Une petite Vespa sous tension
Vespa

Une petite Vespa sous tension

La Vespa Elettrica signe l’entrée de Piaggio dans le monde du tout électrique. Ce petit scooter citadin, fort bien fini, est un engin facile à apprivoiser et à utiliser au quotidien. Sa puissance modeste en fait un atout pour les débutants en deux-roues motorisés, mais le manque de watts oblige à se cantoner à l’aire urbaine. ActuMoto a chargé à bloc les batteries de la petite italienne pour la faire rouler dans les rues encombrées de Zurich.

Pour les nostalgiques des scooters pétaradants et fumants, cette toute nouvelle Vespa a de quoi déconcerter. Finies vibrations et fumerolles et place au silence quasi-total.

Car le dernier modèle du constructeur transalpin a changé son petit monocylindre ronronnant pour une discrète mais efficace propulsion électrique. La machine délivre 3,5 kW en puissance continue, soit l’équivalent de tout juste 5 bon vieux chevaux. Le tout est alimenté par une batterie au lithium pesant 25 kg, logée sous la selle, là où se trouve le moteur chez les modèles traditionnels.

A l’heure de l’énergie verte (enfin presque) et de la réduction des émissions des gaz à effet de serre, des trottinettes et vélos électriques, Piaggio tente de se frayer une place dans un secteur amené à croître fortement ces prochaines décennies. Même si pour l’heure, les ventes de deux-roues électriques sont plutôt anecdotiques, comparé à l’engouement que suscitent les e-voitures.

Vespa
L’écran TFT affiche toutes les informations nécessaires et permet de connecter son smartphone via Bluetooth.

C’est dans cet univers que s’insère le dernier-né de Vespa, qui de l’avis même des concessionnaires représente pour Piaggio un premier pas dans la mobilité électrique.

Le modèle que nous avons essayé, une Vespa Elettrica L3 mise à disposition par le Piaggio Center Fontana à Zurich, est le plus « puissant » des deux proposés par la firme. Alors que ce dernier dépasse de justesse les 50 km/h, sa petite sœur L1 cale à 45 km/h.

C’est là que réside qualité et défaut de l’engin, que nous avions déjà eu l’occasion de tester brièvement au salon Eicma de Milan. La faible puissance du L3 le rend accessible aux novices en deux-roues motorisés. La facilité de la prise en main, une partie cycle simple et sûre, ainsi qu’une puissance distillée progressivement ne réservent pas de surprise.

Vespa
Le freinage est de type combiné avant-arrière, mais sans ABS.

Les 53 km/h en vitesse de pointe sont aussi suffisants en ville, où les rues sont principalement limitées à 50 km/h, voire 30 km/h dans les zone piétonnes. Mais cela oblige à bien choisir son chemin pour ne pas se retrouver sur des tronçons plus rapides où le manque de puissance se fait cruellement ressentir.

En ville cependant, la petite Vespa a tout pour plaire et pour faire déstresser à la fin d’une journée de travail fatigante. L’absence de bruit, hormis celui de roulement et le petit susurrement du moteur électrique procurent une sorte de relaxation en roulant.

Dans les rues encombrées des agglomérations, le scooter se glisse aisément entre les voitures et grâce à la vivacité de son petit moteur, repart vivement au feu rouge.

Vespa
Logé sous la selle, le câble de recharge se branche sur une simple prise domestique de 220 V.

A l’instar des scooter, la Vespa Elettrica recèle aussi des détails pratiques, comme le rangement sous la selle qui permet d’accueillir un casque jet (très, très petit) et des gants.

Sous le siège moelleux se trouve aussi le câble de recharge qu’il suffit de tirer jusqu’à une prise électrique de 220 Volt. Nul besoin de point de recharge dédié, une simple prise domestique suffit pour recharger en 4 heures une batterie totalement vide.

Pendant la recharge, l’écran TFT affiche les informations sur le temps restant à redonner vie à l’accumulateur.

Vespa
Le rangement sous la selle est assez grand pour accueillir un jet et des gants.

Avec une autonomie annoncée à 80 km (100 km en mode économie), la Vespa Elettrica dispose des ressources suffisantes pour se déplacer en ville. Attention toutefois, car rouler les « gaz » à fond en permanence réduit fortement l’autonomie.

Piaggio a néanmoins ajouté quelques détails astucieux pour améliorer l’autonomie. L’engin est ainsi doté d’un système de récupération d’énergie au roulage et freinage, qui permet de recharger partiellement la batterie. Son entrée en fonction est indiqué par une petite barre verte  à gauche de l’écran TFT de 4,3 pouces.

Et il existe une variante dite X qui a aussi un petit moteur d’appoint thermique.

Aux dires des initiés, Piaggio préparerait déjà pour l’année prochaine un modèle à la motorisation renforcée, plus proche des 125 cm3. Cela pourrait donner goût à l’électrique aux pilotes déjà aguerris recherchant un peu plus de puissance.

Photos: André Lehmann

Auteur

André Lehmann

André Lehmann

Journaliste depuis 20 ans, motard depuis plus longtemps. Exilé Toulousain à Zurich, qui aime traîner ses pneus en Suisse et dans la proche banlieue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements