Il y a deux Suisses aux 12 heures d’Estoril
Mondial d'endurance

Il y a deux Suisses aux 12 heures d’Estoril

Les équipes engagées dans le championnat mondial d’endurance moto abordent leur dernière course de la saison 2019-2020 ce week-end au Portugal. En lice, le Fribourgeois Robin Mulhauser dans le team Tati français, pour la couronne Superstock, et le Vaudois Sébastien Suchet invité de dernière minute au sein du Maco Racing team tchèque. Plus bien sûr le Team Bolliger Switzerland, qui est une structure privée suisse, mais qui n’a plus de coureur helvète. Et dont la direction passe du papa Hanspeter au fils Kevin Bolliger.

Les 12 heures d’Estoril tiennent lieu ce week-end (26-27 septembre) de grand final pour le championnat mondial d’endurance moto EWC 2019-2020 – comme d’habitude à cheval sur deux années civiles, mais contrairement à l’ordinaire, amputé de plusieurs courses à cause de la pandémie de nouveau coronavirus, dont celle de Suzuka. Et il y aura deux pilotes suisses, plus un team suisse, au rendez-vous sur le circuit portugais.

Le premier de ces deux pilotes est bien sûr le Fribourgeois Robin Mulhauser, membre de Moto Ain (Yamaha Superstock) avec l’Italo-suisse Roberto Rolfo et le Français Hugo Clere. Champions du monde en titre dans leur catégorie Superstock, ils abordent cette dernière épreuve avec comme objectif avoué de garder leur titre. Et de bonnes chances d’y parvenir, puisque jusqu’ici ils sont toujours en tête au nombre de points après avoir fini troisièmes de leur catégorie dans une course mouvementée au Mans (lire notre compte-rendu)…

12 heures d'Estoril
Le Suisse Robin Mulhauser a encore toutes ses chances de remporter à nouveau le titre en Superstock avec le team français Tati.

Le second est un peu un invité surprise. Il s’agit du Vaudois Sébastien Suchet. Dont l’équipe Tati française ne prend pas part à cette finale. Mais qui a reçu il y a relativement peu de temps une proposition d’une autre équipe, le Maco Racing Team tchèque (Yamaha, catégorie EWC, numéro 14), en tant que deuxième pilote aux côtés du Français Enzo Boulom et de l’Anglais Stefan Hill!

Sébastien Suchet passe du même coup d’une moto Kawasaki à une Yamaha YZF-R1 (photo tout en haut, prise lors des premiers essais). On lui souhaite bonne chance!

Enfin le Team Bolliger Switzerland, équipe privée en EWC que tout le monde connaît dans le paddock, sera aussi en lice. Avec Nigel Walraven et le jeune Jeff Pellijeff, mais sans le Suisse Roman Stamm, qui a pris sa « retraite » comme prévu après les 24 heures du Mans, et sans l’Allemand Jan Bühn, blessé, remplacé par le vétéran tchèque Ondrej Jezek.

Avec un autre changement de taille aussi, mais moins immédiatement visible. Hanspeter « Hämmpu » Bolliger, le patriarche et patron du team, passe officiellement la main à son fils Kevin à l’occasion de ces douze heures d’Estoril.

Sinon et pour rappel, le Suzuki Endurance Racing Team (Sert)français  d’Etienne Masson, Gregg Black et Xavier Simeon mène le championnat EWC avec 40 points d’avance et aborde le Portugal avec un bon capital confiance. Ils sont suivis par quatre équipes qui sont très proches au nombre de points: dans l’ordre, le F.C.C. TSR Honda France, vainqueur des 24 heures du Mans sur la nouvelle Fireblade RR-R en version endurance, puis le YART (Yamaha), puis le BMW Motorrad World Endurance Team, et enfin le Webike SRC Kawasaki France Trickstar. Chacun a une chance non négligeable d’être couronné à l’issue de ces 12 heures d’Estoril.

Photos: DR, Goodshoot1968
Source fimewc.com, Mulhauser, Suchet, Bolliger Team

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements