« Notre philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen est faite de contrastes, elle aboutit à des motos évoluées mais simples »
Design moto

« Notre philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen est faite de contrastes, elle aboutit à des motos évoluées mais simples »

Interview avec Maxime Thouvenin, responsable du design au sein de la marque d’origine suédoise Husqvarna, et heureux papa des toutes nouvelles « flèches » blanches et noires.

Maxime Thouvenin, le designer français travaillant au sein des studios Kiska pour la marque d’origine suédoise Husqvarna, nous a accordé un moment pour expliquer et commenter sa philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen. Ces nouvelles familles de motos de route vont connaître l’an prochain leur grand début en tant que modèles de série. Elles apportent un grand vent frais dans le monde du design moto.

Nous avons rencontré Maxime lors d’une fête organisée à Berlin pour marquer auprès de journalistes, de blogueurs et de diverses personnalités le lancement en Allemagne de ces modèles, les 410 Vitpilen (flèche blanche en suédois) et 410 Svartpilen (flèche noire), et la grande soeur 701 Vitpilen. Pour ceux qui ne connaissent pas bien la lignée, on rappelle au passage que les 410 utilisent comme base technique (moteur, notamment) les 390 Duke de KTM. Et que pour la 701, il s’agit de la 701 dans ses variantes supermoto et enduro, qui est elle-même basée sur les 690 Duke et Duke R de KTM. Le propriétaire de KTM étant aussi celui de Husqvarna.

philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen
Expérience de réalité virtuelle sur la toute nouvelle Husqvarna 701 Vitpilen.

Pour que le tableau soit vraiment complet, il faut encore savoir que les prototypes des 410 ont été exposés publiquement pour la première fois fin 2015, et que les premiers exemplaires de la version de série ont été montrés une année plus tard au salon EICMA de Milan. Quant à la 701, le concept dévoilé au public date de 2016, et la version de série d’il y a à peine quelques semaines, toujours à l’EICMA.

Actumoto.ch: Bonjour Maxime, comment jugez-vous les modèles de série par rapport aux concepts, on est proche?

Oui, très proche, surtout compte tenu du fait que, quand on imagine de quelle façon la moto peut évoluer et qu’on en fait un concept, on doit voir loin, dans les quatre à cinq années à venir, et même plus. Et là, le concept n’a presque pas bougé en devenant un modèle de série. C’est réjouissant. Et c’est le signe que l’on a vu juste, parce que le design derrière ce concept est toujours pertinent aujourd’hui. En même temps, nous n’avons pas incorporé des particularités irréalistes dans ce concept.

Il a fallu beaucoup de temps pour passer du concept aux Vitpilen et Svartpilen de série, non?

Non, je ne pense pas, au contraire, c’est allé assez vite. Mais je n’ai bien sûr pas la même perception que le public, qui ne voit pas tout le travail nécessaire pour concrétiser une vision de designer, pour en faire une moto homologuée et vendue à des milliers d’exemplaires.

philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen
La 401 Svartpilen à Berlin. Des casques et des vêtements brandés accompagnent les nouvelles motos,

Comment définissez-vous en quelques mots le design à l’oeuvre dans ces motos?

On n’est pas dans le néo-rétro, qui est par ailleurs tout-à-fait valide et respectable, c’est plus intemporel. On a une philosophie de design qui est faite de contrastes. Le slogan dit « simple progressive ». On a une moto réduite à l’essentiel, fonctionnelle, sans tomber dans le superflu. Et en même temps, elle fait appel à la technologie la plus contemporaine. Même chose pour le langage des formes, qui sont bien affirmées, mais avec un traitement des différentes surfaces qui fait ressortir une certaine complexité. On a un design qui s’adresse à tout le monde, qui se doit d’avoir un côté universel, tout en étant premium, comme la marque Husqvarna.

philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen
La 401 Vitpilen, moto urbaine par excellence, doit parler à tout le monde, par son design, sa facilité d’emploi et sa légéreté.

Comment en êtes-vous arrivé là?

Le processus pour y arriver est complexe et long. L’inspiration est clairement puisée dans le monde du design scandinave, où l’on trouve justement ce mélange de fonctionnel et d’épuré. Il s’est exprimé notamment dans les premières motos Husqvarna, comme la Silverpilen. Elle était capable d’aller partout malgré sa simplicité ou grâce à elle. Et cela se traduit bien sûr aussi dans les couleurs.

A ce propos, pourquoi le blanc et le noir? la « flèche » de départ, la Silverpilen, était argentée…

Il s’agissait de reprendre les couleurs Husqvarna, le blanc, le bleu et le jaune. Et puis naturellement le blanc s’est imposé, par son côté tranché, simple, et en même temps donnant un air de qualité. Le noir est venu compléter le tableau, en donnant une autre orientation, un peu moins raffinée, plus robuste. Avec ces deux couleurs, on a en fait tout le spectre, et on s’adresse au plus grand nombre.

philosophie pour les Vitpilen et Svartpilen
Un phare au design très étudié pour la 401 Svartpilen.

Votre design va-t-il encore évoluer?

Oui, bien sûr. Déjà pour qu’il soit en adéquation avec les autres modèles qui vont venir enrichir la famille. Comme par exemple la 701 Svartpilen, qui est encore un concept, mais qui va devenir un modèle de série. Et il y en aura d’autres encore… (ndlr: on parle d’une 1301, dérivée pour son moteur de la puissante KTM 1290 Super Duke).

Avez-vous remarqué que ce design semblait lancer un mouvement plus général?

Oui, bien sûr, je ne citerai pas de marque, mais, depuis Milan, c’est évident, et cela vient d’un constructeur qui n’est pas parmi les plus petits (ndlr: il fait référence implicite à Honda, avec le concept Neo Sports Café, qui s’est traduit par la présentation des nouvelles CB 1000 R, CB 300 R et CB 125 R, lire notre article). Je ne pense pas forcément qu’on nous a copiés, mais nos idées font des petits. Et bien évidemment j’en suis heureux.

A bon entendeur, les 401 sont annoncées en Suisse pour la fin février, à 7390 frs pour la Vitpilen, même prix pour la Svartpilen. Et la 701 Vitpilen (11990 frs) pour un peu plus tard.

 

Photos: Husqvarna (Max Therlfall/Viktor Schanz) - Jérôme Ducret

Article mis à jour le 24 novembre 2017 à 12:56

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires1 commentaires

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements