Le plan B a fonctionné pour Aegerter, sa saison sur une KTM est assurée
CM Moto2 2018

Le plan B a fonctionné pour Aegerter, sa saison sur une KTM est assurée

Selon Robert Siegrist, qui gère fidèlement la carrière du pilote suisse, 540000 euros ont été trouvés, avec l’arrivée de nouveaux sponsors, dont MotoScout, et des sponsors déjà présents qui augmentent leur soutien, dont Motorex et iXS. Domi pourra donc piloter une KTM au sein du team Kiefer, mais, à moins de trouver encore plus de soutiens, il ne recevra pas un sou à titre personnel. Le reste dépendra des résultats en course, et d’une opération de crowdfunding.

On peut dire que le plan B a fonctionné pour Aegerter. Petit rappel des faits: engagé dans le team allemand Kiefer Racing et dans le championnat mondial Moto2 l’an passé, Dominique Aegerter a connu des bons et des mauvais moments en 2017. Le pilote suisse a régulièrement signé des résultats dans les dix premiers, mais il lui est aussi arrivé de devoir abandonner en raison de problèmes d’origine technique.

Il a aussi décroché une victoire sous la pluie à Misano, mais cette victoire lui a été enlevée par la FIM (Fédération motocycliste internationale), un contrôle de routine ayant décelé de l’huile moteur non conforme. Cette huile n’est pour rien dans sans brillant résultat ce jour-là, mais les règles sont les règles. Et surtout, le responsable du team, Stefan Kiefer, est décédé brusquement dans sa chambre d’hôtel en plein Grand Prix de Malaisie, laissant l’équipe et son frère orphelins. Pour ne rien arranger, un homme d’affaires anglais qui avait promis qu’il amènerait des capitaux russes pour doter le team en 2018 n’a jamais tenu ses promesses.

Du coup, le pilote allemand Sandro Cortese, qui devait rouler avec Aegerter dans le team en 2018, se retrouve sans guidon pour cette saison. Mais Robert « Sigi » Siegrist, le manager personnel de Domi Aegerter, s’y attendait un peu. Et il a travaillé d’arrache-pied sur un scénario alternatif. Ce scénario implique toujours de disposer d’une moto à châssis KTM, mais ne comprend plus qu’un seul pilote, le Suisse. Et un apport à la hausse de différents sponsors qui soutenaient déjà le Bernois.

« Nous avons trouvé l’argent, il s’agissait de 540000 euros, explique Sigi (en photo ci-dessus avec Domi, lors de la présentation du team Kiefer l’an passé). C’était le seuil qu’il fallait atteindre pour que le team puisse fonctionner avec un pilote et avex la KTM. Mais dans ce scénario, Dominique ne touche pas d’argent à titre personnel, tout va pour le team. » Autrement dit, le Bernois au grand coeur a renoncé à un salaire pour 2018, au moins provisoirement.

Pour accomplir ce petit miracle, des soutiens historiques de Domi Aegerter ont accepté de faire plus pour lui et pour le monde du sport motorisé suisse cette année. C’est le cas de Motorex, marque suisse qui est l’un des leaders mondiaux des huiles et des additifs.

C’est aussi le cas d’iXS, fabriquant de gants, de vestes, d’habits et d’équipements motos basé à Sursee, canton de Lucerne, et membre du groupe suisse Hostettler. On verra probablement Dominique avec une combi de cette marque, qui se montre aussi « généreuse » en termes d’argent, dixit Sigi. La liste inclut enfin des sociétés comme Diener Precision Machining, encore une marque suisse. Et MotoScout, le site numéro un pour les annonces d’occasions. Certains sponsors étaient déjà présents sur le pilote, ils ont accepté de figurer sur la machine et de donner de l’argent pour le team. On aura plus de détails dans le cadre du prochain salon Swiss-Moto à Zürich, en février prochain.

« On a ce qu’il fallait, maintenant c’est à Dominique de montrer ce dont il est capable, conclut Robert Siegrist. S’il fait de bons résultats en début de saison, on trouvera certainement encore plus de soutien. »

Crowdfunding pour payer les pièces de rechange

D’entente avec le pilote et son entourage, un objectif de 240000 francs a été fixé. Ils devraient permettre de procurer de meilleures conditions à Domi Aegerter. Par exemple pour qu’il puisse disposer de plus de pièces de rechange, ou de tests en soufflerie, ou encore de séances intensives de training physique et mental. Et pour cela, une opération de « crowdfunding » a été lancée. Voici le lien pour y participer.

Photos: DR
Source Robert "Sigi" Siegrist

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 47 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises, mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *