La Stark VARG, une nouvelle bombe électrique pour Mat Rebeaud
Offroad

La Stark VARG, une nouvelle bombe électrique pour Mat Rebeaud

La star suisse du motocross Freestyle est l’un des pilotes qui va rouler sur une toute nouvelle moto au nom suédois, et qui est censée amener un nouveau palier de performance électrique au monde du tout-terrain.

D’après Mat Rebeaud, pilote suisse de motocross freestyle et premier champion du monde de la discipline, le futur de ce sport s’appelle VARG. C’est le nom d’une toute nouvelle moto électrique qui vient d’être présentée par une petite société européenne innovatrice, du nom de Stark Future. Rien à voir avec Iron Man…

Le nom du modèle vient des origines suédoises d’un des deux patrons de Stark Future, Anton Wassen, car en suédois, nous dit-on, cela veut dire « loup ». On vous laisse vérifier. Mais ce qui est sûr, c’est que Stark a fait forte impression dans le monde du sport moto offroad en dévoilant cette machine.

Quant à notre Mat Rebeaud national, qui roule déjà aujourd’hui en Freestyle (FMX) sur une moto électrique, de marque Alta (marque américaine disparue), il a pu aller essayer la VARG directement là où elle est produite, en Espagne, voire même en Catalogne, près de Barcelone. Et pas juste quelques mètres autour du bâtiment: il a pu faire des sauts, rouler sur un circuit de Supercross, et même exécuter un Backflip, raconte-t-il.

VARG
Le Suisse Mat Rebeaud s’est tout de suite senti à l’aise sur cette nouvelle machine électrique.

Avec lui ce jour-là, en tant qu’ambassadeurs de la marque Stark, rien moins que le pilote américain de Supercross Josh Hill, et le Français Sébastien Tortelli, ancien champion de motocross et de supercross qui dirige aujourd’hui une école de pilotage.

VARG
Le pilote pro américain Josh Hill en démonstration sur la VARG.

« Cette moto est incroyable, commente Mat Rebeaud. Rien à voir avec mon Alta. La VARG est aussi légère qu’une machine avec un moteur thermique, tout à fait comparable pour le poids avec une 450, mais elle a une puissance de ouf. Et ce qui est très intéressant, c’est qu’on peut la personnaliser pour ce qu’on veut en faire, en changeant la gestion électronique du moteur. » Il faut savoir que le Suisse exécute depuis plusieurs années tous ses tricks et ses shows – comme l’été passé le Drive-In Freestyle à Payerne et Cossonay (lire notre article) – sur une moto produite en Californe, mais dont le constructeur n’existe plus.

Les données techniques fournies par Stark sont les suivantes: puissance maximale de 80 chevaux, soit bien plus que ce que peut donner une 450 cm3 à essence, et un rapport hallucinant de 9 chevaux par kilo! Et ce pour un poids total de 110 kg. Les batteries offrent 6 kWh et pèsent 32 kg, ce qui veut dire que leur densité énergétique est importante.

VARG
Cette moto ne pèse que 110 kg, et délivre jusqu’à 80 chevaux, avec un couple qui procure de très bonnes accélérations.

La petite firme innovatrice a pensé à doter sa moto de détails inédits qui permettent de réduire le poids et d’augmenter la vivacité et en même temps le contrôle et la robustesse de la VARG. Comme par exemple un design de batteries qui maximise le transfert d’énergie, ou un sabot protecteur qui fait office de bas de cadre, ou encore des repose-pieds construits dans un acier spécial et qui n’ont pas besoin d’être tenus par les habituelles pièces mobiles utilisées dans les motos de cross plus traditionnelles.

VARG

Les suspensions sont de bonne qualité: Kayaba, et Technical Touch, tout comme les roues, Excel, chaussées de Pirelli MX32.

Stark déclare une autonomie conséquente avec une batterie chargée à 100%, soit l’équivalent d’une manche de Grand Prix motocross à fond les manettes, ou, en mode balade, jusqu’à six heures d’enduro plus tranquille.

Stark Future

Et comme l’a précisé Mat Rebeaud, une interface passant par un smartphone permet de régler cette moto pour lui faire faire ce que l’on veut, d’avoir une délivrance de l’accélération et de la puissance plus ou moins explosive, pour faire correspondre la VARG à une 125, à une 250, une 450 cm3 ou même plus, tout en ajustant le de gré d’intervention du contrôle de traction, le frein moteur et même la force du volant (virtuel) d’inertie!

Josh Hill Séb Tortelli
L’ancien champion MX et SX Sébastien Tortelli (à gauche) en pleine conversation avec Josh Hill. Ils s’entendent parler même avec les moteurs « allumés ».

Stark Future dispose pour l’heure de deux exemplaires. La production en série – à un prix d’achat pas encore annoncé pour le marché suisse, mais équivalent à 11900 dollars  – est prévue pour livrer ses premiers modèles en septembre 2022. « Il va falloir attendre, constate Mat. Mais je me réjouis déjà! »

Pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site de Stark Future.

Photos: DR
Source comm. Stark Future/Mat Rebeaud

Article mis à jour le 14 décembre 2021 à 21:22

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements