Supersport Aragon – Dominique Aegerter s’est trouvé un nouveau meilleur ennemi
Mondial Supersport

Supersport Aragon – Dominique Aegerter s’est trouvé un nouveau meilleur ennemi

L’Italien Lorenzo Baldassarri (Evan Bros Yamaha), transfuge du mondial Moto2, s’est adjugé la pole devant le pilote suisse champion du monde en titre, et a remporté la course 1 le samedi, devant Aegerter, avec Can Oncu (Kawasaki) en 3ème position. Mais « Domi » a pris sa revanche le dimance dans la course 2, qu’il a gagné d’un souffle sur son nouvel adversaire. Avec comme troisième homme Nicolo Bulega, sur une Ducati Panigale V2 conforme au nouveau règlement de la catégorie.

Durant la saison 2021, le Suisse Dominique Aegerter avait un ennemi principal dans le paddock du mondial Supersport. Un autre pilote Yamaha, rattaché à l’équipe Evan Bros – Bardhal (Yamaha), en la personne du Sud-africain Steven Odendaal. Ce fut son principal rival pour le titre, titre qu’Aegerter a néanmoins gagné haut la main, se permettant même de louper un week-end complet de course parce qu’il était engagé à ces dates-là dans la coupe mondial MotoE (électriques).

Pour l’ouverture de la saison 2022, où le Suisse, fidèle au team Ten Kate Yamaha, va devoir défendre son titre mondial, « Domi » s’est trouvé un nouveau meilleur ennemi. Et c’est encore une fois dans les rangs du team Evan Bros, qui a engagé l’Italien Lorenzo Baldassarri. Un ex-pilote du mondial Moto2, qui avait fait beaucoup parler de lui il y a de cela quelques années, et qui avait depuis lors un peu disparu des écrans. Mais « Balda », sur la moto numéro 7, a à nouveau braqué les projecteurs lors du premier rendez-vous du  championnat Supersport en 2022, sur le circuit du Motorland Aragon, en Espagne.

Le numéro 7 a en effet raflé la pole à Aegerter (numéro 77), qui était donc deuxième sur la grille de départ de la première course, le samedi. Avec comme troisième homme le pilote turc Can Oncu (Puccetti Kawasaki).

C’était aussi la première d’un mondial Supersport nouvelle formule, où de nouvelles marques et de nouveaux types de moteurs et de cylindrées étaient présents: les V2 Ducati de plus de 900 cm3 (Panigale V2), les triple Triumph, des Street Triple RS dotées d’un carénage (765 cm3), et toujours les tricylindres MV Agusta (F3), mais dont la cylindrée était passée de 675 à quasi 800 cm3. Et toujours les quatre-cylindres de maximum 600 cm3, à savoir les Yamaha YZF-R6 et les Kawasaki ZX-R6. Le promoteur du championnat avait fait en sorte que les cartes soient plus ou moins égales malgré ces différences de cylindrées, par le biais de contrôles électroniques de la puissance et du couple, mais aussi en accordant des autorisations de modifier les moteurs et le reste des machines de façon plus ou moins importante selon les modèles.

En très résumé, les teams utilisant la Panigale V2, la Street Triple RS ou la F3 800, qui ont un avantage de cylindrée sur les R6 et les Kawasaki, ont droit à moins de modifications permettant d’augmenter les performances, et les courbes de couple et de puissance de leurs moteurs sont quelque peu bridées électroniquement.

Toujours est-il qu’à l’extinction des feux, samedi, c’est Dominique Aegerter qui a viré en tête, Baldassarri et Oncu à sa suite. Mais le pilote Kawasaki a très vite renversé la situation et s’est emparé des commandes aux dépens du Suisse. Les trois pilotes allaient s’échanger les places à plusieurs reprises durant les premiers tours de la course. Avant que Baldassarri et Aegerter ne décrochent Can Oncu et accélèrent le rythme, tout en se livrant une âpre lutte pour la suprématie.

Dans chaque grande ligne droite, ou presque, Baldassarri avait un avantage en vitesse pure sur Aegerter, et ce dernier a dû jouer serré pour ne pas se faire distancer. Le Suisse a placé une attaque vers la fin de la course, mais il n’a pas pu prendre le large, et l’Italien l’a repassé. Avant de reperdre la première place! Mais Domi a commis une toute petite erreur de trajectoire dans un enchaînement de virage, et cela a suffi à son ennemi pour re-reprendre son bien.

Ca Oncu
Can Oncu (Kawasaki numéro 61) a mené un temps la course, devant Lorenzo Baldassarri (numéro 7) et Dominique Aegerter (77).

Baldassarri, qui avait moins d’une longueur de moto d’avance sur Aegerter dans les derniers virages, a cependant connu une grosse frayeur, perdant momentanément l’avant de sa R6. Il a réussi à se maintenir en selle, mais a élargi la trajectoire, repoussant le Suisse sur les bords du circuit. Aegerter a lui aussi évité la chute de peu, et il ne pouvait plus rien faire pour rattraper son nouveau meilleur ennemi, qui a franchi la ligne avec un peu plus de deux dixièmes en moins que lui.

Baldassarri
Lorenzo Baldassarri a franchi la ligne avec un petite avance sur Aegerter. Can Oncu était plus loin derrière.

Can Oncu a dû se contenter de la troisième place. On note l’excellente quatrième place du Néerlandais Glenn Van Straalen (EAB Racing, Yamaha), 5 secondes plus loin. Il était suivi par Nicolo Bulega (Aruba.it, Ducati), Nikki Tuuli (MV Agusta) et Stefano Manzi (Dynavolt Triumph). Federico Caricasulo (Althea, Ducati), Adrian Huertas (MTM Kawasaki, le champion SSP 300 en titre) et Peter Hobelsberger (Kallio Racing, Yamaha) complètaient le top 10.

Le Français Jules Cluzel (GMT 94, Yamaha) déjà plusieurs fois vice-champion du monde Supersport, a chuté en début de course et malgré ses efforts il n’a pas pu remonter plus haut que la 19ème place. Quant au seconde Suisse, Marcel Brenner (VFT, Yamaha), sixième sur la grille, il a progressivement dégringolé à la 17ème place, derrière Raffaele De Rosa (passé de Kawasaki à Ducati), et devant Leonardo Taccini, le jeune coéquipier d’Aegerter.

Course 2, la revanche!

Dimanche, Dominique Aegerter a à nouveau pris le meilleur départ, devançant son nouveau meilleur ennemi Lorenzo Baldassarri. Et ce dernier a pris l’avantage au cinquième tour, après avoir déjoué une tentative de la part de Can Oncu. Mais le Suisse n’a pas laissé l’Italien prendre le large et il est resté juste derrière lui. Les deux pilotes Yamaha ont peu à peu pris leurs distances sur le pilote Kawasaki dans leur lutte pour la victoire. Cette fois-ci, Aegerter n’a pas commis d’erreur, et un dernier dépassement de la part de Baldassarri a été contré par l’intérieur au virage suivant. Dominique Aegerter a franchi la ligne d’arrivée avec juste 3 centièmes d’avance sur son meilleur ennemi!

ennemi
Nicolo Bulega (Aruba.it) décroche le podium sur une Ducati (Panigale V2) dans la course 2.

Un problème technique a contraint Oncu à l’abandon près de la fin, ce qui a permis à Van Straalen de visualiser un podium. Podium qui lui a été ravi dans le dernier virage par Bulega! Le premier podium en Supersport pour Ducati, de retour cette année dans cette classe, depuis 15 années.

La cinquième place est revenue à Tuuli, qui a pris le meilleur sur Cluzel, avec le rookie Yari Montella (Puccetti Kawasaki) en 7ème place. Stefano Manzi, parti du fond de la grille en raison d’un pénalité infligée pour non respect des valeurs de gonflage des pneus, a pu remonter jusqu’à la huitième position, devant Raffaele De Rosa et le coéquipier de Manzi, Hannes Soomer.

Marcel Brenner, lui, a dû abandonner à cause d’un problème technique. Pour les résultats complets, c’est par ici!

Les pilotes du mondial Supersport se retrouvent dans deux semaines à Assen.

Photos: DR
Source worldsbk.com

Article mis à jour le 11 avril 2022 à 08:51

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements