Le nouveau « gros boxer » de BMW, 158 Nm à 3000 tr/min
Nouveauté 2020

Le nouveau « gros boxer » de BMW, 158 Nm à 3000 tr/min

La marque à l’hélice dévoile les caractéristiques techniques du moteur qui équipera sa nouvelle famille de gros cruisers. En attendant la présentation des modèles de cette famille, plus tard, en 2020.

BMW continue à donner au compte-goutte des infos sur son nouveau gros boxer et sur les modèles qui en seront équipés et apparaîtront dans le courant de l’année 2020. La dernière nouvelle en date concerne exclusivement le moteur boxer, qui sera (on le savait déjà) le plus gros de ce type jamais produit par la marque allemande. Voici donc les spécifications techniques de ce futur bicylindre de type Flat Twin qui sera utilisé dans la famille de motos baptisées R18.

Sa cylindrée d’abord: 1082 cm3, ce qui colle parfaitement à l’appellation 18 dans le nom des modèles à venir, et à la plaquette portant l’inscription 1800 sur le moteur lui-même. C’est un bicylindre à plat refroidi par air et huile.

Ce que l’on ne connaissait pas encore, ce sont les indications de puissance et de couple. BMW Motorrad annonce 91 chevaux (67 kW) à 4750 tr/min comme puissance maximale. Ce qui n’est pas stratosphérique, mais on se doute bien que ce moteur a été conçu pour délivrer une grosse poussée à bas et mi-régimes, par pour tourner haut dans les tours. C’est donc la valeur de couple maxi qui est intéressante: 158 Nm à seulement 3000 tr/min. Presque autant qu’une Ducati Panigale 1299, mais bien plus bas dans les tours. Pour comparaison, une Harley-Davidson Low Rider S (1868 cm3) 155 Nm à 3000 tr/min (lire notre essai). Et c’est une moto qui fait référence dans sa cylindrée pour ce genre de valeur.

Mieux, pour le moteur allemand, on a déjà plus de 150 Nm dès 2000 tr/min, et ce jusqu’à 4000 révolutions. On devrait donc avancer avec force sans devoir trop ouvrir la poignée des gaz. Le régime de ralenti se situe à 950 tr/min, ce qui est très bas. Et le régime de rotation maximal est à 5750 tr/min, ce qui est aussi relativement bas. Des masses en mouvement conséquentes feraient que ce boxer, toujours selon son constructeur, serait très « civilisé » et facile à utiliser. BMW précise que le moteur au complet (avec l’admission et la transmission), fait avec une grande quantité de métal, aluminium ou acier, pèse 110,8 kg.

Les culasses sont en aluminium, il y a bien entendu des ailettes de refroidissement, et des soutiens supplémentaires pour chaque cylindre, afin d’éviter des mouvements de torsion non désirés lorsque le moteur tourne.

Une particularité de ce nouveau géant est d’avoir deux arbres à cames en tête, au lieu d’un, en plus des quatre soupapes. Ce n’est pas la première fois pour un moteur BMW boxer, mais c’est plutôt rare. Il faut remonter aux premières R 5 et R 5/2, pendant la Seconde guerre et juste après. Ce choix technique est une affaire de respect de l’héritage de la marque, mais il permet aussi, du fait du placement de ces arbres à cames, d’avoir des poussoirs pas trop longs pour les soupapes.

gros boxer
1800 cc, pour 1802 cm3. Et des poussoirs pour actionner les soupapes.

Le réglage du jeu des soupapes sera facilité pour les mécaniciens, qui auront un accès direct aux vis nécessaires pour cela.

La transmission fait appel à une boîte à six rapports avec un embrayage monodisque à sec, qui est livré pour la première fois chez BMW pour cette architecture refroidie par air et huile avec un anti-dribble automatique empêchant les ruades du train arrière lors de décélérations et surtout de rétrogradages brusques. Une sage précaution au vu de la taille de ce nouveau b0xer.

gros boxer
La vue à l’arrière du nouveau moteur.

La traction est dirigée vers la roue arrière par le biais d’un gros cardan, qui possède son triangle d’ajustement et qui est surtout exposé à la vue de tous dans sa partie postérieure, avec un traitement des surfaces qui les font briller. Là aussi, c’est une référence à l’héritage historique de la marque. Et c’est une jolie prouesse technique avec un moteur moderne de cette taille. Moteur qui bénéficie de l’injection électronique et de deux bougies par cylindre.

Le communiqué de BMW ajoute que l’on pourra équiper les R18 en option avec une marche arrière utilisant un petit moteur électrique. Comme sur les actuelles BMW K 1600 de touring.

Photos: DR
Source comm. BMW Motorrad

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements