Francesco Bagnaia redore le blason de Ducati en s’imposant avec style à Jerez
MotoGP Jerez

Francesco Bagnaia redore le blason de Ducati en s’imposant avec style à Jerez

L’officiel Ducati, qui a conu un début de saison difficile avec plusieurs abandons, s’est emparé de la pole, il a mené la course tout du long et s’est imposé devant le champion en titre Fabio Quartararo (Yamaha) et Aleix Espargaro (Aprilia), vainqueur d’une âpre bataille avec Marc Marquez (Honda) et Jack Miller (Ducati) pour la troisième place du podium. En Moto2, victoire méritée d’Ai Ogura, et en Moto3 bataille remportée dans le dernier virage par Izan Guevara.

Francesco Bagnaia, qui est l’un des deux pilotes officiels chez Ducati en MotoGP (numéro 63), a beau avoir beaucoup de talent et avoir terminé la saison 2021 à la place de vice-champion, son début de saison 2022 est jusqu’ici tout sauf facile. Il s’est régulièrement retrouvé loin sur la grille de départ parce qu’il n’a pas réussi à passer dans les premières places lors des qualifications, et il a aussi dû abandonner une course à cause d’une chute – au Qatar.

Mais les soucis de début de saison de Francesco semblent être oubliés depuis le Grand Prix d’Espagne 2022, à Jerez de la Frontera. Francesco « Pecco » Bagnaia y a signé sa meilleure qualification de l’année. En obtenant rien  moins que la pole position, devant le champion en titre Fabio Quartararo (Yamaha).

Le pilote Aprilia Aleix Espargaro, qui était deuxième du championnat après le Grand Prix du Portugal, à égalité de points avec Fabio Quartararo, le vainqueur du Grand Prix du Portugal (lire notre compte-rendu) a réussi à se glisser sur la première ligne de la grille de départ, reléguant le second pilote Ducati officiel, Jack Miller, cinquième sur la grille, devant l’octuple champion du monde Marc Marquez (Honda) et Johann Zarco (Pramac Ducati).

Et c’est Francesco Bagnaia qui a pris la direction de la course dès l’extinction des feux, suivi par Quartararo (numéro 20). Les deux rivaux de 2021 ont peu à peu pris leurs distances par rapport au reste des pilotes. A tel point qu’ils avaient plus de 10 secondes d’avance quand ils ont franchi la ligne d’arrivée!

Bagnaia, lui, n’a pas craqué sous la pression et il a aligné les tours rapides avec la régularité d’un métronome. durant les 20 tours de la course. Ce n’est que vers la fin, dans l’avant-dernier et le dernier tour, que Quartararo a pu réduire l’écart et se rapprocher de la Ducati. Mais pas assez pour envisager une éventuelle manoeuvre de dépassement.

Derrière, il y a eu plus de faits marquants. Dont le quasi-contact dans le premier virage entre Aleix Espargaro et Marc Marquez (numéro 93), le pilote Aprilia virant en tête mais allant trop loin dans sa trajectoire et se faisant repasser par Marquez immédiatement. Dont aussi la chute du pilote Pramac Jorge Martin avant la fin du premier tour. Il a pu remonter en selle et continuer la course, mais il était déjà tout derrière. Quelques tours plus tard, c’est son coéquipier Johann Zarco qui est parti à la faute, mais sans pouvoir remonter sur sa moto.

La lutte pour la troisième place qui a bientôt cristallisé l’attention du public espagnol. Elle a opposé l’Australien Jack Miller aux Espagnols Marc Marquez et Aleix Espargaro, le pilote Ducati semblant visiblement un peu plus lent que ses deux adversaires, mais défendant brillamment sa place. Dans les derniers tours, Marquez a trouvé une petite place et a fait l’intérieur à l’Australien. Mais il a perdu cet avantage quelques virages plus loin, en même temps que l’avant de sa Honda. Il n’a pu rester sur ses deux roues que grâce à un nouveau « save » miraculeux dont le pilote Espagnol a le secret.

Francesco
Le « save » de Marc Marquez (numéro 93), alors en contention pour la troisième place du podium avec Jack Miller et Aleix Espargaro.

Mais cette quasi-chute a permis à Miller de revenir, et surtout elle a laissé la porte ouverte à Aleix Espargaro, qui était à ce moment-là le plus rapide des trois. Aleix a tout de suite pris le large et il s’est assuré une troisième place méritée sur le podium final. De quoi consolider sa deuxième place au championnat, avec juste 7 points de retard sur Quartararo. Ce nouveau podium d’un pilote Aprilia a pour effet secondaire que la firme de Noale perd dès à présent les exceptions qu’elle pouvait revendiquer par rapport à certains aspects du règlement du MotoGP. Comme par exemple le fait de pouvoir effectuer des tests où et quand l’on veut, avec les pilotes engagés dans le championnat au lieu des pilotes de test officiels.

Un autre aspect est le fait de ne plus pouvoir développer le moteur de l’Aprilia RS-GP, jusqu’à la fin de la saison 2022. Les équipes participant depuis moins longtemps au MotoGP, ou clairement défavorisées, ont en effet le droit de faire plus de choses durant l’année pour tenter de rattraper leur retard. Ce qu’Aprilia a manifestement fait. Et donc la marque italienne se trouve dès à présent à égalité de chances avec les colosses Honda-Yamaha et les autres (Suzuki et Ducati).

Marc Marquez, lui, n’a pas voulu s’avouer battu, et il a encore réussi à passer une nouvelle fois devant Miller, à grand renfort de traces noires de pneus sur le circuit, dans le dernier tour!

Joan Mir (Suzuki), le champion du monde 2020, a franchi la ligne à une sixième place solitaire. Francesco Bagnaia est désormais cinquième du championnat, à égalité de points avec lui, mais un rang de mieux en raison de son meilleur résultat à Jerez. Quant au coéquipier de Mir, Alex Rins, il n’a pas pu rééditer son bon coup de Portimao, car il a fait un tout droit dans le gravier à la mi-course. En réussissant à rester sur la moto, mais en perdant beaucoup de places, ce qui fait qu’il n’a marqué aucun point à ce Grand Prix d’Espagne. Il est quatrième au championnat, derrière Enea Bastianini (Gresini, Ducati) – qui a franchi la ligne d’arrivée en huitième position, derrière Takaaki Nakagami (LCR Honda).

Pour le résultat complet de cette course MotoGP remportée par Francesco Bagnaia, c’est par ici.

Et en Moto2 …

Dans la catégorie intermédiaire, c’est un peu comme en MotoGP. Dans le sens où l’auteur de la pole, le Japonais Ai Ogura (Idemitsu Honda Asia team) a mené, comme Francesco Bagnaia, la course de bout en bout. Mais la bataille a par contre déjà fait rage durant toute la première partie de la course pour la deuxième place, entre Aron Canet (Flexbox HP40) et Tony Arbolino (Elf Marc VDS). Puis vers la mi-course, les positions se sont cristallisées. On signale que la deuxième place de Canet a un petit air d’exploit, car ce pilote venait d’être opéré d’un fracture au poignet!

Ogura
En Moto2, Ai Ogura a franchi la ligne d’arrivée en vainqueur à Jerez. Devant Aron Canet et Tony Arbolino.

Et aussi que l’actuel leader du championnat, Celestino Vietti (Mooney VR46), parti de la sixième place, y a aussi terminé, derrière Augusto Fernandez (Red Bull KTM Ajo) et Marcel Schrötter (Liqui Moly Intact, qui était bien 18ème sur la grille de départ!). Il est donc toujours en tête du championnat, mais a perdu des points face à Ai Ogura. Le coéquipier d’Arbolino, Sam Lowes, bien placé au départ, est parti à la faute et a dû abandonner, tout comme celui d’Ogura, Somkiat Chantra. Enfin le champion du monde en titre Moto3 et rookie en Moto2 Pedro Acosta (Red Bull KTM Ajo) a lui aussi chuté. Il a repris la course, mais n’a pas pu marquer de point.

Pour le résultat complet de cette course Moto2, c’est par ici.

De l’action dans le dernier virage du dernier tour en Moto3

En Moto3, il n’y a comme d’habitude pas eu de clair dominateur dès  l’extinction des feux. Plutôt un groupe assez compact de plusieurs pilotes qui se sont succédé en tête de la course, avec souvent des manoeuvres au millimètre et des dépassements osés. La victoire s’est en conséquence jouée dans le dernier tour. Entre les deux team GaGas et Red Bull KTM. C’est au final le poleman Izan Guevara (Valresa GasGas, numéro 28) qui a réussi à s’imposer, en effectuant un dépassement par l’extérieur, dans le dernier virage, aussi bien sur son coéquipier Sergio Garcia que sur le pilote KTM Jaume Masia. Et Deniz Öncü (KTM) s’est retrouvé au pied du podium pour jusque quelques cheveux de retard!

Jerez
Un finish très serré en Moto3, avec Izan Guevara (numéro 28, GasGas) qui l’emporte de quelques longueurs sur son coéquipier Sergio Garcia (numéro 11). Juste derrière, on trouve Jaume Masia (numéro 5) et Deniz Öncü (numéro 53).

Sergio Garcia, avec sa deuxième place, conforte son statut de leader du championnat, 21 points devant Dennis Foggia (Leopard, Honda), qui n’a pas réussi à marquer des points à Jerez. Pour le résultat complet de cette course Moto3, c’est par ici.

Photos: DR
Source motogp.com

Article mis à jour le 1 mai 2022 à 20:28

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements