L’iconique « Kawa 900 » respire à nouveau!
Essai Kawasaki Z 900 RS

L’iconique « Kawa 900 » respire à nouveau!

A notre sens, cette moto fera un «carton», elle qui marie à merveille le classicisme et la modernité. Sachant que le style néo-rétro est très tendance en ce moment, la Z900 RS (pour Rétro Sport) a tout pour imposer son illustre appellation.

Ceux qui ont entameront cette lecture et visionneront les images se remémoreront peut-être l’époque où le monde découvrait avec stupéfaction une des premières superbikes japonaises à débarquer sur le Vieux continent… C‘était en 1972 et cet engin extraterrestre se nommait Kawasaki Z 1, plus communément appelée Kawa 900 par la suite. Surfant sur une tendance néo rétro très dans l’air du temps Kawasaki a décidé de la faire renaître pour le plus grand bonheur des nostalgiques et des fans de style… Dans ce domaine Kawasaki n’en est pas à son coup d’essai avec à la clé un gros succès commercial. La W 650 et la W800 peuvent en témoigner.iconique

L’an dernier, les japonais avaient remis l’appellation Z 900 au goût du jour avec un roadster sportif sans effets de manche et sans assistances électroniques en surabondance (lire notre essai). Place maintenant à la néo rétro Z 900 RS que nous avons découvert dans la région de Sitges près de Barcelone.

iconique
La Z900 RS dévoile des courbes de pin-up

Cette journée d’essais de la toute nouvelle Kawasaki Z900 RS a démarré sous un soleil radieux baignant toute la Catalogne. Par un froid de canard aussi. Le thermomètre visible sur le magnifique cockpit n’indiquait, en effet, que deux degrés! Quelques kilomètres plus loin, le froid, ou plutôt l’effroi s’installait pour la journée. Un journaliste autrichien un peu trop zélé dans sa manière de prendre de l’angle s’est retrouvé projeté sur le bas-côté droit de la route contre des rochers. Pour avoir assisté à la scène aux premières loges, il n’y avait pas mieux pour calmer les ardeurs! Frissons supplémentaires garantis!

iconique
Piqûre de rappel avec au premier plan la Z1 de 1972.

De retour à l’hôtel, nous avons retrouvé le miraculé assis dans un fauteuil, une paire de béquilles à ses côtés et un doigt de pied cassé. Un miracle qu’on vous dit! Et un constat en forme de moralité: ne jamais jouer au c… lorsque les températures frisent le zéro degré!

iconique
Le côté sportif de la Z 900 RS n’a de loin pas été écarté du projet.

C’est donc avec modération et une certaine réserve que nous avons goûté à l’explosion linéaire du quatre cylindres de la Z 900 RS. Pour l’occasion, Kawasaki l’a limité à une puissance maximum de 111 chevaux alors que la Z 900 façon Sugomi en propose 125. En revanche, la Z 900 RS a vu fortement augmenter son couple à bas et moyens régimes, ce qui permet d’obtenir une poussée rageuse dès les premier instants.

La faute à Euro4

Mais un constat se présente immédiatement: une désagréable sensation d’a-coups dès que l’on joue de la poignée en fermant et ouvrant les gaz. Cela se vérifie surtout sur le deuxième et troisième rapport. Ce phénomène est dû aux normes Euro 4 qui veulent que l’arrivée d’essence et la combustion du carburant doit être «pauvre». En conduite «normale» façon néo-rétro, on s’en accommode rapidement. On rappelle que la Z 900 RS n’est pas une sportive, à témoin la position naturelle du pilote dûe au large guidon cintré juste ce qu’il faut, de manière à maintenir le buste du pilote bien droit. Le confort moelleux de la selle contribue encore à l’aspect balade du dimanche en mode musclé.

iconique
Le Project Leader (à g.) et Norikazu Matsumura le designer, sont très fiers de leur création.

Il est vrai que rouler avec cette Z 900 RS procure beaucoup plus qu’un simple sentiment de nostalgie pour ceux qui ont connu l’aïeule Z1. Cette descendante freine et ne guidonne pas! Ceux qui l’ont connue comprendront! Et, en regard du dernier roadster sportif Z 900, le système de freinage est maintenant radial sur la RS. Les suspensions ont aussi été revues et la fourche possède maintenant des réglages supplémentaires et donc plus précis. Son châssis a aussi subi quelques modifications afin de permettre d’y apposer le réservoir typique à son rang de «classique». Toujours en regard de la Z 900, la RS dispose maintenant d’un contrôle de traction à deux positions. Ces petits plus font que cette néo-rétro se guide avec une facilité toute naturelle dans les enchaînements les plus serrés. Mais l’attrait principal de la Z900 RS réside dans son design (lire l’encadré) issu du bon vieux temps…

La tendance néo-rétro étant très prisée actuellement par le grand public, nous pensons que la Z 900 RS trouvera sa place parmi ceux que Kawasaki voit comme concurrents directs, à savoir le Scrambler Ducati 1100, la BMW R NineT 1200 ou encore la Yamaha XSR 900.

 

Galerie photos

Kawa-Z900RS_AH Kawa-Z900RS_AI Kawa-Z900RS_AG Kawa-Z900RS_AF Kawa-Z900RS_AE Kawa-Z900RS_AB Kawa-Z900RS_AA KawaZ900RS_M KawaZ900RS_F KawaZ900RS_D Kawa-Z900RS_AO Kawa-Z900RS_AN Kawa-Z900RS_AL
<
>
Fidèles à "l'originale", les compteur et compte tours à aiguille sont répartis de chaque côté d'un petit écrans digital très informatif.
Photos: Ulla Sera, James Wright, Kawasaki

Auteur

Claude Bovey

Claude Bovey

Claude, comme son coéquipier, vit avec la passion du 2 roues qui lui hérisse toujours les poils, en toutes circonstances. Il est père de trois enfants et de quatre petits enfants… Et l'un d'entre eux s’appelle… Valentino! Allez savoir pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *