La sportivité du Quadro suisse contre le confort du Peugeot français
Comparo

La sportivité du Quadro suisse contre le confort du Peugeot français

Deux déclinaisons très différentes d’un même concept de mobilité. A des prix équivalents. A vous de voir!

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Ils sont affichés au même prix, à quelques dizaines de francs près: un peu moins de 10000 francs. Et tous deux s’affichent comme des engins à caractère sportif – pour un scooter de cette taille. Et surtout, ils ont trois roues chacun, ce qui fait six en tout. D’un côté, le Quadro 350 S, de la marque suisse Quadro, petit nouveau sur le marché, de l’autre le Peugeot Métropolis 400i, dans sa déclinaison RS, antérieur de seulement une année au Quadro, censé être la réponse du constructeur français à l’extraordinaire succès en France d’un autre scooter italien tripode, le Piaggio MP3 (disponible en versions 300 et 500).

Mais pour le reste, ces deux scooters imposants n’ont pas grand-chose en commun, du point de vue du design, du look, de la technologie… l’occasion s’est présentée de les tester l’un après l’autre dans les rues de l’agglomération lausannoise (autoroute comprise) à quelques jours d’écart. Le Quadro nous a été fourni par l’importateur suisse, Passionemoto, et amené physiquement dans la capitale vaudoise par le concessionnaire genevois Motomixte (établi à la Praille, Carouge).

Le Peugeot nous a aimablement été prêté par le concessionnaire de Crissier, soit le centre Suzuki, qui vend aussi les marques Sym et Peugeot, les trois étant importées en Suisse par le groupe Moteo.

La première impression de conduite laisse apparaître deux scooters qui ne sont pas exactement des poids plumes, avec un léger avantage au Quadro (220 kg en ordre de marche, contre près de 260 pour le Peugeot), plus facile à manier à l’arrêt. En roulant à basse vitesse, le train avant du Peugeot est certes agile, mais semble aussi nerveux en comparaison avec l’engin suisse, qui, grâce à son système de suspension hydraulique très particulier, est stable et précis en tout circonstance. Le Peugeot inspire un peu moins confiance lors de manoeuvres à faible vitesse, où l’on a l’impression d’un certain flou.

On remarque par contre, côté moteur, que le trois roues français est plus puissant et plus coupleux (19 CV et 10 NM de plus), et avec un fonctionnement beaucoup plus silencieux et exempt de vibrations. On avance comme dans du beurre. Et qui plus est, on est bien protgé contre le vent et les intempéries, grâce au pare-brise bien dessiné et au tablier judicieusement placé. Ai-je mentionné que le Métropolis est équipé d’un contacteur sans clé, par transpondeur? Et d’un vide-poche assez pratique à l’avant, ainsi que d’un plancher entièrement plat? Sans oublier un coffre arrière en plus de sous la selle, et un système de contrôle électronique de la pression des pneus.

Plancher plat bien pratique pour le Peugeot.
Plancher plat bien pratique pour le Peugeot.

Le Quadro, lui, est assez confortable, mais ni son tablier ni sa petite bulle ne sont à la hauteur de la protection offerte sur le Métropolis (du moins en version standard, parce que sur le Métropolis RS que nous avons testé ici, la bulle est elle aussi petite). Et il faut reconnaître que le moteur du Quadro est tout sauf silencieux et qu’il vibre sans beaucoup de retenue. Bon, notre exemplaire de test avait un défaut dans son système d’embrayage – défaut qui ne venait pas de l’usine mais d’un probable mauvais traitement subi entre les mains d’un client précédent. Ca n’aide pas.

Le Métropolis est doté, comme le Piaggio MP3, d’un frein à pédale en plus des deux leviers au guidon, ainsi que d’un bouton permettant de bloquer le train avant à très faible vitesse et à l’arrêt. On peut peut alors facilement ne plus poser les pieds par terre en s’arrêtant au feu rouge, alors que l’exercice tient plus de l’équilibrisme avec le Quadro, où il faut bien maîtriser les freins et le positionnement des masses pour arriver presque au même résultat. Mais, contrairement au scooter italien, la pédale du tripode français fonctionne bien et donne un bon ressenti. On peut alors tout faire ave cle pied droite et bloquer ainsi le scooter au feu, toujours sans poser pied.

Le Peugeot (à gauche), malgré les apparences, est plus performant en accélérations pures.
Le Peugeot (à gauche), malgré les apparences, est plus performant en accélérations pures.

Il reste que, malgré le sigle RS, réservé d’habitude chez Peugeot aux déclinaisons sportives de ses voitures, le Métropolis se distingue surtout par son confort, et un certain luxe dans ses équipements, alors que le Quadro est indéniablement plus sportif, à sa façon. Et on ne peut pas dire que le prix varie beaucoup, avec le scooter français à 9995 francs (il a bénéficié d’un rabais d’environ 1000 francs depuis son introduction en Suisse), et le suisse à 9570 francs. Le choix final sera donc une affaire de sensations, et d’esthétique avant tout. En France, l’écart de prix est plus conséquent, puisque le Métropolis RS coûte 8999 euros, contre 7290 pour le Quadro.

Par Jérôme Ducret, photos Patrick Martin

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Article mis à jour le 26 avril 2016 à 23:12

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

  • ek0892

    Après avoir roulé en MP3 puis Metropolis, je suis processeur d’un Quadro 350S d’occasion (l’ancien Qooder QV3).
    Franchement j’aime beaucoup. « Bien conçu »
    1) EQUILIBRE :
    J’adore : C’est le seul à tenir en équilibre, vous pouvez même le pencher et le redresser sans effort ! C’est grâce à un centre de gravité très bas car le poids est sous l’axe des roues de 15/14 pouces et son system unique HTS. C’est fondamental dans l’usage quotidien, on n’a pas peur de pencher dans les ronds-points.
    Avec ses concurrents si vous penchez à l’arrêt, appuyez vite sur le « Roll-Lock » pour ne pas tomber.
    2) POIDS :
    Il faut dire que Quadro 350S comme le QV3 pèse 50Kg de moins qu’un Metropolis ou MP3, il est donc beaucoup plus facile à conduire. Il faut l’avoir testé pour se rendre compte de ses qualités.

    3) FREINS :
    Enfin un 3 roues qui pile ! Faible poids, grand disque de freins, bonne répartition, le Quadro 350S comme le QV3 freine et pile très bien. Sans dire du mal du MP3 ou Metropolis, mais ils sont incapables de piler, ils ralentissent mais ne pile pas. Certainement à cause de leurs roues 12/13 pouces, leur surpoids près de 265Kg à vide !

    4) PUISSANT :
    Le Moteur 350cc Quadro 350S/QV3 est véloce, bonne accélération, il monte jusqu’à 130KM / compteur certainement toujours grâce à son rapport poids/puissance.

    5) Simple et Efficace : A l’usage il est très bien pensé,
    – A l’arrêt il suffit de rester freiner pour rester droit.
    (Pas besoin d’un bouton « Roll-Lock » sur lequel il faut appuyer pour ne pas tomber.)
    – Un levier de frein parking (« Frein à Main ») qui bloque en même temps les roues avant.
    (pas besoin de béquille, ni de frein électrique, ect..) il tiens debout tout seul.
    – Le Manuel explique comment l’entretenir, les accès sont très faciles, à démonter c’est un jeux d’enfant ! (Perso j’ai mis une batterie au Lithium avec un CCA de 250).
    – La position de conduite est bonne et les commodos sont bien placé.

    6) Le prix : affiché officiellement à 7490€ je dirais que le prix de base est trop élevé mais si vous cherchez bien, vous trouvez des promotions fréquentes ±5000€ et comme moi d’occasion à moins de 3000€ .
    Bref à l’usage c’est un excellent choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements