Bientôt un nouveau trois-roues plus abordable signé Can-Am, le Ryker!
Nouveauté 2019

Bientôt un nouveau trois-roues plus abordable signé Can-Am, le Ryker!

La marque canadienne BRP annonce l’arrivée d’une nouvelle machine, basée sur le même principe que les Spyder (deux roues à l’avant, non inclinables), mais plus simple et moins chère, pour toucher un public plus jeune.

Il s’appelle Ryker et n’a rien à voir avec la deuxième génération de la série Star Trek. Il s’agit d’une nouvelle machine dans la lignée des Can-Am du canadien BRP. Can-Am, connu jusqu’ici pour sa famille de modèles Spyder, propose depuis plusieurs années des trois-roues fun, sûrs, confortables, au look affirmé et au prix de même (lire notre essai sur route au Portugal).

Or justement, le prix est un facteur handicapant pour ces engins peu conventionnels qui ne sont ni des motos, ni des autos, mais que l’on pourrait décrire comme offrant les bienfaits des deux mondes. Le premier venu dans la gamme des Spyder (le Sport) est en effet proposé à plus de 20000 frs en Suisse.

D’où le nouveau concept de BRP (pour Bombardier Recreative Products): une sorte de Spyder abordable, qui se destine à un public plus jeune. Et pour bien le distinguer des autres, on l’a surnommé Ryker. Il y a toujours la lettre « y », qui symbolise l’architecture avec deux roues devant et une derrière. Mais c’est une nouvelle famille qui vient de naître.

Pas encore de prix suisse pour le Ryker. On peut imaginer qu’il sera proche des 11000 frs. Ce qui est à peine plus de la moitié des Spyder. L’engin sera disponible avec deux options de moteur signés du spécialiste Rotax: soit le Rotax ACE bicylindre en ligne de quelque 600 cm3, qui dispense une puissance maximale de 47 chevaux, soit l’ACE tricylindre 900 (environ 900 cm3, pour 77 chevaux). Tous deux à essence. A noter que le second ressemble furieusement à celui qui propulse les Spyder. La transmission est automatique et ne nécessite pas d’entretien. On peut apparemment conduire cette machine avec un permis moto ou auto.

Ryker
Une roue arrière entraînée par un système ne nécessitant pas d’entretien.

Le Ryker est fourni de série avec un ABS, pour éviter le blocage des roues au freinage, mais aussi un antipatinage. Qui empêche logiquement le patinage à l’accélération. Et aussi avec un système anti-renversement, qui ne permet pas que la machine lève d’un côté. Comme sur les Spyder, on peut adapter facilement (sans outil) la position du guidon et des repose-pieds. La partie-cycle est assez proche des grands frères Spyder, avec des roues avant de 16 pouces et une roue arrière de 15 pouces.

Ryker
Le poste de commande, d’une grande simplicité

Mais le Ryker est monoplace, de série, et sa boucle arrière est réduite à sa plus simple expression. Il est aussi plus petit et plus léger que le Spyder. Et personnalisable. BRP affirme que les futurs acheteurs ont pas moins de 25000 possibilités. Dont celle d’opter pour une version « Rallye » plus adaptée aux excursions hors-bitume.

Ryker
Le Ryker en variante Rallye.
Ryker
Le Ryker en variante Rallye.

Attention, cet engin n’est manifestement pas un franchisseur. Ses débattements de suspensions sont bien trop faibles pour cela. Mais le rallye adopte le moteur 900, avec une structure renforcée, des pare-mains, des phares additionnels, des pneus moins routiers et un mode de pilotage électronique spécifique autorisant le drift (les glissades).

Pour plus d’infos, voici le site de l’importateur suisse, Powersports.

Photos: DR
Source: comm. BRP

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 47 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises, mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *