Frankie, un Genevois qui a brillé en Flat Track en Allemagne
Pilotes suisses

Frankie, un Genevois qui a brillé en Flat Track en Allemagne

Le pilote suisse, qui a participé aux trois événements de la Krowdrace 2021, dans la catégorie Vintage Real Deal, a réussi à finir troisième au classement général. Et à remporter le trophée du « Best Style »!

Le Genevois Franck « Frankie » Sauthier s’est distingué cette année chez nos amis teutons, en remportant la troisième place finale de sa catégorie Vintage (motos datant d’avant 1975) Real Deal dans la Krowdrace allemande.

Cette coupe nationale de Flat Track comportait trois séries de courses, pour différentes catégories, entre les mois d’août et d’octobre, à Wolfslake, Nordhastedt et Meissen. Pour ceux et celles qui l’ignoreraient encore, le Flat Track est une discipline venue des USA et dans laquelle ont tourne en rond en général sur un ovale de terre plat, avec des pneus spéciaux et en prenant les virages à la glisse.

Frankie s’est mis à ce noble sport de manière sérieuse en gros depuis l’année 2015. Il a notamment été vice-champion de la série Over The Top en 2018, en catégorie Heroes (motos construites avant 1985). Sur une Yamaha de 1983.

Il a voulu continuer sur une machine plus vintage. Ce n’est pas allé sans mal. Un premier projet Triumph finit en cul-de-sac en raison, explique-t-il, d’une arnaque d’un fabricant de cadre. Le temps que la remplaçante arrive, on était déjà en décembre. Donc saison fichue, et par la même occasion sa participation au premier et jusqu’ici unique championnat d’Europe. Puis en 2020, la pandémie a tout bouleversé, il n’y a pas eu de course pour le Suisse.

Frankie
Frankie dans son habitat naturel!

Il roule aujourd’hui en catégorie Vintage, sur une ancienne Triumph T120 de 1968 avec un cadre TrackMaster, modifiée comme il se doit pour le Flat Track. Une machine qui est récente pour lui, et qu’il a dû tout d’abord remettre en état, en attendant durant de longs mois les pièces, puis mettre au point (difficilement), et enfin apprivoiser avant de pouvoir faire des étincelles avec sur l’ovale de terre. C’est avec elle qu’il a participé cet été au Steel Trophy suisse à Orny (VD, lire notre article).

La première course en Allemagne, à Wolfslake, avant celle d’Orny, ne satisfait pas Frankie. « Je ne sentais pas bien la moto, j’ai pris un mauvais départ, choisi les mauvais rapports, je n’avais pas la tête à ce que je faisais, et au final je termine sixième. Au moins j’ai terminé la course, mais je voulais mieux! »

Deuxième manche fin août, à Nordhastedt, qui se trouve comme le premier round allemand à plus de dix heures de route de la Suisse.

« Il y a eu un déclic à un certain moment », raconte le pilote suisse. Il a « bossé » ses rapports, il sait comment piloter la Triumph, et il réalise de bonnes qualifications, notamment une première place dans la première, ce qui lui vaut de se retrouver sur la première ligne de la finale. « Je me suis aperçu à ce moment-là que je me retrouvais aux côtés de pointures de la discipline, commente Frankie. Je m’attendais à me faire bouffer tout cru, et puis non, j’en ai même dépassé un en milieu de course, et j’ai fini deuxième. C’était l’explosion de joie! »

Lors de ces deux manches, Frankie n’était pas le seul pilote suisse. Il était accompagné par Michel « Mitch 98 » Colaizzi, genevois lui aussi, et président de la Swiss Dirt Track Association (SDTA, lire notre article). Mitch s’est classé deuxième, respectivement quatrième des courses concernées. Malheureusement, il ne prendra pas part à la dernière manche, à Meissen, en octobre. Mais Frankie, oui!

« A Meissen, je me suis retrouvé entouré de Harley XR 750, raconte le Genevois. Ce sont de véritables avions de chasse. Et la configuration de la piste de 400 mètres, avec de grandes courbes, permettait d’utiliser la puissance. J’ai fait tout ce que je pouvais pour compenser par le pilotage… et j’ai pris la troisième place. »

Galvanisé par cette belle aventure, Frankie a décidé de se rendre à Berlin pour la fête de fin de championnat et de remise des trophées. Il a eu la bonne surprise de se voir en plus attribuer un prix pour l’esthétique de sa moto!

Il veut poursuivre l’an prochain bien sûr, et cherche des partenaires pour le faire. « En attendant, je tiens à remercier tous ceux qui m’ont soutenu, dont mes parents et ma copine, Lucas, de Swiss Motorcycle Classic, et Seb Gaidin, de Gaidin Pinstriping. Keckeis, de Reticulasses. Et Mitch 98, pour les réglages d’urgence. Plus bien sûr le SDTA, les autres pilotes et les supporters! »

Photos: Mark Meijering, Manu Landwood

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements