Un mini-bobber « Rebel » par le plumage, mais au final très docile
Test Honda

Un mini-bobber « Rebel » par le plumage, mais au final très docile

C’est sous le soleil espagnol – pardon, catalan – que j’ai eu la chance de tester la toute nouvelle Honda « Rebel ». Cela faisait longtemps que le marché du custom de moyenne cylindrée n’avait pas connu un peu de renouveau. Eh bien c’est chose faite! Honda est parti d’une feuille blanche et a élaboré une toute nouvelle machine qui se veut à la fois facile et abordable.

Alors un bobber moderne, ça donne quoi? Tout d’abord un cadre acier tubulaire sur lequel vient se greffer un réservoir étroit, dont l’inclinaison n’est pas sans rappeler les vieux choppers de l’époque avec leurs réservoirs  »peanut » directement posés sur les cadres rigides. La particularité de ce cadre permet de dissocier la selle du garde boue, et de toute la boucle arrière qui est boulonnée. Ce qui offre de nombreuses possibilités de customisation. Et si vous désirez prendre un passager, le pouf se fixe rapidement grâce à deux vis seulement.

Le bras oscillant prend le look d’un simple tube de 45 mm, minimaliste! Et pour continuer dans le genre, vous noterez aussi cette selle solo plutôt allégée, ainsi que l’unique compteur central. En fait, ce dernier n’a de vintage que le look, car il possède un écran moderne LCD rétro-éclairé, sur lequel vous trouverez toutes les informations (basiques) mais nécessaires. On a donc les témoins, une jauge de carburant, la vitesse, l’heure, etc.

"Rebel"
Idéale pour la ville, cette « Rebel ».

Pour la suite, on reste dans ce look bobber: phare rond, jantes à bâtons en 16 pouces, guidon large au cintre plat et bloc feu arrière au bout du garde-boue. Une bonne dose de noir et de mat, le résultat est franchement réussi…

Sobre

Concernant la partie cycle, la Rebel se veut sobre. Fourche large classique de 41 mm et deux amortisseurs arrière Showa réglables en précharge sur deux positions uniquement. Pas de course à la démesure non plus concernant les freins avec à l’avant, un simple disque de 264 mm pincé par un étrier double piston, tandis que l’arrière se contentera d’un seul piston. Loi oblige, la moto est bien évidemment équipée de l’ABS.

"Rebel"
Oui, c’est un refroidissement liquide.

Et le moteur dans tout ça? Pas de nouveau bloc, car le constructeur a pioché dans la gamme existante, qui équipe déjà la CB 500 F notamment. Mais le bicylindre en ligne à refroidissement liquide (cubant exactement 471cc) a quand même été revu au niveau de la cartographie d’injection pour s’adapter au mieux au style de la moto. Objectif, de la rondeur et du couple! Il développe 34 kW (45ch) et 44,6 Nm à 6600 tr/min. Il représentera donc une option de choix pour le permis A limité (A2 ailleurs qu’en Suisse).

En selle maestro!

Sur le papier ça donne envie, alors qu’en est-il? Une fois en selle, les finitions sont bonnes, les commandes sont basiques certes, mais tout tombe bien sous la main. Seul petit bémol du poste de pilotage pour les leviers, qui ne sont pas réglables en écartement.

La selle culminant seulement à 690 mm de haut ravira les plus courts sur pattes, on y est bien calé et elle semble plutôt confortable. Malgré ma grande taille, je ne me sens pas à l’étroit sur cette machine aux dimensions pourtant réduites, la position de conduite est relativement neutre et les repose-pieds en position médiane accentuent le confort. Honda joue une fois encore la carte du vintage en plaçant le Neiman sous le réservoir coté gauche. Il n’est malheureusement pas doté du blocage de direction, pour cela il vous faudra aller le chercher sous le té de fourche inférieur, à  »l’ancienne »!

"Rebel"
Basique mais joli.

Une pression sur le bouton magique et je peux enfin entendre le son de sa voix. Pas mal du tout! Honda a travaillé sur le système d’échappement pour coller au mieux à l’esprit custom. Le vrombissement est même plutôt rauque pour une telle cylindrée. Première, c’est parti! La boîte à six rapports est rapide et précise. Ce qui saute immédiatement aux yeux, c’est sa facilité d’utilisation. Avec ses 190 kilos toute mouillée, la bête se conduit aux doigts et à l’œil. Son agilité combinée à un rayon de braquage minime en font une compagne parfaite pour la ville et les manœuvres à basse vitesse, idéale aussi pour que les novices se fassent la main !

Moteur de bonne volonté

Une portion d’autoroute me permet de noter la bonne volonté de ce 500 cc. Il permet d’atteindre facilement les vitesses de croisières légales et se pliera sans rechigner à l’exercice. Mais la protection contre le vent est logiquement faible à cette vitesse, et on sent quand même que le bloc hurle un peu (peut être trop…). Il faudra aussi anticiper un peu vos relances, pour doubler notamment. Vous l’aurez compris, ce n’est peut-être pas une moto à placer dans la catégorie des grandes voyageuses.

"Rebel"
Pour bloquer la direction, mettre la clé à droite, et pour démarrer, à gauche.

Direction une route sinueuse à souhait, donc, dans l’arrière pays Barcelonais, et voyons un peu ce qu’elle a dans le ventre. Je décide de cravacher un peu la moto et de la bousculer pour trouver ses limites. En balade allègre, le petit custom se laisse emmener avec une certaine neutralité. L’équilibre général est bon et il se balance facilement de virage en virage. Augmentons donc encore le rythme!

Je pousse le moteur à son maximum, en jouant du sélecteur pour la garder dans les tours, et en retardant les freinages… on sent désormais qu’elle est dépassée! Ca frotte de tous les côtés en virage, les suspensions montrent leurs limites et commencent à dandiner, idem sur les gros freinages. Normal me direz-vous, elle n’a pas été conçue pour ce genre de conduite!

"Rebel"
Agile sur les petites routes, à allure sportive mais pas trop.

Ceci dit, sans tomber dans les extrêmes, ses performances sont tout à fait honorables et elle remplit parfaitement le cahier des charges pour lequel elle a été élaborée.

Pour résumer, cette moto attachante comblera un grand nombre de motards. Si vous cherchez un engin accessible, agile, doux, mais avec un look affirmé. Et que vous l’utilisiez en ville, sur autoroute ou pour de belles balades, sa polyvalence saura vous ravir! Ajoutez à cela un prix d’achat de 7680.- et un catalogue d’accessoires pour la personnaliser à votre goût et le compte est bon.

Finalement, cette Honda n’a de Rebel que le look, car elle est plutôt du genre docile….

Galerie photos: Honda Rebel CMX 500

Honda_Rebel_CMX500_smallstat1 Honda_Rebel_CMX500_smallline Honda_Rebel_CMX500_smalldet16 Honda_Rebel_CMX500_smalldet15 Honda_Rebel_CMX500_smalldet14 Honda_Rebel_CMX500_smalldet9 Honda_Rebel_CMX500_smalldet7 Honda_Rebel_CMX500_small7 Honda_Rebel_CMX500_small4 Honda_Rebel_CMX500_smalldet2 Honda_Rebel_CMX500_smalldet5 Honda_Rebel_CMX500_smalldet1 Honda_Rebel_CMX500_smalldet10 Honda_Rebel_CMX500_smalldet17 Honda_Rebel_CMX500_smallscreen Honda_Rebel_CMX500_small2
<
>
Bras oscillant minimaliste et amortisseurs réglables sur deux crans.
Test réalisé par Jean-Philippe Munafo

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements