BMW numéro un en 2017 pour les motos de plus de 500 centimètres cubes
Marché suisse

BMW numéro un en 2017 pour les motos de plus de 500 centimètres cubes

La marque à l’hélice a cartonné sur le marché suisse l’an dernier pour ce qui est des immatriculations de véhicules neufs. Elle a même fait presque deux fois mieux que le marché européen. Mais ce record est dû notamment au fait que l’armée suisse a renouvelé sa flotte de motos militaires et a choisi pour cela la BMW F 700 GS. Analyse avec le responsable moto de BMW Suisse, qui s’attend forcément à une année 2018 en baisse, et qui prédit une percée pour les nouvelles F 750 et F 850 GS.

La marque BMW numéro un en Suisse? C’est ce qui ressort des statistiques de nouvelles immatriculations pour les motos de plus de 500 centimètres cubes en 2017. Nous avons rencontré Roger Grossglauser (en photo ci-dessus), responsable de la division moto (et scooters, donc!) chez BMW Schweiz, sur son stand au salon Swiss-Moto 2018 à Zürich.

 

Manifestement, 2017 a été une bonne année pour vous?

C’est clair! la meilleure jamais enregistrée par BMW en Suisse depuis longtemps, dans mon expérience (ndlr: il a travaillé durant dix ans pour la marque allemande, dont deux en tant que responsable moto). Au regard des immatriculations, nous sommes numéro un sur le segment au-dessus de 500 centimètres cubes. Il y a un petit effet de distorsion dû au fait que l’Armée suisse a renouvelé sa flotte de motos et a choisi pour cela un de nos modèles, sur base de F 700 GS. Cela tout de même 600 unités. Mais si l’on n’en tien pas compte, nous avons tout de même réalisé un plus de 302 unités, soit une progression de 8,2%. C’est presque le double du marché suisse. Toujours pour ce segment.

Quels sont les modèles qui ont bien fonctionné en Suisse l’an dernier?

Bien évidemment la grande GS, y compris avec la variante GS Adventure. Elles sont dans le top 10 des plus de 500 centimètres cubes, tout comme notre Super Naked S 1000 R. Et comme la F 700 GS, on l’a dit, pour les raisons déjà évoquées. Si l’on ne tient pas compte de la commande exceptionnelle d’Armasuisse, les GS de la série F (700 et 800) se trouvent nettement plus loin, au-delà du top 20. La S 1000 XR a aussi bien fonctionné l’an passé. La R NineT, sous ses différentes déclinaisons, est toujours aussi une valeur sûre. On peut encore mentionner la Naked R 1200 R.

Qu’en est-il des « petites » BMW, la R et la GS?

Jusqu’ici, en Suisse, nous ne sommes pas là où nous voulions arriver. Mais cela va venir. C’est important d’avoir une moto dont on pourrait dire qu’elle est destinée aux débutants. Notamment dans l’optique du nouveau partenariat que nous avons par exemple avec Herz. On peut désormais louer une moto BMW en Suisse directement via le portail web de cette société. La remise des motos se faisant chez nos concessionnaires.

Et le scooter électrique?

Là, il s’agit clairement d’un produit différent, qui ne peut pas faire de gros chiffres en Suisse. Il manque des encouragements financiers à l’achat, comme cela se fait par exemple en France. Mais le C Evolution se vend malgré tout, aussi bien auprès de particuliers que pour des flottes d’entreprises.

Que pensez-vous du look du nouveau scooter C 400 X, honnêtement?

Je dirais qu’il est original. C’est un scooter avec des éléments stylistiques qui rappellent nos motos de la famille GS. On a un début de bec à l’avant, on a le phare avant double asymétrique. C’est un BMW. Avec un design qui, il est vrai, polarise les réactions. Quand la GS est sortie, son design lui aussi polarisait. C’est plutôt une bonne chose. Mais surtout, c’est une manière pour nous d’élargir notre gamme dans le segment urbain, et avec une fonctionnalité unique pour ce genre de modèle, qui est la connectivité.

BMW numéro un
Dans la jungle urbaine, un bon slogan peut aider. Le C 400 X.

A quoi faut-il s’attendre pour BMW cette année?

Dans mon analyse, il va y avoir une baisse des nouvelles immatriculations. C’est logique, on ne pourra plus compter sur Armasuisse. J’estimerais cette baisse à environ 15%, aussi en raison d’autres facteurs. Cela dit, nous attendons beaucoup de l’arrivée des deux nouvelles F 750 GS et F 850 GS. On voit clairement en Suisse que la classe dite moyenne est en pleine croissance. Toujours dans le segment des plus de 500 cc, ce sont elles qui trustent le Top 10, avec notamment les MT de Yamaha ou les Z de Kawasaki, qui sont toutes en-dessous de 1000 centimètres cubes. Donc, avec leur nouveau moteur, leur esthétique révisée et leurs nouvelles fonctionnalités, dont la connectivité, les nouvelles F sont à la page et devraient bien fonctionner cette année. J’ajoute que je ne serai plus à mon poste actuel pour le voir…

BMW numéro un
Roger Grossglauser, chef de la division moto de BMW Suisse pour encore quelques jours, au guidon de la nouvelle F 850 GS.

Comment cela, tu quittes BMW?

Oui. La décision n’a pas été facile à prendre. Mais je vais entreprendre un tour du monde en camping-car. Probablement avec une moto sur une remorque (il sourit). Ce genre de projet, il fallait le faire maintenant, après ce sera trop tard. Je passe le bateau à un successeur très compétent, en la personne de Bruno Lelli, qui vient de l’interne. Il connaît bien la marque, et il est lui-même motard.

BMW numéro un
Bruno Lelli (à gauche) va remplacer Roger Grossglauser cette année chez BMW Suisse.

 

Photos: Jérôme Ducret

Article mis à jour le 28 février 2018 à 10:00

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 52 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements