Le Scorpion Exo Tech, modulaire avec bonne vision
Test casque

Le Scorpion Exo Tech, modulaire avec bonne vision

Ce modèle récent est le premier de Scorpion à bénéficier d’une mentonnière qui se rabat à 180 degrés et ne gêne donc que très peu le flux d’air. A 449 frs (dans ce coloris fluo), il est pratique et complet, avec un excellent champ de vision, mais peut-être un peu bruyant en usage GT.

Nous avons testé le Scorpion Exo Tech, modèle récent chez l’équipementier coréen, dans toutes sortes d’environnements, en ville au quotidien, par beau (et chaud) temps, sous la pluie et même avec de la neige, sur de petits parcours comme de longues randonnées à moto, et avec ce qu’il faut d’autoroute.

Sa particularité: ce modulaire est le premier de la marque dont la mentonnière se rabat à 180 degrés vers l’arrière. Un peu comme certains casques d’autres marques qu’on ne nommera qu’entre parenthèses (Roof, Shark). Cette configuration évite les turbulences causées par une mentonnière relevée en position haute, à une certaine vitesse.

Pour une première, elle est plutôt réussie. Le mécanisme de soulèvement de la mentonnière est super facile à utiliser, à l’arrêt comme en roulant. Et c’est la même chose quand on « referme » le casque.

L’autre point fort, c’est le champ de vision offert par la forme de la visière transparente, casque ouvert ou fermé. Il est large, y compris vers le bas, et l’on voit très bien par exemple un combiné d’instruments ou un GPS placé en position basse. C’est aussi très bon sur les côtés, ce qui est un plus pour rouler en ville.

Scorpion Exo Tech
Avec la mentonnière fermée.

Toujours à propos de cette visière, elle est aussi facile à soulever et, une fois mise en place, en position haute ou fermée, elle ne bouge plus. Lorsque la mentonnière est remontée vers l’arrière, la visière, qui est équipée d’un film Pinlock pour éviter la buée, offre une belle protection contre l’air, car elle descend assez bas. Le Scorpion Exo Tech a un second écran, à fonction anti-solaire, que l’on fait descendre ou remonter grâce à une glissière très intuitive sur la tranche gauche du casque. Tout à fait faisable en roulant avec de gros gants.

Les mousses intérieures sont faites d’une matière synthétique conçue pour absorber l’humidité et pour l’évacuer assez rapidement. Et ça fonctionne, on a testé. Le revers de la médaille, c’est que la sensation sur la peau est peut-être moins agréable que certaines autres garnitures sur des casques premium. La taille qui convient à ma tête est un peu serrée au niveau du front. Si j’avais pris plus grand, j’aurais plus flotté, et mieux vaut privilégier dans ce cas la sécurité. Les mousses en question sont entièrement amovibles si on veut les nettoyer.

Ce casque n’est de toutes façons pas absolument idéal pour parcourir des centaines de kilomètres avec la mentonnière rabaissée, car il n’est parmi les moins bruyants. Je dois mettre vraiment à fond le volume de mon intercom pour entendre quelque chose dès que ça va plus vite que 100 km/h. Je précise par contre qu’il a été très facile de glisser les écouteurs dans les alvéoles prévues à cet effet. On peut aussi facilement glisser des lunettes.

L’aération n’est pas énorme, mais elle fait le travail. On a une prise au menton, et contrairement à certains autres casques, je n’ai jamais pris de moucheron dans le casque, aspirés par les vortex créés par la forme de la mentonnière. Il y a pourtant pas mal d’espace pour le menton quand c’est refermé.

On a une seconde prise d’air sur le haut du front, qu’on peut ouvrir ou fermer facilement. Mais pas d’extracteurs d’air. Là encore, cela fonctionne, sans que ce casque soit parmi les plus efficaces du marché sur ce point. Et côté aéroydynamique, il y a en effet très peu de turbulences, mentonnière rabattue ou fermée.

La fermeture de la jugulaire s’effectue par une boucle micro-métrique, pratique à utiliser. Ce casque pèse quelque 1600 grammes. Ce n’est pas super léger, mais la pénétration dans l’air est fluide et quand on ouvre la mentonnière on oublie complètement cette dernière.

Enfin, point non négligeable, son look est assez réussi. Son prix oscille en Suisse entre 389 frs 90, pour les coloris uniques, et 449 frs 90, pour les autres. Un prix intéressant au vu de son caractère modulaire, de sa praticité, de son confort et de son équipement (Pinlock, écran solaire).

Pour en savoir plus sur la marque, jetez un coup d’oeil au site de l’importateur, ZZ-Racing (basé dans le canton de Neuchâtel).

 

Photos: Sylvain Muller, DR

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements