Une jeune suissesse à la conquête du Paris-Dunkerque
Aventure offroad 2018

Une jeune suissesse à la conquête du Paris-Dunkerque

Elle vient d’avoir 28 ans et s’est fixée comme objectif de reprendre la moto en beauté. Après un arrêt forcé de 3 ans pour raisons économiques, elle s’est battue pour économiser, s’équiper et se préparer pour ce qui sera sans aucun doute une aventure riche en émotions!

Aline « Milan noir » Ecuyer aka #EdelweissWarrior et son ami Antonio Martins aka #LordCenovis formeront le joyeux équipage AtlasPoya et tenteront l’improbable randonnée Paris-Dunkerque (700 km sur 3 jours en off-road) réputée autant pour sa bonne ambiance que pour ses redoutables chemins de terre (boue si c’est humide).

Voici deux ou trois choses à savoir sur Aline, sous la forme d’une interview.

 

Bonjour Aline, quand as-tu eu cette idée de faire le Paris Dunkerque?

– J’en ai entendu parler en octobre l’année passée. J’avais pas encore ma moto à l’époque. Mais à force de nous en parler, Antonio nous a donné le virus. Il faut dire que c’est un truc de fou. Le jour des inscriptions, je n’avais pas encore de moto mais je me suis inscrite sur le site du Paris-Dunkerque. On a payé notre cotisation (420 € par pilote). J’ai bien fait car tout est parti en moins de 15h.

Du coup tu as acheté quoi comme moto?

– Je me suis trouvée une Kawasaki Versys 300 et ça a été le coup de foudre. Pour débuter en off-road, je voulais une moto légère, que je puisse relever toute seule. Avec es 250 kg, une GS 1200, cela me semblait ambitieux. Pour la Versys, je savais que sa hauteur serait un problème (je suis sur la pointe des pieds) et c’était parfait comme ça. Je voulais apprendre à gérer une moto qui soit légèrement trop haute pour moi mais pas trop lourde pour que je puisse la rattraper. J’ai d’ailleurs installé les crash bars avant en prévision (sourire).

Paris-Dunkerke
Aline et sa Versys 300.

Son seul défaut, la selle est dure, c’est inhumain tellement c’est du bois! Du coup c’est le premier investissement que j’ai fait et j’ai maintenant une selle qui me permet de rouler de longues distances.

Antonio roule en quoi?

– Antonio a fait l’acquisition d’un side-car Ural il y a 1 an. Son premier s’appelait Poya en raison de décos typiques qu’il avait mis dessus. Son attelage pour cette aventure est la Milky Poya (ndlr: nommée ainsi pour faire plaisir à Aline et parce qu’elle est blanche et que finalement, ça lui plaît aussi) version 2 roues motrices de l’Ural, achetée il y a un mois.

Paris-Dunkerke
Milky Poya, Aline et Antonio, à Cossonay.

Que recherches tu dans cette aventure?

– Je veux me replonger dans le monde de la moto. Il m’a tellement manqué, tu n’as pas idée! J’ai du arrêter pendant 3 ans. C’est un univers, un humour, des gens géniaux. On vit des histoires incroyables, on rigole. Chaque sortie est une aventure. On s’amuse vraiment beaucoup. Là-bas, je pense qu’il y aura une ambiance dingue et je me réjouis vraiment. Cela n’a pas de prix une aventure pareille!

Comment t’es-tu préparée?

– J’ai supplié Jacques Cornu et Elvir (ndlr: de l’école de formation continue au pilotage moto Cornu Master School) pour que je puisse participer à leur stage « Grosse Enduro ». J’ai fait d’abord le stage niveau 1 et puis quand une place s’est libérée je suis allée au stage niveau 2. Je me suis équipée (tente, sac de couchage, sacoches…). Depuis ce cours, j’ai arrêté d’avoir peur. Et c’est chouette!

Le plus dur c’était quoi?

– La vérité? Trouver une paire de bottes enduro en taille 36! J’ai dû aller chez les enfants mais il me fallait une paire étanche. Et chez les kids il n’y a pas vraiment le choix, il n’y en a qu’une, donc je l’ai prise. La vérité c’est qu’elles ne sont pas étanches (c’est rien que du marketing!) et comme je ne suis pas pour les sacs poubelles dans les chaussures, j’ai commandé une paire de chaussettes étanches Touratech. J’aurais pu mettre des surbottes aussi, mais j’avais peur que ça ne soit pas pratique… Risque de glissade et… Bon ok, c’est vrai que ça manque de classe…On reste femme quand même!

Tu sembles bien entourée, du coup c’est quoi le super conseil qu’on t’a donné?

– Prendre de la bagagerie souple car quand on tombe c’est moins risqué. Je sais que je vais tomber. Alors je me suis préparée.

Le grand départ c’est quand?

– Moi ce sera le 22 mai, mais Antonio me rejoindra de manière décalée. La course c’est 3 jours à partir des 25, 26 et 27 mai.

 

On pourra les suivre sur l’instagram d’Aline et via un groupe Whatsapp (nous vous communiquerons le numéro sur notre page Facebook). On leur tient les pouces pour que tout se déroule sans accrocs et qu’ils s’amusent autant qu’ils l’espèrent. Bonne route à eux deux!

Paris-Dunkerke
Aline aka #EdelweissWarrior

vidéo officielle

Références d’équipement

Les chaussettes étanches Touratech, les bottes enduro pour enfants.

Photos: DR

Article mis à jour le 16 mai 2018 à 22:54

Auteur

sandrine szabo

sandrine szabo

Maman, motarde, bloggeuse à ses heures perdues, Sandrine roule habituellement en Side Car. Elle possède également une Ducati Monster 750 mais roule beaucoup moins avec depuis que le side Zeus est arrivé dans sa vie. Elle parcourt environ 10'000km par an et partage ses aventures sur zavalbitume.ch.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements