L’épopée de Moto Evasion sur une Honda RC30 au Bol d’Or Classic
Endurance historique

L’épopée de Moto Evasion sur une Honda RC30 au Bol d’Or Classic

Le concessionnaire Honda de Renens VD a célébré ses 40 ans en préparant un exemplaire de la mythique V4 et en l’engagent en septembre dernier dans la prestigieuse course d’endurance pour motos historiques, au sud de la France. Tout ne s’est bien sûr pas passé comme prévu.

En 1978, le jeune Paolo Di Mauro ouvre une concession Honda du côté de Lausanne. Il est déjà très engagé dans la compétition moto avec sa participation au championnat suisse sur une Yamaha 250 RD, puis dans les rallyes africains. Il finit même le Paris-Dakar 1989 pour sa première participation, au guidon d’une des 50 Honda 650 Africa Twin Marathon, quasiment sans assistance. ET voici que, 40 ans plus tard, Paolo a voulu  fêter l’anniversaire de son garage Moto Evasion en participant au Bol d’Or Classic. ET quoi de mieux que de rouler au guidon de la fameuse Honda VFR 750 R type RC 30, qui célèbre pour sa part 30 années?

Préparation par Sébastien Suchet

Fin mai, Paolo et son fils Yann trouvent enfin une RC 30 en bon état, avec 10000 km au compteur, mais qui n’a pas tourné depuis 20 ans. La moto arrive à l’atelier début juin et le chantier peut commencer. Elle est entièrement déshabillée par Sébastien Suchet, le mécano, qui est aussi l’un des meilleurs pilotes d’endurance mondiale au sein du Bolliger Team Switzerland.

Moto Evasion
Pose du carénage de la belle.

Le travail est conséquent: tous les joints sont changés, on monte un carter d’huile plus gros et un radiateur plus costaud issu du kit HRC. L’amortisseur d’origine est remplacé par un Öhlins flambant neuf et les biellettes du Pro-link sont modifiées pour permettre le montage d’une roue de 17 pouces. Celle-ci doit être décalée de 2 mm pour permettre le passage d’un pneu de 180 mm dans le bras oscillant. La moto est rhabillée avec un carénage modifié pour laisser passer le double pot d’échappement Termignoni prélevé sur une RC 45, seule entorse à son look d’origine. Une fois remontée, elle est passée au banc de puissance pour régler la carburation et c’est direction Magny-Cours pour les premiers roulages.

Après quelques réglages de suspensions et un changement de démultiplication, Yann et Paolo sont rassurés sur le potentiel de leur RC 30.

Fuites d’huile en piste

Le 11 septembre 2018, le team Moto Evasion s’installe donc sur le circuit du Castellet. Le contrôle technique se passe bien, les commissaires félicitent nos Suisses pour la qualité de la préparation de la moto. Et lors des essais libres du jeudi matin, l’équipe se contente de changer les plaquettes de frein. La première alerte arrive après les essais qualificatifs, quand un suintement est détecté sur le moteur. Paolo pense qu’il vient d’une fissure du bac à huile. Heureusement, avant de partir, Yann avait acheté une autre RC 30 en état d’épave pour prélever des pièces de rechange en cas de chute. Le bac est changé et l’équipe pense avoir réglé le problème. Mais au troisième tour des essais de nuit, Yann rentre au ralenti: la moto est repeinte à l’huile moteur… sans doute a cause d’une surpression.

Moto Evasion
Le stand au Castellet, lors de l’inspection.

A 23h heures, après une brève réunion, Paolo et l’équipe décident de continuer – ils ne sont pas venus jusqu’ici pour rien! Les deux moteurs, celui de l’épave, dont ils ne savent rien, et celui de course sont sortis de leurs cadres et posés sur l’établi. Il faut en fabriquer un nouveau en mêlant les deux durant la nuit. L’équipe des trois mécanos plus les Di Mauro père et fils se mettent au travail, à la lueur de leurs lampes frontales. A 7 heures du matin, la moto démarre au quart de tour! Il était temps car les qualifs du vendredi commencent à 9h30. Les deux pilotes roulent sur des œufs, ils ne dépassent pas 10 500 tr/mn et ne cherchent surtout pas à faire un temps, mais la moto tourne impeccablement.

Moto Evasion
Il a fallu trimer toute la nuit pour réparer la moto avant les qualifications du vendredi matin.

Les chronos s’améliorent

Vendredi soir, c’est Yann qui prend le départ. Tout se passe bien, et les chronos sont bons malgré la longue ligne droite du Mistral où la petite 750 se fait déposer par des 1000 qui disposent de 20 à 30 chevaux de plus. Ça ne l’empêche pas de remonter de la 38 place à la 30e place.

A la 65e minute, le guidon passe au père. Mais Paolo, lui, n’est pas trop à l’aise, car il n’a pas pu rouler de nuit. Au bout de quelques tours, il trouve ses repères et améliore ses chronos. La RC 30 numéro 40 finit 27e sur soixante de la première manche.

Moto Evasion
Départ style endurance, et de nuit.

Samedi matin 8h30: départ de la deuxième manche. Yann reprend le premier relais et décide de se lâcher, il tourne cinq secondes plus vite. Las, la moto se met à ratatouiller et il sent la panne sèche arriver. Il arrive à rentrer au stand au ralenti. Dommage, il était 13e au général. L’équipe ravitaille et change le pneu arrière, au tour de Paolo. Lui aussi fait une belle course, améliorant ses temps à chaque tour et se tirant la bourre avec une Yamaha. Au général, la Honda est 19e, une place très honorable au vu des déboires rencontrés.

Moto Evasion
Toute l’équipe du team Moto Evasion.

Texte (adapté) de Claude Cieutat

Photos: Claude Cieutat
Article paru sous une autre forme dans le magazine Moto Sport Suisse

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 51 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements