Le cours de glisse dans le terrain chez Cornu
Reportage

Le cours de glisse dans le terrain chez Cornu

La glisse à moto. Une sensation redoutée, et dangereuse si le pilote y réagit de la mauvaise manière. Heureusement, l’école Cornu Master School propose un cours spécifique pour apprivoiser cette situation difficile. Notre essayeur-photographe Jean-Baptiste a fait l’expérience d’une journée de cours, niveau 1, pour les novices.

La perte d’adhérence, c’est le thème principal de ce cours. Qui n’a jamais eu la sensation de perdre l’arrière à la remise des gaz, ou la roue avant qui chasse lorsque l’on passe sur une ligne blanche? L’idée ici est d’apprendre à reconnaître une perte d’adhérence dans des situations contrôlées dans le terrain, afin de savoir comment y réagir. Ce cours de  » Glisse Niveau 1  » s’adresse à tous les motards et motardes, peu importe leur expérience, pour découvrir ces sensations en sécurité.

Attends un peu, Cornu Master School, c’est quoi?

L’école Cornu, c’est une structure d’une vingtaine de personnes. Tous motivés à instruire les motards afin de garantir un plaisir de conduire, tout en minimisant les risques. Que ce soit dans le terrain ou sur circuit, l’équipe de la Cornu Master School est composée de moniteurs spécialisés dans chacun de ces domaines.

Depuis sa création en 1992 sous les auspices du célèbre pilote suisse de Grand Prix Jacques Cornu, l’école a bien grandi. Sa première année, elle a formé 630 motards. Aujourd’hui, c’est environ 2000 motocyclistes par an qui se forment avec l’équipe de la Cornu Master School. Cette belle croissance est due à la qualité de leurs formations ainsi qu’à la passion d’enseigner de leurs instructeurs.

Mais revenons à notre expérience avec eux lors de cette magnifique journée de printemps.

Déroulement de la journée

La journée commence en douceur, à 9h du matin, devant le local Cornu situé à Hauterive (NE). Du café et des croissants nous attendent déjà, et ça met tout le monde de bonne humeur. L’ambiance est détendue et les motards venus suivre le cours commencent à faire connaissance.

Une fois que nous avons terminé la paperasse, nous nous équipons et sommes briefés par Elvir Softic, actuel directeur de l’école et notre instructeur. Il est très dynamique, bon enfant et très motivé à nous apprendre ce qu’il sait, et cela se ressent tout de suite.

Nico sera le deuxième instructeur, et il partage la même motivation et bonne humeur que son ami et collègue Elvir.

De gauche à droite: Nico et Elvir.

Nous prenons donc la route pour rejoindre la zone d’entraînement principale, la carrière. Comme son nom l’indique, dans cette carrière il n’y a pas de béton, mais bien un sol de terre, de sable, de graviers, ou de rochers. Cette variété de terrains est idéale pour essayer les différentes réactions possibles de la moto lorsque le pilote effectue la même action.

La matinée – découverte du terrain et des motos

Nous somme vite répartis en 3 groupes, pour 2 moniteurs. Le premier groupe va commencer avec les motos de trial, le deuxième prend les enduros, et le troisième groupe reste au repos pour l’instant.

Il y aura une rotation des ateliers environ toutes les 15-20 minutes pour que tout le monde puisse pratiquer sans être exténué. La journée sera longue!

Le groupe avec les motos de trial commence sur un parcours lent, afin de travailler principalement sur l’équilibre, avec la position du corps du pilote sur sa moto, ainsi que le regard. Ce dernier est tout autant important, car même avec une position parfaite, si on regarde seulement sa roue, impossible de lire le terrain à venir et ainsi anticiper le comportement de la moto.

Sur les motos de trial, pas de selle! On est obligé de bien se placer pour ne pas tomber à basse vitesse.

Pendant ce temps, le groupe avec les motos d’enduro explore le reste de la carrière, en empruntant le maximum de terrains différents. L’instructeur ouvre la voie, en montrant la position à adopter sur la moto dans chaque situation. Cet exercice permet à chacun de prendre ses marques avec les motos.

Une fois que tous le monde a fait ce premier exercice,  il est temps de travailler une situation particulière: le démarrage en côte dans un terrain meuble. Cela peut sembler facile, mais loin de là! Une erreur d’équilibre, l’utilisation du mauvais frein, ou une mauvaise gestion de la poignée de gaz et de l’embrayage, il est facile de ne pas réussir à repartir proprement.

Elvir et ses collègues prodiguent leurs conseils à chaque motard, afin que chaque participant puisse progresser.

Vient maintenant l’exercice des poutres: 3 morceaux de bois d’environ 2m chacun alignés au sol. Le but est de rouler sur chacun d’entre eux à allure constante, sans en tomber. Encore une fois, l’équilibre et le regard vont de pair pour réussir à enchaîner les 3 obstacles.

L’après-midi

Après un bon repas dans une auberge non loin de la carrière, nous reprenons les entraînements. Cet après midi, nous utiliserons uniquement les enduros. Jusqu’à maintenant, nous avons travaillé énormément sur la position, l’équilibre, le regard et l’anticipation. Il est donc temps d’apprendre à perdre l’adhérence!

La glisse de l’arrière au freinage

Nous commençons par le blocage et la glisse de la roue arrière. Sensation étrange au début, mais on s’y fait rapidement et on y prend plaisir.

Nous sommes toujours à allure modérée, et nous ne prenons aucun risque inconsidéré. Pour passer à l’étape au dessus, Elvir nous montre comment utiliser le guidon et les épaules pour balancer sa moto d’un coté à l’autre, roue arrière bloquée.

Pour le sous-signé, cela lui rappelle beaucoup le VTT, dont les sensations sont très proches. Nous devons donc bloquer la roue arrière, et s’arrêter après avoir tourné la moto de 90°. Premier exercice de glisse intéressant, et qui met en confiance pour la suite.

La glisse de l’avant

En effet, de la confiance, il en faudra pour ce prochain challenge. Il faut maintenant provoquer volontairement une glisse de l’avant! En saisissait le frein à pleine main, et en le serrant le plus fort possible sans laisser le temps à la moto de faire un transfert de masse. Le but est aussi de maintenir cette glisse le plus longtemps possible. Bien entendu, il faut relâcher le frein dès que nous sentons que la moto va tomber, sinon c’est la gamelle assurée.

L’exercice suivant est encore plus intéressant: il nous faut freiner le plus fort possible, sans provoquer de perte d’adhérence. C’est donc une sorte d’arrêt d’urgence, mais sur un sol à l’adhérence très variable. Cela n’est pas facile, car il faut savoir lire le terrain et adapter son freinage en conséquence. Cet exercice est celui que notre essayeur a trouvé le plus instructif, car très exigeant sur la réactivité du pilote et ses capacités d’analyse.

 

Nico n’hésite pas à corriger les erreurs commises. Après tout, on est là pour apprendre!

La glisse à la remise des gaz

Il est temps maintenant de s’essayer à la glisse de l’arrière à la remise des gaz, et qui plus est sur l’angle. Sensation souvent ressentie (non volontairement) sur route par la plupart des motards, et cela ne peut être que bénéfique d’apprendre à contrôler cette glisse. La provoquer s’avère assez facile, mais la maintenir est un exercice d’un tout autre niveau.

Très peu des motards présents y arrivent, et tous se fatiguent très rapidement sur cet exercice. Il faut dire que garder la position de la jambe intérieur tendue sur l’avant se révèle physique. Encore une fois, c’est la position et le regard qui jouent un rôle crucial, car il faut savoir lire le terrain en avance pour anticiper la perte ou la reprise d’adhérence à venir.

Bouquet final

Pour terminer cette journée d’exercices, Elvir nous propose un parcours différent. C’est un tracé à travers une bonne partie de la carrière, afin de mettre en pratique tout ce qui a été travaillé sur cette journée.

Chacun est libre d’aborder la chose comme il le souhaite: certains préfèrent essayer de mettre un peu de rythme, quand d’autres continuent de travailler certains points sur lesquels ils se sentent moins à l’aise.

Pour résumer, cette journée s’est déroulée dans la bonne humeur, l’esprit motard et le besoin partager d’apprendre à mieux conduire, dans la sécurité. Chacun a appris énormément de choses, et a passé un excellent moment par la même occasion. L’expérience était très positive, et c’est pour ça que la Cornu Master School est réputée dans toute la Suisse.

À qui s’adresse ce cours?

Lors de cette journée, les participants venaient de tous les horizons. Des jeunes, des moins jeunes, des routiers, des baroudeurs, des pistards, des novices, et beaucoup de Suisses allemands. Elvir nous a assuré que c’était rare de ne pas avoir de femmes dans le groupe!

En bref, quel que soit votre parcours et votre expérience, vous êtes les bienvenus. L’équipe de la Cornu Master School saura s’adapter à vous et vous prodiguer ses conseils pour progresser efficacement et en sécurité.

Si vous souhaitez vivre une expérience similaire, le prix de cette journée est de 350 fr. et inclut:

  • Café et croissants le matin
  • Le repas de midi et les boissons
  • Les motos de trial
  • Les motos d’enduro
  • L’équipement complet
  • L’assurance

Il reste quelques cours avant le fin de la saison, si vous souhaitez vous inscrire à ce cours ou à d’autres, vous pouvez le faire sur le site de la Cornu Master School.

 

Photos: Jean-Baptiste Rozain (@madpik_photographie)

Auteur

Jean-Baptiste Rozain

Jean-Baptiste Rozain

JB, jeune photographe amateur, qui a roulé à moto avant de savoir marcher. Il vous transmet sa passion pour le monde de la moto au travers de ses photos et de ses articles. Ce qui le fait vibrer, ce sont les machines à fort caractère, et aussi sa belle KTM 1290 Super Duke R V2!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements