La Yamaha YZF-R1 ne sera plus homologuée pour la route mais continuera à évoluer sur circuit

Publié le 22 mars 2024 par Jérôme Ducret.

Photos: DR.

Supersportives

La Yamaha YZF-R1 ne sera plus homologuée pour la route mais continuera à évoluer sur circuit

A partir de 2025, Yamaha ne proposera plus de version homologuée pour la route en Europe de sa Superbike. Mais le développement de la machine qui a permis à Toprak Razgatlioglu de remporter la couronne mondiale 2021 en SBK et qui est utilisée aussi par le pilote suisse Dominique Aegerter continuera, pour un usage sur circuit.

La Yamaha YZF-R1 est une machine d’exception tant sur la route que sur circuit. Apparue en 1998, elle avait à l’époque fait grand bruit pour son poids réduit et la puissance de son moteur 4-cylindres en ligne. Et elle a évolué jusqu’à aujourd’hui, avec l’arrivée d’un accélérateur électronique et d’un moteur Crossplane imitant le comportement d’un V4 …

Dans sa dernière version, elle avait eu droit à une nouvelle louche de puissance, qui faisait qu’elle arrivait à peu près à la hauteur de la concurrence dans ce domaine (lire notre essai), tout en gardant une agilité digne d’une 600 Supersport.

Et en 2021, la variante Superbike du modèle a permis au pilote turc Toprak Razgatlioglu de conquérir le titre mondial.

Mais voilà, Yamaha Europe annonce que miss YZF-R1, à partir de 2025, ne sera plus homologuée pour la route. Autrement dit, Yamaha ne va pas développer une nouvelle version qui puisse passer les nouvelles normes européennes anti-pollution (et anti-bruit) Euro 5+. Qui entrent justement en vigueur en 2025.

Ce faisant, la marque aux trois diapasons suit sa propre politique, puisqu’elle a fait de même en 2020 pour son YZF-R6 supersportive à 4-cylindres en ligne.

La R6 disparaît
La Yamaha YZF-R6, avec son moteur 4-cylindres 600, n’a plus été homologuée pour la route à partir de 2020.

Cette politique vient du fait que, selon Yamaha toujours, le marché pour ce genre de moto devient en fait trop petit pour justifier des investissements permettant de continuer à faire homologuer ces deux machines pour la route. Et part du fait non moins réel que nombre de possesseurs de R6 (surtout) et de R1 les utilisent surtout en piste.

Si certains autres constructeurs, comme Suzuki, ont suivi le même raisonnement, tout le monde n’arrive pas aux mêmes conclusions. On peut citer par exemple Kawasaki, qui a encore au catalogue une 4-cylindres 1000, et même une 600 (sous une forme un peu « augmentée », puisque c’est en réalité une 636).

Chez BMW, la S 1000 RR et la M 1000 RR sont elles aussi toujours homologuées. Et chez Ducati on a de même la Panigale V4 ou, en Supersport, la Panigale V2 (mais qui n’est pas une 600, ni un 4-cylindres).

R7
La Yamaha YZF-R7, avec le même moteur que la naked Yamaha MT-07, est une routière sportive, pas une Supersport.

Yamaha suit sa propre voie dans ce domaine, et se concentre sur des sportives d’un autre type, à savoir l’YZF-R 125, l’YZF-R3 et l’YZF-R7 (lire notre essai), de plus petites cylindrées, monocylindre ou bicylindres, et parfaitement adaptées à un usage quotidien sur route.

Il se murmure même avec insistance, et depuis plusieurs années, qu’une R 9 pourrait pointer le bout de son nez, basée sur le tricylindre CP3 déjà présent sur la naked MT-09, la sport GT Tracer 9 et la néo-rétro XSR 900. Là encore, une machine routière avant d’être sportive.

Par contre, tant la R6 que la R1 continuent à évoluer, en tant que modèles utilisables sur circuit, et en compétition. Et plusieurs fournisseurs officiels sont à disposition des amateurs comme des pros pour équiper ces modèles avec des pièces spéciales racing, regroupées chez Yamaha dans l’appellation GYTR.

Le pilote suisse Dominique Aegerter, engagé dans un team satellite Yamaha en mondial Superbike, que l’on voit dans la photo de tête de cet article au guidon de sa Yamaha YZF-R1 de course lors de tests sur le circuit de Barcelone, va donc pouvoir compter sur une machine toujours compétitive!

YZF-R1
La Yamaha R1 du team YART lors de la dernière manche du championnat mondial d’endurance, l’an dernier, aux 24 heures du Bol d’Or.

Et son compatriote Robin Mulhauser, pilote remplaçant du team officiel Yamaha (le YART) en championnat mondial d’endurance, pourra lui aussi continuer à compter sur une YZF-R1 spécifique à ce championnat.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le site suisse de Yamaha, ou vous adresser notamment à nos partenaires de l’Annuaire suisse des professionnels de la moto, Badan Motos à Genève, Moto Bolle à Morges (VD), MCM Moto à Lausanne, Facchinetti Motos à Crissier (VD), Chevalley Motos à Saint-Légier (VD) ou le Yamaha Center de Marly (hostettler moto Fribourg) à Marly (FR).

Source: comm. Yamaha
Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements