« Les nouvelles Multistrada et Monster, très importantes pour le marché suisse »
Ducati

« Les nouvelles Multistrada et Monster, très importantes pour le marché suisse »

Retour sur une année 2020 peu commune pour la marque italienne Ducati, à l’occasion d’un entretien avec son vice-président responsable des ventes et du réseau, Francesco Milicia, qui ouvre aussi quelques pistes pour le futur…

L’année 2020 a été positive pour le marché suisse chez Ducati, avec une croissance des ventes de 11%, malgré l’arrivée de la pandémie. Voici ce qu’en dit Francesco Milicia, membre du conseil d’administration.

«La situation en mai (2020) a été très effrayante», l’Europe et une grande partie de l’Italie s’étant retrouvée confinée pour faire face à la flambée de coronavirus, s’est rappelé le vice-président des ventes mondiales de Ducati.

Pourtant, l’année avait bien commencé pour le constructeur de Borgo Panigale, avec une solide progression des ventes en janvier et février. Mais ensuite, tout s’est accéléré avec l’arrivée du Covid-19. Ducati a vu son usine fermée et ses livraisons mondiales interrompues pendant sept semaines.

«L’impact (du Covid-19) a été important», d’autant plus que l’assemblage de la nouvelle Streetfighter (lire notre esssai en Suisse) venait tout juste de commencer. En mai-juin, le constructeur italien subissait une chute des ventes de 35%.

Mais c’était sans compter sur le formidable rebond en seconde partie d’année, «le meilleur dans l’histoire de Ducati», a rappelé M. Milicia dans un entretien avec ActuMoto. Au final, la marque tricolore s’en est sortie de justesse, ses ventes ne s’étant repliées (globalement) que de 9,7% en 2020.

«La tendance positive se poursuit», a souligné celui qui a dirigé pendant près de trois ans l’usine Ducati en Thaïlande, le seul site hors d’Italie.

Les quelque 630 unités de la Diavel 1260 Lamborghini (lire notre présentation) ont été vendues en trois jours et le constructeur a dû relever à trois reprises le rythme de production des Panigale, dont 500 unités ont été commandées. Quant à la nouvelle Multistrada V4 (lire notre essai), il faudra carrément attendre juin pour être livré si vous l’avez achetée en début d’année.

Ducati poursuit sa marche en avant, grâce notamment à un réseau de concessionnaires renforcé de 50 nouveaux membres (ou membres remplacés) au niveau mondial. La marque transalpine s’est réinstallée en Australie et fait face à une très forte demande en Chine, où les ventes ont décollé de 26% en 2020.

Selon les estimations de Francesco Milicia, l’Empire du Milieu pourrait dépasser à terme comme marché numéro un l’Italie, les Etats-Unis et l’Allemagne, actuellement les trois pays les plus importants pour le constructeur.

«Nous prévoyons d’augmenter notre réseau de vente (en Chine) de 30% dans les prochains mois. Il y a une très forte demande pour devenir concessionnaire de la marque», a-t-il précisé.

Pandémie oblige, Ducati mise également sur les ventes en ligne et sur la stratégie «multicanal», internet et points de vente physiques, pour croître. Il est aujourd’hui possible de choisir sa Duc’ sur le web et de se la faire livrer à domicile, sans avoir à se déplacer chez un vendeur.

La Suisse, où les ventes ont crû de 11% l’année dernière, on l’a dit, n’est pas en reste dans cette stratégie. Les nouvelles Multistrada et Monster «seront très importantes» pour le marché suisse, considéré comme haut de gamme.

pour le marché suisse
La nouvelle Ducati Monster, attendue dès avril en Suissse.

La Streetfighter V4, dont plus de 5700 unités ont été livrées en 2020 (361, dont 291 en version S, pour le marché suisse), n’est pas en reste. La super-naked a démarré «très fort» dans la nouvelle année, de l’aveu du responsable de Ducati. Quant à une éventuelle version V2, annoncée à demi-mot par le CEO Claudio Domenicali il y a un peu plus d’une année, M. Milicia est resté très vague, se contentant d’un «peut-être…».

Pour d’autres infos sur la marque, voici son site.

Prototypes électriques

Si Ducati mise sur des segments bien établis, la marque n’en oublie pas autant que l’heure est à la mobilité électrique. Mais le constructeur n’en est qu’à ses premiers pas. «Nous y travaillons et nous avons déjà réalisé quelques prototypes», notamment en collaboration avec Audi, a détaillé Francesco Milicia, pour qui le problème majeur reste le poids des batteries.

Ducati avait également fait couler passablement d’encre en fin d’année dernière, avec des rumeurs de cession par son propriétaire, le constructeur automobile allemand Audi. Cette hypothèse avait cependant été refutée par les responsables de la maison-mère, le géant VW.

Le constructeur italien reste donc bien dans le giron de la marque d’Ingolstadt. D’autant plus que Ducati est une société saine, «sans dette, dotée d’une bonne trésorerie et rentable», a énuméré  le vice-président des ventes mondiales.

Photos: DR

Article mis à jour le 17 février 2021 à 04:40

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 52 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements