Des gants d’hiver volcaniques chez Furygan
Essai hivernal

Des gants d’hiver volcaniques chez Furygan

Après des bottes Gore-Tex Surround de TCX, voici les gants Furygan Land D30 37.5 mis à l’épreuve lors d’un tour de près de 900 km sur trois jours, en plein hiver. Avec le froid et même la pluie.

Le gant Land D30 37.5 de Furygan est développé selon une technologie de thermorégulation qui interagit avec le corps et qui évacue l’humidité. Elle est constituée de particules actives naturelles issues de roches volcaniques. Ces dernières attirent la vapeur d’eau et la retirent du gant, ce qui permet de garder les mains au sec plus longtemps. Cette technologie vous aide à réchauffer quand vous avez froid et à vous rafraîchir lorsque vous avez chaud!

J’ai pu tester ces gants lors d’une randonnée hivernale de près de 900 km menée entre Noël et Nouvel-An, entre Nyon, la Provence et l’Ardèche, dans le cadre de Route et Saveurs, une société qui organise des tours guidés à moto. C’est CP Bike, concessionnaire Suzuki, Mash, Sym et Energica (entre autres) et son shop d’équipements pour la moto et le scooter (membre de notre annuaire des professionnels de la moto), qui nous en a mis à disposition une paire, ainsi qu’une paire de bottes TCX (lire notre essai).

A l’usage en conditions hivernales, force est de constater l’efficacité du système Furygan. Malgré des températures parfois proches du négatif, jamais je n’ai eu froid aux mains. En fin de journée, au moment les plus froids, j’ai tout de même ressenti une certaine fraicheur au bout des doigts. Quant à l’étanchéité, après une matinée sous des trombes d’eau, l’humidité c’est installée à l’intérieur du gant, sans toutefois le détremper. Par contre dès que les conditions se sont améliorées, l’intérieur du gant a très vite séché.

Furygan
Notre essayeur n’a jamais eu froid aux mains, bien que les Furygan Land D30 37.5 ne soient pas dotés d’un système chauffant.

J’ai apprécié sa souplesse ainsi que sa relative finesse permettant une bonne sensibilité lorsqu’il faut faire usage des multiples commandes des comodos.

Au niveau des critiques, j’ai constaté dès le premier essayage  que la doublure a tendance à rester collée à la main à chaque fois qu’on hôte le gant, ce qui est particulièrement désagréable lorsqu’on le renfile et qu’il faut alors la repositionner. S’agissant d’un gant d’hiver il aurait été souhaitable qu’il soit quelques centimètres plus long au niveau de l’avant bras afin de pouvoir mieux recouvrir le bord de manche de la veste.

En conclusion ce Furygan D30 37.5, proposé à environ 80 francs suisses, est un gant particulièrement bien adapté à la météo hivernale, confortable et agréable à porter.

Photos: DR

Auteur

Grégoire Villard

Grégoire Villard

Grégoire Villard, 62 ans, 1m83 pour 75 kilos, habite à Le Vaud, marié, 3 enfants et grand-père par 2 fois. A 14 ans son professeur pria ses parents de lui interdire la lecture de revues motos. Il assouvit sa passion entre virées avec les amis et les voyages sur sa bécane. Et il lit toujours les revues motos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements