilités de fixations sur la moto.

En théorie, impossible de ne pas réussir à fixer votre téléphone sur votre moto. Mais trouver le support adapté peut tout de même s’avérer compliqué.

Trouver le bon support

Sur le site de la marque, l’offre est importante. Il y a des supports en quantité, dédiés à de nombreux usages: pour la moto, évidemment, mais également pour le vélo, la voiture, le jogging ou la maison. En ce qui concerne la moto, pas moins d’une dizaine de possibilités de fixation s’offrent ainsi aux motard(e)s. Il est ainsi facile d’ancrer votre téléphone – via le support adapté – sur le guidon, sur le té de fourche, sur le rétroviseur ou même sur le réservoir de liquide de frein de votre machine. Si le support SP Connect est donc théoriquement compatible avec toutes les motos du marché, il peut néanmoins être difficile de savoir quel modèle choisir.

Pour ce test, SP Connect nous a fourni un kit de base, dénommé «Moto Bundle». Vendu 119,95 frs, ce kit se compose d’un support en aluminium CNC, de trois entretoises en caoutchouc pour la fixation sur le guidon, d’une coque adaptée à votre téléphone et d’une housse de pluie. Il est d’ailleurs à se demander pourquoi cette housse est fournie d’office, alors que la plupart des smartphones sont de nos jours certifiés IP68 (résistance sous un mètre d’eau pendant 30 minutes). Il serait judicieux de laisser le choix à l’acheteur et de ne pas l’inclure d’office, ce qui permettrait par ailleurs d’abaisser un peu les coûts.

Le contenu du « Moto Bundle » à 119,95 frs.

Nous avons également reçu le module anti-vibration (vendu séparément, au tarif de 34,95 frs), hautement conseillé par SP Connect pour préserver votre téléphone (et notamment son appareil photo) des vibrations de votre moto. Certains appareils, en particulier les iPhones, se sont en effet révélés sensibles par le passé, au point d’endommager le système de stabilisation embarqué.

Un problème de taille

Si ce pack de base est sensé être adaptable à la majorité du parc moto, ce ne sera pas le cas pour moi. Il faut dire que je roule au quotidien sur une Triumph Rocket 3 GT: un monstre sur lequel tout est surdimensionné. Comme il fallait s’y attendre, le diamètre du guidon se révèle bien trop large pour espérer fixer le support, même sans entretoise. Lors de mes échanges avec la marque, j’avais pourtant annoncé les motos qui serviraient au test.

SP Connect m’avait de ce fait également fourni le support «Brake Mount» (comptez 64,95 frs), pouvant prendre place, le cas échéant, sur le couvercle du bocal de frein ou d’embrayage. Ici encore, et malgré une conception intelligente (la fixation coulisse pour pouvoir adopter l’écart nécessaire), c’est trop «court» pour la Rocket 3.

Voici l’un des principaux reproches que l’on pourrait faire au système SP Connect: à moins de mesurer précisément chaque élément de la moto et du support (au besoin, toutes les cotes des différents supports sont présentes sur le site de la marque), il est difficile de savoir précisément quel est le support le mieux adapté à votre moto.

En cas de doute, mieux vaut donc aller se renseigner auprès des revendeurs en Suisse romande, qui sauront vous conseiller. C’est ce que j’ai fait auprès de notre partenaire Triumph Lausanne, et qui m’a permis de trouver – enfin – le moyen le plus simple de fixer mon smartphone sur ma Rocket 3. C’est donc le «Clutch Mount Pro», qui prend place sur la fixation du maître-cylindre d’embrayage, qui m’a permis de commencer réellement ce test. Un support qui vous demandera de débourser 79,95 frs supplémentaires si, comme moi, vous étiez déjà en possession du kit de base. La facture, dans mon cas, serait donc montée à 234,85 frs au total (au lieu de 149,85 frs si j’avais directement commandé le bon support, le module anti-vibration et la coque adaptée).

Le support « Clutch Mount Pro » est le seul compatible avec la Triumph Rocket 3. Mais il semble que SP Connect ne le sache pas.

Dans les faits, SP Connect indique toutefois que «si vous n’êtes pas satisfait d’un article et que vous voulez le renvoyer, c’est tout à fait possible dans les 30 jours si l’article est complet et en bon état.» Le fabriquant précise en outre qu’il est possible d’«essayer les articles – comme [il est] autorisé à le faire dans n’importe quel magasin – sans réduire [le] droit de retourner les marchandises.»

Bon à savoir dans l’absolu, même si dans la majeure partie des cas, le pack de base devrait parfaitement fonctionner. Cela n’a d’ailleurs pas posé de problème sur les différentes motos testées, comme la Ducati Multistrada V4S, la Triumph Trident 660 ou la Honda CRF1100 Africa Twin. Sur la BMW R1250RT, dont le guidon n’est pas tubulaire, la fixation sur le maître-cylindre de frein s’est avérée parfaite.

Aucun problème de fixation pour la BMW R1250RT, qui n’a pourtant pas un guidon tubulaire.

Mais sur la KTM 390 Adventure que je roule également au quotidien, il a fallu adapter le montage – le diamètre du guidon de l’autrichienne étant pile entre deux dimensions d’entretoises.

Il est étonnant que l’on ne puisse pas sélectionner, lors de la commande sur le site de SP Connect, le modèle de moto souhaité. Cette option permettrait de se voir proposer la meilleure solution, et éviterait ainsi les dépenses (en temps comme en argent) inutiles. En tout état de cause et au moindre doute, mieux vaut donc se rapprocher d’un revendeur professionnel, qui saura vous conseiller une solution adaptée.

Dans la familles de coques, je voudrais…

Après le test du système Quad Lock l’été passé, il m’a fallu changer de téléphone. Mon Huawei se portait très bien (rien à voir avec le support en question, rassurez-vous), c’était une simple question d’impératifs professionnels. Au revoir le P30 Pro, et place à l’iPhone 12 Pro Max, avec ses 17 centimètres de diagonale d’écran. Autant profiter de l’occasion pour tester un nouveau support.

Chez SP Connect, vous serez bien accueilli… pour autant que vous possédiez un appareil de marque Apple ou Samsung. Mais avec un choix qui est relativement restreint, avec par exemple 13 coques compatibles Samsung, contre plus de 20 disponibles chez Quad Lock. On trouve tout de même une coque pour le Google Pixel 6 (et son grand frère Pixel 6 Pro), mais n’espérez rien en ce qui concerne des marques comme Xiaomi ou OnePlus, par exemple. Et c’est d’autant plus étonnant que le site américain de SP Connect propose plus de choix, avec notamment des possibilités pour les Huawei P30 Pro et P40 Pro. Des coques que la marque n’a vraisemblablement pas souhaité importer sur le marché helvétique.

SP Connect propose deux alternatives « universelles ».

Si vous ne possédez pas de smartphone Apple, Samsung ou Google, mais que vous souhaitez tout de même utiliser le système SP Connect, deux options s’offrent donc à vous.

La première consiste en une housse dite «universelle». Disponible en deux tailles (M – 153×70 mm et L – 165×80 mm), elle est étanche et dispose d’un revêtement intérieur anti-rayure. L’écran tactile est en théorie toujours opérationnel, mais attention aux reflets, qui risquent d’être nombreux. Là encore, il n’est fait aucune mention des téléphones compatibles, ce sera à vous d’estimer si votre appareil rentre dans l’une de ces housse… ou pas.

La deuxième possibilité est une simple «pastille», dotée d’un scotch 3M très résistant, à coller sur une coque de téléphone déjà en votre possession. S’il n’y a pas (trop) de doutes sur la tenue de ce type de scotch à l’usage, il faudra cependant faire attention à la coque utilisée, que ce soit au niveau de la tenue comme de la protection en cas de chute.

Une excellente qualité de finition

A l’ouverture de la boite, la première impression est plutôt bonne. Les pièces en aluminium anodisé sont belles et la finition est de très bonne facture. La qualité perçue est vraiment excellente.

Le support SP Connect est très qualitatif.

Une fois monté sur le guidon, l’intégration du support est très propre, et sa finesse vraiment appréciable. L’ensemble fait preuve d’une discrétion bienvenue et ne viendra pas casser la ligne de votre moto. Enfin, pas tant que vous n’aurez pas ajouté le module «anti-vibration», qui surchargera fatalement l’espace, visuellement parlant. Mais il faut bien cela pour préserver l’iPhone 12 de potentielles vibrations destructrices. A noter que l’ensemble de ces pièces sont également disponibles, moyennant un supplément, en finition chromée. A vous de voir ce que vous préférez, selon le style de votre engin.

La coque est, elle aussi, d’excellente facture. Conçue en plastique semi-rigide, elle inspire confiance quant à sa capacité à absorber les chocs. Les bords sont légèrement relevés au niveau de l’écran, ce qui mettra la précieuse dalle tactile à l’abri en cas de chute. L’arrière est légèrement bombé, de manière à accueillir le système de fixation en son centre, et SP Connect a donc également protégé les contours de l’appareil photo, avec une bordure là aussi relevée. Bien vu.

Cette coque, au profil peu épais, se montre plutôt agréable au toucher. Sa finition noir mat la rend peu sensible aux traces de doigts et seul l’anneau central peut présenter quelques griffures, après plusieurs mois d’utilisation.

L’intérieur est recouvert d’une couche de tissu feutré, pour protéger votre smartphone des rayures. Les diverses découpes sont exécutées au millimètre près, et l’ensemble des boutons reste parfaitement accessible, tout comme le haut-parleur et le connecteur lightning.

Montage simple et efficace

Le montage sur la moto est à la portée de tous. A l’aide d’une clé allen (fournie), il suffit de desserrer les vis, de passer le support autour du guidon, et de resserrer les vis en ayant pris soin de d’insérer, au besoin, l’entretoise adaptée. Il ne reste plus qu’à incliner le bras du support selon vos goûts, et à sélectionner l’orientation du téléphone sur le guidon. Contrairement au Quad-Lock, le support SP Connect ne permet pas de positionner le smartphone à la verticale ou l’horizontale selon son envie du moment. Il faudra choisir, lors du serrage, dans quelle position vous désirez mettre votre téléphone. Et passer par la case «clé allen» si l’envie de changement vous prend.

Le montage (ici sur une Honda Africa Twin 1100) prend moins de 5 minutes, montre en main.

Une fois cette opération effectuée, la mise en place du smartphone est enfantine. Il suffit d’aligner les encoches de la coque sur celle sur support et de tourner d’un quart de tour. Et c’est tout. Votre téléphone est désormais solidement ancré sur votre guidon, prêt à vous seconder dans vos virées les plus folles.

Après 3000 kilomètres

A l’usage, pas de mauvaises surprises. Pour les besoins de ce test, le système SP Connect a donc été utilisé, entre les mois d’août et de décembre 2021, sur plus de 3000 kilomètres. Au guidon de différentes motos, comme mentionné plus haut : Triumph Rocket 3, bien sûr, mais aussi Ducati Multistrada V4S, Honda 1100 Africa Twin, BMW R1250RT, KTM 390 Adventure et Triumph Trident 660.

L’inclinaison du smartphone n’est toutefois pas toujours idéale, comme ici sur la Trident 660.

Sur les milliers de kilomètres parcourus, aucun incident à déclarer. Le support ne s’est jamais desserré, malgré des moteurs vibrants, des freinages puissants et une prise au vent parfois à la limite de la légalité. Le module anti-vibration a parfaitement joué son rôle et l’iPhone 12 Pro Max qui a servi pour ce test est aujourd’hui parfaitement opérationnel. Rien à signaler non plus du côté non-bitumeux de l’essai, malgré quelques pistes (roulantes) bien défoncées. Même s’il n’y a pas eu, à proprement parler, de tout-terrain franchement prononcé.

Sur route, les avantages d’avoir son téléphone comme GPS sautent aux yeux. Il y a nombre d’applications dédiées à la navigation mais rien que le fait de pouvoir utiliser Google Maps, avec sa gestion du trafic en temps réel, apporte déjà une plus-value. Le téléphone est à portée de main en cas d’arrêt photo et, pour peu que vous ayez une prise non loin du tableau de bord, il sera toujours chargé.

Il est du reste possible de bénéficier d’une recharge sans fil grâce au «Wireless Charging Module» (une option à 69,95 frs). Pratique dans l’absolu, mais il faudra alors composer avec un encombrement plus conséquent. Pour ma part, ayant une prise de type 12 Volt sur chacune de mes motos, je préfère opter pour plus de discrétion, et mettre le téléphone en charge via un câble uniquement sur les longs trajets. A chacun ses usages.

Le seul autre reproche que je puisse formuler à l’encontre de ce support est l’absence d’antivol. Le téléphone se fixe (et donc se retire) tellement naturellement que je ne peux m’empêcher de penser à la facilité d’un vol à l’arraché. Un sujet particulièrement sensible en milieu urbain, où chaque arrêt au feu est une occasion en or. Je suis pourtant convaincu qu’un système antivol pourrait être mis en place sans trop de contraintes techniques. Un fabriquant qui proposerait ce type de sécurité emporterait immédiatement mon adhésion, au vu du prix des smartphones actuels.

Bon rapport qualité-prix ?

A près de 120 francs, le support SP Connect est un peu plus cher (d’une vingtaine de francs) que le support Quad-Lock. Mais ce dernier est, à mon sens, un peu moins intuitif d’utilisation, avec une languette à actionner lorsque le SP Connect se retire d’un simple quart de tour. Les matériaux choisis sont plus qualitatifs sur le support SP Connect, qui bénéficie en outre d’un large éventail en matière de possibilités de fixation. A l’inverse, le SP Connect est compatible avec un peu moins de téléphones. Reste donc à savoir, selon votre usage, votre monture et votre téléphone, ce que vous préférez.

Le système SP Connect n’est certes pas donné (un peu plus de 150 francs avec le kit de base et le module anti-vibration), mais il ressort de ce test que vous en avez clairement pour votre argent, avec une finition de haut niveau et une robustesse à toute épreuve.

ActuMoto.ch remercie SP Connect pour la mise à disposition du matériel de test. Vous trouverez toutes les informations utiles sur leur site, ainsi qu’auprès de certains de nos partenaires de l’Annuaire des professionnels (le conseil en plus). Vous pouvez donc vous rendre les yeux fermés chez Motogoodeal (GE), Triumph Lausanne (VD), Motoboutique (VD), CP Bike (VD) et Aplusmoto (VS).

Photos: Mathias Deshusses

Article mis à jour le 9 février 2022 à 08:26

Auteur

Mathias Deshusses

Mathias Deshusses

Photographe et journaliste RP. Roule sur une Triumph Rocket 3 et une KTM 390 Adventure. Aime par conséquent les machines à grosses sensations, mais aussi s’aventurer hors des sentiers battus. Est autant à l’aise avec un guidon qu’avec un appareil photo entre les mains.

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements