Le contrôle de traction et l’ABS de virage aussi pour les Harley Touring
Nouveautés 2020

Le contrôle de traction et l’ABS de virage aussi pour les Harley Touring

La marque américaine annonce l’arrivée d’aides électroniques au pilotage telles qu’on les trouve sur des motos d’autres marques depuis quelques années déjà. Elles sont disponibles sur la LiveWire électrique, sur les modèles exclusifs siglés CVO et surtout sur les modèles de la gamme Touring dont les noms finissent par Special ou Limited.

Ils y ont mis le temps, mais les aides électroniques au pilotage débarquent finalement dans l’univers de Harley-Davidson. La gamme 2020 vient comme de coutume d’être dévoilée par la marque américaine à la fin de cet été, et on constate que, outre la LiveWire électrique dont on a déjà abondamment parlé (lire notre essai), outre la toute nouvelle Low Rider S dans la famille des Softail, les Harley Touring ont droit dès l’an prochain (2020) à un ABS qui devient efficace en virage, et à un anti-patinage de la roue arrière sensible lui aussi à l’inclinaison de la moto.

Ces deux technologies ont fait leur apparition, précisément, sur la LiveWire, et elles sont groupées dans un seule appellation: RDRS, ou « Reflex Defensive Rider Systems ». Cela inclut aussi, sur la LiveWire, un anti-glisse de la roue arrière lors de décélérations brusques, et un freinage combiné avant-arrière (qui existait déjà, avec un ABS classique, sur toutes les Harley de la famille Touring). Mais Harley-Davidson ne les a manifestement pas développées que pour sa moto électrique premium.

Les modèles concernés sont tout d’abord les CVO, la série de modèles produits en nombres limités et dotés de composants premium (dont le moteur 117, le plus gros jamais produit par Harley-Davidson). Autrement dit la CVO Limited, la CVO Street Glide (le Bagger avec son carénage de tête dit « Batwing » solidaire du guidon) et le trike Tri Glide.

Et il y a les motos de la famille Touring dont le nom se termine par Limited ou par Special, qui reçovent elles aussi le RDRS. Ce qui veut dire qu’il s’agit de la Road Glide Special et de sa soeur la Road Glide Limited, toutes deux nanties du carénage de tête dit « Shark Nose » (nez de requin), avec les doubles phares horizontaux. Il y a aussi l’Ultra Limited, la plus complètement équipée, mais pas sa cousine plus abordable l’Electra Glide Standard. Et on peut encore ajouter la Street Glide Special et la Road King Special (le cruiser dépouillé).

La Road Glide Limited est une nouvelle déclinaison qui remplace dans la gamme la Road Glide Ultra (lire notre essai des modèles Touring les plus récents). Comme elle, elle roule avec le moteur Milwaukee-Eight 114 Twin Cooled. Ce qui veut dire qu’il est partiellement refroidi par liquide, ce qui augmente sa fiabilité et adoucit son comportement. 114 se réfère bien sûr à la cylindrée, exprimée en pouces cubiques (cubic inches), ou ci. Cela donne en unités européennes la bagatelle de 1868 cm3.

Harley Touring
La nouvelle Road Glide Limited en version noire.

Le RDRS utilise une nouvelle central inertielle à six axes pour paramétrer ses interventions. De ce que nous avons pu en expérimenter au guidon de la LiveWire, il est efficace et pas trop intrusifs, du moins dans les modes de pilotage les plus sportifs. On ne sait bien sûr pas encore quel est son paramétrage et sa manière de fonctionner sur les Touring.

La Road Glide Limited est aussi équipée du « TourPack » qui inclut, outre les valises latérales rigides, un gros topcase avec porte-bagage, et d’un système d’info-divertissement qui offre la radio, des haut-parleurs, un navigateur GPS et la connectivité BlueTooth ou USB avec un smartphone.

Ajoutez-y encore le tempomat adaptatif, présent sur toutes les Harley Touring, des poignées chauffantes et plein de jolis détails de finition, dont des roues spéciales.

La Road Glide Limited sera disponible en Suisse probablement dès cet automne, à partir de 31200 francs. Pour les trois CVO de la gamme 2020, on commence à 41880 frs pour la CVO Street Glide, on arrive à 44680 frs pour la CVO Limited, et on culmine à 57400 frs pour la CVO Tri Glide.

Photos: DR
Source comm. Harley-Davidson

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

  • Franco

    Une Harley en 2019 freine moins bien qu’une japonaise des années 70, avec en prime des disques qui voilent, alors pour les « assistances de freinage », laissez-moi rire.

    • Jérôme Ducret

      Bonjour
      Tout ce que nous pouvons dire, c’est que nous avons testé, et que les Harley modernes freinent aussi bien que les motos des autres constructeurs, compte tenu du poids.
      Bonne journée et surtout bonne route.
      Jérôme Ducret, rédacteur responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements