La Kawasaki Ninja H2 SX 2022 avec le radar
Nouveauté

La Kawasaki Ninja H2 SX 2022 avec le radar

La GT ultime du constructeur japonais, avec son moteur quatre-cylindres suralimenté, revient dans une nouvelle version désormais compatible avec les normes anti-pollution Euro 5, à la face avant quelque peu changée… et dotée dans sa longue liste d’assistances électroniques au pilotage d’un tempomat adaptatif qui ajuste la vitesse pour éviter qu’on rentre dans le véhicule qui précède, et d’un système de détection d’objets dans l’angle mort. Comme pour la machine Euro 4, il y a aussi une variante SE avec notamment les suspensions semi-actives.

La Ninja H2 SX est un peu la moto de touring ultime en vert et noir, le modèle de Kawasaki qui est censé offrir le plus grand confort et la plus grande sophistication sur la route. En version routière, et avec notamment l’extraordinaire moteur quatre-cylindres en ligne suralimenté qui procure des accélérations à couper le souffle. Ou qui en tout cas permet d’avoir des performances dignes de ce nom tout en respectant les normes anti-pollution toujours plus sévères et sans faire enfler la cylindrée (et donc le poids) ni trop faire bondir la consommation d’essence. Ce modèle, qui n’était plus vraiment au catalogue du neuf pour 2021, connaît enfin en 2022 le passage aux normes Euro 5 (plus strictes que les précédentes Euro 4, et en vigueur depuis début 2021) qui lui permet de revenir dans la gamme par la grande porte.

H2 SX
La Ninja H2 SX (en variante SE), sur le stand de Kawasaki Motors au salon de la moto EICMA 2021, fin novembre, à Milan.

Mais les modifications ne s’arrêtent pas là. On voit apparaître un nouveau phare avant, dont la forme change notamment parce qu’il doit à présent s’insérer au dessus d’une sorte de carré noir au milieu du visage qui dissimule un radar. Ce radar sert à faire fonctionner un détecteur et avertisseur de risque de collision, ainsi qu’un régulateur de vitesse dit adaptatif. C’est l’électronique de la moto qui ajuste automatiquement la vitesse, faisant au besoin ralentir ou au contraire ré-accélérer la moto en fonction des vitesses des véhicules qui se trouvent devant.

Ce système, qui a été développé par le géant de l’électronique embarquée Bosch, se retrouve aujourd’hui dans au moins deux modèles de motos récentes (en option): la Ducati Multistrada V4 S, et la BMW R 1250 RT. Et maintenant c’est au tour de la Ninja H2 SX, à nouveau disponible dans sa version standard et dans une variante SE qui ajoute au paquet déjà bien complet les suspensions semi-actives et des étriers de freins avant au top chez Brembo (Stylema, monoblocs, montage radial, 4 pistons).

H2 SX radar
Cet espèce de losange noir sous le projecteur est la « fenêtre » du système de radar embarqué servant au tempomat adaptatif et à l’avertisseur de risque de collision.

Un autre système radar est installé dans la poupe de la moto, et permet de détecter les objets (les véhicules) se trouvant dans l’angle mort, et d’en avertir le ou la pilote par un signal lumineux se manifestant dans le rétroviseur concerné. Comme sur la Multistrada V4 S. Et pour finir, le radar frontal peut avertir le conducteur si le fait de continuer à avancer à la même vitesse va résulter en une collision. Cet avertissement, que l’on peut régler pour qu’il soit donné de manière plus ou moins proche du véhicule que l’on suit, prend la forme là aussi d’un signal lumineux. Ces trois aides au pilotage peuvent être désactivées.

Ninja H2 SX
Le pot d’échappement du modèle 2022 est long et imposant. Mais avec les valises, on ne le voit plus. Notez la roue arrière qui est elle bien en vue sur le côté droite, grâce au monobras oscillant.

Une refonte de détail touchant la ligne d’échappement et la distribution, mais aussi dans la transmission (pour réduire le bruit) pour résumer, fait que le gros quatre-pattes est non seulement moins polluant, mais qu’il est aussi plus efficace, et consomme donc moins d’essence. Et il y a même selon Kawasaki un gain en valeurs de couple dans les mi-régimes. Pour une puissance maximale qui ne bronche pas: bien 200 chevaux (210 avec l’effet d’induction forcée de l’air, qui n’a rien à voir avec la suralimentation, qui se produit après), à 11000 tr/min, pour un couple qui culmine à 137,3 Nm à 8500 tr/min.

Le compresseur de la Ninja H2 SX, lui, conçu pour donner le meilleur de lui-même à des régimes moteur utilisés sur route, et pas tout en haut des tours comme sur les versions sportives Ninja H2 et H2 R (plus disponibles en Europe pour l’heure à cause d’Euro 5), ne change pas. Expérience faite, il ne change pas fondamentalement le caractère du moteur, qu’il faut faire grimper jusqu’à environ 6000 révolutions pour avoir une bonne accélération (lire notre essai de la version Euro 4 au Portugal).

Kawasaki écran
La nouvelle interface graphique. Toujours en couleur. Il y a bien sûr une fonction jour/nuit. Ici, on voit les commandes électriques des suspensions semi-actives, apanage de la variante SE de ce modèle.

L’interface de la Ninja H2 SX est toujours gérée via un écran couleur (TFT) bien lisible, et des commandes exclusivement au guidon. Mais le design graphique est tout nouveau sur le modèle 2022, et la connectivité franchit un nouveau cap. On peut désormais utiliser toute une série de programmes spécifiques à télécharger via l’app gratuite de Kawasaki pour les smartphones (sous iOS ou Android). L’environnement logiciel s’appelle Kawasaki SPIN, et permet d’afficher ces applications sur l’écran de la moto. On trouve parmi les possibilités des navigateurs GPS, des apps pour écouter de la musique, la radio, et ainsi de suite. Le nom « SPIN » indique en fait que le package est livré par Bosch.

Ninja commodo
Le commodo gauche regroupe la majorité des fonctions. Y compris les boutons pour ajuster manuellement le tempomat. Il y a aussi la commande des poignées chauffantes, esthétiquement assez bien intégrée au reste.

On peut encore citer comme changements moins visibles sur le modèle 2022 un système de freinage contrôlé par électronique de manière plus fine (nouveau boîtier ABS), et une nouvelle centrale de mesures inertielles qui sert de base aux différents systèmes sécuritaires tels que l’ABS, l’anti-patinage ou, sur la SE, les suspensions semi-actives. Nouvelle, car effectuant ses mesures à présent sur six axes (en réalité, trois axes et deux directions possibles par axe). Le quickshifter bidirectionnel 2022 est aussi réglé de manière à pouvoir fonctionner quand le moteur tourne plus bas, à partir du seuil de seulement 1600 tr/min. Un plus bienvenu pour le confort quand on roule en ville!

Les autres petits plus pilotés électroniquement apparus sur ce modèle lors de la précédente itération demeurent: feux de virage qui illuminent l’intérieur des courbes quand on tourne, très utiles la nuit, et aide au démarrage en côte, un peu affiné pour 2021. Plus un système de contrôle continu de la pression des pneus, qui tire la sonnette d’alarme si ladite pression baisse trop.

Et la monte pneumatique évolue elle aussi: ce sont des Bridgestone Battlax Hypersport S22! On note que les améliorations apportées au freinage ne sont pas que le fait de l’électronique. La pompe du maître-cylindre à l’avant est à présent radiale, ce qui devrait offrir un meilleur ressenti et une plus grande efficacité, et à l’arrière le diamètre des pinces de l’étrier unique a été revu, là aussi pour plus d’efficacité.

H2 SX

Côté confort et ergonomie, Kawasaki propose deux sièges pilote différents, qui conviendront soit l’un soit l’autre selon la taille de vos jambes. Et la partie dévolue au passager est plus large que précédemment. Il y a encore une prise USB sous la selle, justement, et de manière standard des poignées chauffantes. Enfin la clé sans contact peut aussi être utilisée pour ouvrir ou fermer les valises.

Ninja compresseur
Pour qu’on ne puisse pas ignorer qu’il y a un compresseur juste avant l’admission d’air dans la chambre de combustion du moteur. Le logo vert est nouveau.

Kawasaki Suisse n’a pas encore de prix pour ces Ninja H2 SX et SX SE 2022, qui seront disponibles semble-t-il dans un coloris vert et noir. Avec tout pleins d’accessoires (dont les valises) au catalogue, ça ne change pas. Et on ne sait pas non plus encore quand les premiers exemplaires arriveront en concessions dans notre pays. Pour en savoir plus, vous pouvez continuer à consulter le site de l’importateur suisse de Kawasaki, ou vous adresser notamment à notre partenaire vaudois de l’Annuaire suisse des professionnels de la moto, Red Zone Motos, à Echandens et Roche.

Photos: DR, Mathias Deshusses
Source comm. Kawasaki

Article mis à jour le 23 novembre 2021 à 20:13

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements