Essai BMW M 1000 R: une pistarde déguisée en naked
Test BMW

Essai BMW M 1000 R: une pistarde déguisée en naked

C’est quoi une BMW M1000R? Une « simple » S1000R avec 35 chevaux de plus? Ou autre chose? BMW nous a invité à essayer sa nouvelle moto à Almeria, en Espagne. Et c’est à cette question que nous allons tenter de répondre.

La toute nouvelle M 1000 R de BMW ressemble assez fortement à sa soeur la S 1000 R. La BMW S 1000 R, l’Hyper Naked de la marque allemande à moteur 4-cylindres, on la connaît. Ce modèle a connu pas mal de changements depuis son lancement en 2014, surtout en électronique et au niveau esthétique. Et tout dernièrement au niveau du poids (lire notre essai en Suisse).

La S1000R 2021, lors de son essai sur ActuMoto l’an dernier…

Mais le moteur de la S est resté (presque) le même. 165 chevaux, environ 114 Nm de couple à 9500 tr/min et un rupteur à 11500 tr/min qui limite la moto pour ceux qui souhaitent la rouler sur piste.

Avec cette version « M », c’est justement à ce public qu’a pensé BMW. Quelques 210 poneys qui vous pousseront jusqu’à 14000 tr/min, pour une vitesse maximale théorique de 250 km/h. Oui, il s’agît bien d’une naked, mais vous n’aurez plus l’excuse de la plage de régime moteur qui vous limite en ligne droite. Son seul vrai point faible sera désormais son manque de protection au vent. Mais ça, c’est plutôt logique sur un roadster.

…et la nouvelle M1000R 2023, sur le circuit espagnol d’Almeria.

Malheureusement, son couple reste identique  – à 1 Nm près – à celui de la S1000R. En effet, « seulement » 113 Nm à 11000 tr/min pour la M 1000 R, cela peut paraître un faible. Cependant ce couple arrive plus tôt dans les tours, et présente un plateau intéressant à partir de 5000 tr/min.

Au final, le pic de couple se retrouve surtout plus haut dans les tours. Ce qui laisse entrevoir une moto linéaire et prévisible.

 

Pour une utilisation en ville, la bavaroise sait se montrer docile, facile à manier même à bas régime. Jusque-là, pas de surprise, c’est toujours un 4 cylindres en ligne de 999 cm3. Vous pourrez la conduire avec douceur de 2000 à 7000 tr/min. C’est appréciable pour rouler sereinement, même quand l’état de la route n’est pas optimal.

Et ce qu’il y a entre 8000 et 14000 tr/min, c’est pour vous faire rallonger les bras de quelques cm. Le tableau de bord vous le fait comprendre tout de suite, c’est dans cette zone qu’il faudra exploiter la moto.

Et la même sur les routes de la région espagnole.

Mais voici alors un autre problème: celui du surplus d’allonge. Je m’explique.

Lors de notre trajet par les routes sinueuses de la région d’Almeria, par un rythme soutenu, alternant virages serrés et courbes rapides, je me rends compte d’une chose: au bout d’environ 10 km, je n’ai pas changé de rapport.

À quoi bon, lorsque la 2ème vitesse me permet à la fois de prendre des virages “lents” tout en ayant du couple à la sortie? À quoi bon, lorsque je n’arriverai jamais à atteindre le rupteur dans le bout de ligne droite entre deux virages?

Ce surplus d’allonge n’a de sens que sur un circuit. Et c’est sur un circuit que la M 1000 R se montre plus que capable. BMW nous a justement donné l’occasion de tester sa vitesse de pointe sur le circuit d’Almeria. C’est là que la moto retrouve sa vraie place à mon sens.

BMW M 1000 R, BMW Motorrad Track And Test Days 2022, Almeria, Spanien

Ce circuit étant assez rapide, l’allonge de la moto devient son point fort. Ici, pas besoin de jouer de la boîte de vitesse, car vous ne changerez de rapport (presque) que dans les lignes droites.

Mais attendez, si on peut aller plus vite, il faut aussi freiner tout ça un jour, non? Et oui, et de ce côté, BMW n’a pas fait de fausse note non plus.

Le freinage se montre plus violent que l’accélération. Il est incisif, et vous stoppe net avec très peu d’effort. Et même lors de ces violentes décélérations, la moto reste droite et stable, car le châssis et les suspensions se montrent à la hauteur de la tâche.

Lors des phases les plus critiques, comme le freinage fort et les accélérations sur l’angle, nous pouvons nous rendre compte des prouesses de l’électronique embarquée. D’autant plus que sur les routes empruntées avant et après le passage sur circuit, l’adhérence n’est pas toujours au rendez-vous.

Mais contrairement à certaines marques, ce contrôle de traction n’intervient qu’en dernier recours, et vous laisse sentir que vous êtes allé trop loin. Je trouve ce point particulièrement intéressant, car il est plus instructif de dépasser légèrement la limite pour savoir où elle se trouve, plutôt que de ne jamais l’atteindre car la moto vous en empêche.

Venant complémenter la moto, BMW propose aussi l’application (gratuite) BMW Motorrad Connected. Rien de nouveau ici, car cette application est proposée depuis quelques années déjà.

Ses gros avantages vis-à-vis de certains concurrents, c’est sa fonction d’enregistrement automatique et l’accès à toutes les informations de la moto. Pression des pneus, kilométrage, accélération maximale, freinage maximal, prise d’angle maximale, intervention du Traction Control. Tout cela vous est indiqué, en rapport avec l’emplacement GPS.

Cependant, malgré toutes les qualités de la moto, 3 points me dérangent. Le premier concerne une sensation de lourdeur lors du changement d’angle. Ce point vient peut-être des ailerons aérodynamiques stabilisateurs,.

Il peut certainement être corrigé en ajoutant l’option des jantes en carbone, pour 2500 francs, ou incluses dans le pack « M competition » pour 6400 francs. Ce pack comprend également d’autres pièces en carbone et la chaîne M Endurance, qui ne nécessite pas d’entretien.

Le deuxième point concerne plutôt le caractère de la moto. Sur les premiers modèles de S 1000 R, la moto semblait bestiale, indomptable, avec “seulement” 165 chevaux. Aujourd’hui, avec plus de 200 chevaux, je n’ai jamais eu cette sensation.

BMW M 1000 R, BMW Motorrad Track And Test Days 2022, Almeria, Spanien

Est-ce la faute à la technologie de pointe? À la sécurité grandement améliorée? Aux normes Euro 5? Ou l’existence de concurrentes à l’architecture moteur différente? Difficile de désigner une seule cause.

Le 3ème concerne une sensation étrange de picotement dans les mains, dès 4000 tr/min. Certainement dûs aux vibrations du moteur, ces fourmillements sont désagréables uniquement lors de phases à allures modérées.

Malgré ces bémols, la BMW M1000R est tout de même un bijou de performance. Et surtout, c’est un sacré package pour “seulement” 22700 frs. Par contre, si vous souhaitez les roues en carbone, il faudra choisir la pack M performance pour 6400 frs de plus, et vous n’aurez le choix que de la version noire. Il vous sera impossible d’ajouter ce pack à la version blanche.

Quel que soit votre choix, c’est une belle affaire pour 210 chevaux et 199 kg (avec les pleins!), surtout aussi facile à conduire.

BMW M 1000 R, BMW Motorrad Track And Test Days 2022, Almeria, Spanien Actumoto

La moto est disponible en précommande, et les livraisons sont prévues autour de la fin février. Plus d’infos sur le site de BMW Suisse.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter notre partenaire de l’Annuaire des professionnels, Facchinetti Moto, à Crissier, Genève ou Neuchâtel.

Photos: BMW Motorrad - Jean-Baptiste Rozain

Article mis à jour le 6 décembre 2022 à 21:19

Auteur

Jean-Baptiste Rozain

Jean-Baptiste Rozain

JB, jeune photographe amateur, qui a roulé à moto avant de savoir marcher. Il vous transmet sa passion pour le monde de la moto au travers de ses photos et de ses articles. Ce qui le fait vibrer, ce sont les machines à fort caractère, et aussi sa belle KTM 1290 Super Duke R V2!

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements