Rouler sans surchauffer avec Vanucci
Test équipement

Rouler sans surchauffer avec Vanucci

Chez ActuMoto, nous aimons bien faire les choses à fond. Comme les températures ont aisément dépassé les 35 degrés ces derniers temps, nous en avons profité pour tester les nouveaux vêtements été Vanucci, le haut de gamme de l’équipementier Louis.

Les motards ont été mis à rude épreuve en ce début de période estivale, avec des températures dépassant aisément les normales saisonnières. Plusieurs options s’imposaient: ne pas rouler du tout et profiter de la piscine, circuler en T-shirt et tongs ou enfiler un équipement adapté qui permet de se déplacer en évitant la surchauffe fatale du corps tout en restant protégé.

Nous avons opté pour la dernière solution et profité de la chaleur pour essayer un ensemble complet d’équipement estival mis à disposition par Louis, la société allemande qui a implanté un de ses superstores en Suisse allemande, dans la banlieue zurichoise, et veut faire de même prochainement dans la région lucernoise et en Suisse romande.

Vanucci
Avec des températures atteignant 35 degrés à l’ombre, la météo était idéale pour tester la gamme de vêtements été Vanucci de Louis.

Dans l’assortiment de marques propres que distribue l’enseigne d’outre-Rhin, Vanucci se veut le haut de gamme destiné à une clientèle en recherche de qualité mais aussi d’un prix raisonnable, a indiqué le porte-parole de Louis. La gamme d’accessoires se veut comparable aux marques IXS, Held ou Rev’it, dixit le responsable.

Alors que la Suisse suait à grosses gouttes, nous avons enfilé blouson et pantalon textiles Vanucci V4.2 Air. Commençons par le blouson, généreusement équipé sur l’avant, le dos et les bras de surfaces Airmesh, des sortes de grilles textiles laissant circuler l’air à l’intérieur du vêtement. Le blouson est également équipé d’une membrane intérieure de la marque Sympatex, un matériel tout à la fois respirant et imperméable. Cette membrane peut être facilement enlevée du blouson, opération que nous avons effectuée assez rapidement pour obtenir un maximum de fraîcheur sur un bitume qui commençait à se liquéfier.

Le blouson bénéficie d’un coupe relativement droite qui donne une allure sportive, proche du corps, et se trouve doté de nombreuses poches extérieures et intérieures, dont une spécialement dédiée à l’indispensable smartphone. Côté sécurité, le vêtement dispose de protections aux épaules et aux coudes, ainsi que d’un emplacement pour ajouter une dorsale également vendue en magasin et qui s’insère facilement. Le blouson lui-même est composé de textile résistant à l’abrasion.

Vanucci
La blouson Vanucci bénéficie de nombreuses aérations de type mesh qui laissent passer l’air frais.

Le pantalon répond au même concept et fait la part belle aux aérations de type mesh, disposées à l’avant et à l’arrière. Il est également équipé d’une membrane intérieure amovible, destinée à protéger le motard de la pluie. Le vêtement, conçu en matériel anti-abrasif, dispose aussi de protecteurs aux genoux et d’emplacements pour ajouter des protecteurs au niveau du bassin. L’ensemble est taillé droit, de type jeans, pour être relativement près du corps.

Les responsables du magasin Louis de Wallisellen on également conseillé d’enfiler des sous-vêtements Coolmax spécialement conçus pour la période estivale, destinés selon eux à apporter une protection thermique supplémentaire au pilote. Bien comprendre: plus de fraîcheur. Pour compléter l’ensemble, nous avons enfilé les gants Vanucci Summer Dry IV, un équipement touring doté de perforations de type mesh, mais aussi de protections au niveau des articulations et de capitonnage à l’intérieur de la main.

Vanucci
Le pantalon Vanucci bénéficie de protections aux genoux et en option au niveau des hanches.

Avec 35 degrès à l’ombre, la météo était parfaite pour tester les limites de cet équipement, fidèle à l’adage: « qui peut le plus, peut le moins ». Après avoir enfilé les sous-vêtements Coolmax et débarrassé les vêtements de leurs inserts, nous avons aisément enfilé blouson et pantalon. Ces derniers sont légers et agréables à porter. Les gants nous paraissent cependant un peu épais, surtout au niveau des doigts où ils handicapent l’usage des commandes au guidon de l’ordinateur de bord.

Direction le col du Klausen au fond du canton du Glaris à bord de la Ducati Diavel 1260 S. Dans la relative fraîcheur matinale – le thermomètre dépasse déjà 20 degrés vers 7 heures du matin – les sous-vêtements Coolmax apportent une agréable protection, alors que l’air ambiant ventile aisément les vêtements grâce à la vitesse constante sur autoroute.

Mais arrivé au point culminant du col du Klausen, qui s’élève à près de 2000 mètres, la chaleur commence à se faire ressentir. Il est temps d’enlever les sous-vêtements pour laisser filer l’air directement sur la peau pendant la descente.

Le blouson bénéficie par ailleurs d’un zip qui se laisse aisément manipuler avec les gants tout en roulant, ce qui permet d’ajuster l’ouverture en fonction des besoins. Arrivé du côté schwyzois, la chaleur se fait écrasante, mais l’ensemble textile résiste relativement bien, même si à plus de 35 degrés il atteint ses limites.

En résumé, l’équipement été Vanucci, hormis les gants un peu trop épais, tient ses promesses et rafraîchit convenablement le pilote. Il faut toutefois prévoir un sac à dos ou autre rangement pour se débarrasser des inserts et des sous-vêtements quand le thermomètre grimpe fortement.

 

 

Photos: DR

Auteur

André Lehmann

André Lehmann

Journaliste depuis 20 ans, motard depuis plus longtemps. Exilé Toulousain à Zurich, qui aime traîner ses pneus en Suisse et dans la proche banlieue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements