Succès international pour 20000 Lieux sur les Mers!
Rallye touristique

Succès international pour 20000 Lieux sur les Mers!

Il y a peu avait lieu la troisième édition du rallye touristique ayant le Valais romand pour cadre. Avec 60 participants, certains venus de loin (Portugal et Espagne!), et des ribambelles de lieux intéressants à découvrir en cumulant des altitudes jusqu’à 20000 km, pour la formule complète, qui compte si on le désire pour le championnat de tourisme FIM international. On pouvait aussi pour la première fois ne rouler qu’un seul des deux jours.

Quand on essaie d’expliquer en quelques mots le concept de 20000 Lieux sur les Mers, on est en général confronté à une certaine incompréhension. Parce que le but de ce rallye touristique qui a connu le week-end des 11-12 septembre 2020 sa troisième édition est assez subtil. Il faut passer en deux fois dix heures, (ou en une fois 20 heures) par un certain nombre de points de passage soigneusement choisis et dispersés dans les neuf districts romands valaisans. Et en additionnant les altitudes de ces points, on doit arriver au plus près de 20000 m. Ou de la moitié si on ne participe que sur une journée.

La variante faite en 20 heures de suite s’appelle Abraham Lincoln, et celle en deux fois 10 heures porte le petit nom de Nautilus.

Au-delà de la complexité de l’exercice, par ailleurs fort bien organisé, ce rallye est surtout l’occasion de mieux découvrir ce canton, dans sa partie francophone. Nous n’avons pas pu nous organiser pour créer une équipe, mais nous avons par contre suivi durant une partie de la journée de samedi une des équipes en lice, baptisée « Les Grimpeurs Suisses ». Mike, Jean-Louis (dit « Bouillon »), Pierre-Alain (dit « Padyna »), Frédéric (Fred) et sa passagère Nathalie. Une équipe de cinq motocyclistes qui pour la plupart en se connaissaient pas avant l’édition 2020 de 20000 Lieux sur les Mers. Et encore, Fred et Nathalie ont fait connaissance… lors d’une précédente édition de ce rallye.

Les « Grimpeurs » avaient choisi la variante 2 x 10h. Ce qui veut dire qu’ils devaient cumuler environ 10000 km d’altitude samedi, et la même chose dimanche. Ou si moins samedi, compenser dimanche. Pour ceux qui avaient choisi cette manière de faire, le rallye commençait officiellement samedi matin vers 10h. Après les dernières formalités et après un contrôle technique. Histoire que personne ne se mette en danger avec des pneus devenus lisses, par exemple.

20000 Lieux
Deuxième arrêt des « Grimpeurs Suisses », au lieu dit En Clarive, au-dessus de St-Gingolph.

Les organisateurs, Bastien Schülé et Julien Borgeat, secondés par une petite équipe de bénévoles de l’association qui porte le même nom que le rallye, avaient préparé une carte géante du Valais avec des étiquettes épinglées sur tous les points de passage, et, à chaque fois, l’altitude du point en question. Et chaque équipe recevait un traceur GPS, pour que l’on puisse savoir ensuite si elle était bien passée par les points sélectionnés. Et si elle observait les pauses réglementaires pour reprendre son souffle. « C’est un rallye touristique, pas une compétition », a rappelé Bastien Schülé.

20000 Lieux
La carte géante à disposition des participants, avec les points de passage et leurs altitudes respectives.

Les Grimpeurs sont partis d’abord au bout de la plaine du Rhône, à Port-Valais, pour faire une petite halte devant le Swiss Vapeur Parc – un parc d’attraction bien connu consacré aux trains. Puis ils ont continué le long du lac jusqu’à Saint-Gingolph, à la frontière française. Et de là, ce fut la grimpette sur une toute petite route menant au Freney et à Novel. Le point à atteindre s’appelant « En Clarive ». « J’habite par ici depuis une vingtaine d’années, et jamais je ne suis monté ici », s’étonne Padyna sur sa Harley Street Glide, un sourire sur ses lèvres. Le panorama vaut pourtant la balade: un magnifique cirque montagneux agrémenté de verdure surplombant le Léman.

20000 Lieux
Des participants en train de se concocter un itinéraire à partir des points de la carte géante.

Après ces deux premiers points, d’autres sont venus, non sans un passage auparavant par le point de départ, Martigny. Le concept du rallye implique en effet que les équipes reviennent régulièrement à la base. Une façon aussi d’économiser leurs forces en faisant des pauses pour rechercher les points de passage suivants. Et d’ainsi éviter les accidents dûs à la fatigue. Les Grimpeurs se sont ensuite dirigés vers le col du Sanetsch, au-dessus de Sion. Une route qui finit en cul-de-sac à plus de 2000 mètres d’altitude, avec là aussi un paysage splendide.

Sanetsch
Au sommet du col du Sanetsch, à 2252 m.

Nous les avons quittés au sommet, pour redescendre en plaine. Il était alors aux alentours de 15h30. Les Grimpeurs ont par la suite réussi leur rallye.

Euseigne
Une équipe devant les Pyramides d’Euseigne, l’un des 60 points de passage à choix. Il apportait 998 m à l’addition.

Certaines équipes participantes à 20000 Lieux sur les Mers étaient venues de loin. Très loin, même. Une délégation du Moto-Club de Porto, par exemple, du Portugal. Pas loin de 2000 km pour venir à moto à Martigny!

20000 Lieux
Julien Borgeat (tout à gauche) et Bastien Schülé (tout à droite), les deux chevilles ouvrières du comité d’organisation, avec les représentants du Motoclub de Porto.

Les deux options Abraham Lincoln et Nautilus de 20000 Lieux sur les Mers pouvaient être comptabilisées pour le championnat mondial de tourisme de la Fédération Internationale de Motocyclisme (F.I.M.). Ce qui a permis à des équipes comptant des Espagnols, mais aussi des Belges et des Tchèques, de joindre l’utile à l’agréable. Autrement dit de se faire plaisir en découvrant la Suisse et le Valais, tout en continuant à glaner des points pour leurs championnats respectifs. Jean-Bernard Egger, membre éminent de la commission Tourisme de la Fédération Motocycliste Suisse (FMS) était d’ailleurs présent les deux jours pour apposer le timbre dans les documents des participants qui le demandaient.

Photos: DR

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements