Les casques 6D pionniers de la lutte contre les chocs
Protection

Les casques 6D pionniers de la lutte contre les chocs

La petite marque américaine s’est fait connaître de manière spectaculaire en 2013 après la chute en direct d’un jeune pilote lors d’une manche du championnat US de Supercross. Grâce à un système novateur d’amortissement des impacts, que 6D applique à présent aussi à des heaumes routiers.

Février 2013, Supercross de Dallas: devant des dizaines de milliers de spectateurs, le jeune Zach Bell rate son saut et retombe lourdement sur la terre de la piste de supercross, presque aussi dure que du béton à cet endroit du circuit. Cette chute sera le coup d’envois des casques 6D. Zach, qui portait un de leurs heaumes, va se relever, apparemment indemne, et après une rapide examen médical, va se lancer corps et âme dans la course qualificative de repêchage avant de finir sur le podium final.

Le soir-même, Bob Weber, patron du non moins jeune fabricant de casques 6D Helmets, reçoit une commande pour seize exemplaires. Zach était l’un des premiers athlètes à courir avec sur la tête un couvre-chef créé par la petite société californienne, qui venait de réussir avec mention son entrée sur le marché du casque moto tout-terrain.

casques 6D
Bob Weber, le fondateur de 6D Helmets, aux Etats-Unis.

Les débuts des  casques 6 D, dans un garage

Bob Weber, directeur et cofondateur de 6D Helmets, a quitté son boulot pourtant bien rémunéré pour se lancer dans l’aventure. Lui-même motocycliste, il voulait apporter une meilleure sécurité pour sa tête et celles de ses congénères motards. Et son idée de départ, un casque qui absorbe les chocs provenant de toutes les directions, a pu être réalisée grâce à celui qui est devenu l’autre fondateur de 6D, l’ingénieur Robert Reisinger, ancien pilote de motocross et directeur d’une autre compagnie ayant révolutionné de son côté la fabrication de mountain bikes, «Moutain Cycle». Comme un certain duo célèbre dans le monde des ordinateurs, ils ont créé leurs premiers prototypes dans le garage de Bob, puis lancé des tests chez la société californienne Dynamic Research, qui est toujours partenaire de 6D Helmets.

6D SX
Le 6D ATR-2 porté par le pilote SX américain Justin Hill.

«Les premiers casques ont démontré des capacités d’absorption des chocs nettement supérieures à tout ce qui se faisait alors, se souvient Bob Weber. Et le design n’a dû être que peu adapté pour le démarrage de la production en série. Nos casques sont dotés de la technologie ODS. Contrairement aux autres systèmes produits en série, elle est efficace sur un large éventail d’angles de choc. Et tout en absorbant correctement les impacts à haute vélocité, elle fonctionne aussi pour les impacts à moyenne et basse vitesse, qui correspondent à la majorité des cas d’accidents.»

Le secret des casques 6D

L’ODS, «Omni Directional Suspension» en anglais (suspension omni-directionnelle), pour simplifier, utilise une couche intermédiaire ayant un certain degré d’élasticité, placée en sandwich entre deux coques rigides. La force d’impact, quel que soit l’angle avec lequel elle frappe la surface du casque, va pouvoir se dissiper dans cette couche intermédiaire. Ce système très performant place les casques 6D au sommet de la protection, y compris avec les nouvelles normes qui vont entrer en vigueur (lire notre article).

casques 6D
Un « écorché » montre la construction interne de l’ATR-2, avec deux calottes séparées par une couche multi-amortissements omnidirectionnelle, le système ODS.

Aussi pour la route

6D Helmets, qui emploie aujourd’hui douze personnes à l’interne et cinq en externe, a pu compter sur la publicité faite par bon nombre de coureurs amateurs ou pros, dont le pilote Justin Hill (en photo) ou le célèbre Eli Tomac. Le Suisse Valentin Guillod s’y est mis lui aussi.

Justin Hill
Justin Hill, pilote Supercross US, es tl’un des ambassadeurs de la marque.

La compagnie, présente en Europe depuis 2014 et en Suisse depuis 2019 grâce à l’importateur Fun Car, à Bevaix, a pu élargir sa gamme avec un casque de motocross pour enfants, l’ATR-1Y et, plus récemment, un nouveau modèle destiné à la route, l’ATS-1. Les casques 6D couvrent à présent tout le spectre motocycliste. Vuus pouvez notamment trouver leurs produits chez notre partenaire de l’annuaire des professionnels de la moto, CP Bike.

Notre test

Voici ce que pense notre rédacteur Claude Bovey de cet ATS-1

« Lors de chaque essai presse durant lesquel j’ai porté l’intégral 6D ATS-1, un intérêt certain lui a été porté par nombre de collègues. Le graphisme coloré « à l’Américaine » plaît visiblement! Puis, la réflexion arrive: « Tiens, je ne savais pas que 6D faisait des casques intégraux »! Et, la question fuse: « Il est bien? » Alors, oui, il est bien! »

« Le 6D ATS-1 séduit d’abord par son look global et ses coloris bleu-rouge dominants, relevés de quelques touches noires et grises. Le système innovant sécuritaire ODS de la calotte interne, mis au point par 6D? Dieu merci, je n’ai pas eu l’occasion de tester! C’est un peu comme les gilets ou les combinaisons airbag, on fait confiance, mais on n’a pas en envie d’essayer si ça fonctionne… »

casques 6D
L’ATS-1 de 6D.

« Au quotidien, on l’enfile facilement et, immédiatement, on remarque qu’il est confortable et ne gêne ni ne compresse les oreilles. Une fois sanglé, on constate avec bonheur qu’il ne compresse pas non plus le haut du crâne. Un point des plus agréable en matière de confort! L’action de mettre des lunettes se fait aussi façon tout confort. Le champ de vision du 6D est quant à lui impeccable. »

« En utilisation circuit, il se révèle tout de même un peu lourd (1560 gr) et sa visière, si elle n’est pas bien fermée, aura tendance à vibrer. Elle manque peut-être d’épaisseur. Quant au système d’aération, il se révèle aussi de facture haut de gamme. »

« Pour résumer, on osera le porter en circuit malgré son poids, mais il fera surtout un excellent ange gardien en utilisation routière quotidienne. »

Photos: Jey Crunch, DR
Article paru sous une autre forme dans le magazine Moto Sport Suisse

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements