Sébastien Suchet vise le Top 5 en Superstock 1000
Rencontre d'avant-saison

Sébastien Suchet vise le Top 5 en Superstock 1000

Notre pilote s’exprime sur sa saison à venir durant laquelle il s’alignera en Superstock 1000 avec de grandes ambitions. Sébastien Suchet participera aussi aux 24 Heures du Mans et aux 8 Heures de Suzuka.

À 27 ans, le pilote vaudois Sébastien Suchet (lire aussi son portrait) attaque sa 6e saison de courses au haut niveau. Il nourrit plein d’ambitions légitimes en se concentrant sur le Superstock 1000 et l’endurance…

Dans le camp suisse des pilotes médiatisés et reconnus pour leur talent sur le plan international, on trouve bien sûr Thomas Lüthi, le plus capé et le mieux coté sur le plan mondial. Dominique Aegerter, lui aussi, déchaîne les passions. Quant au nouveau venu, Jesko Raffin, il a encore tout à prouver… Dans le championnat parallèle des Superbike, il y a aussi un certain Randy Krummenacher qui se fait abondamment remarquer. On n’oubliera pas le Fribourgeois Robin Mulhauser (ex-Moto2) qui poursuit sa carrière de pilote pro dans le championnat du monde Supersport…

Et derrière?

Un cran en dessous, du point de vue médiatique, la catégorie de la Coupe d’Europe Superstock 1000 est l’antichambre du championnat du monde Superbike. Sébastien Suchet y est intégré depuis plusieurs années. «Il faut apprendre de ses erreurs et avancer», nous confie-t-il, non pas en guise d’excuses, mais bien pour montrer que ses ambitions sont «no limits».

Suchet
En compagnie de Gabriel Berclaz, son team manager.

Ambitions à la hausse

Les raisons de son optimisme sont nombreuses… Après une saison 2016 durant laquelle Sébastien Suchet a parfois joué de malchance en se faisant percuter alors qu’il occupait des places de choix, victime aussi d’ennuis techniques, il a tout de même pu mesurer sa bonne forme et son potentiel grâce à deux septièmes places acquises de haute lutte et ainsi revoir ses ambitions à la hausse… Avec la Superbike en point de mire. «Pourquoi pas, si tout se passe bien cette année», confie-t-il encore. Cette année, le Vaudois fera partie, pour la deuxième saison, du team valaisan Berclaz qui le fera courir au guidon d’une nouvelle moto, la BMW S1000 RR. De plus, cette équipe soudée autour de passionnés disposera du «suivi» de la marque, de l’aide de l’infrastructure et des ingénieurs de BMW Italie. Gage de performances à la clé. «Parallèlement, je participerai à deux courses du championnat du monde d’endurance, aux 24 Heures du Mans et aux 8 Heures de Suzuka avec une Suzuki du team français R2CL.» Un team pour lequel il n’aura qu’à s’occuper des déplacements et prendre place sur la selle. «L’endurance est un tout autre monde que la Superstock 1000. Ici, on ne cherche pas à gagner un dixième, on essaie de ne pas le perdre et j’adore ça», justifie-t-il. On le répète souvent: la Suisse, ce petit pays qui n’a pas de circuit pour sublimer les pilotes talentueux, en dispose pourtant à foison. Sébastien Suchet en fait partie. Et un top 5 dans sa catégorie est réalisable, sans forfanterie!

Suchet
Sébastien Suchet pose avec sa belle, la nouvelle BMW S1000RR.
Photos: Jean-Guy Python
Cet article a paru sous une autre forme dans le quotidien "Le Matin"

Auteur

Claude Bovey

Claude Bovey

Claude, comme son coéquipier, vit avec la passion du 2 roues qui lui hérisse toujours les poils, en toutes circonstances. Il est père de trois enfants et de quatre petits enfants… Et l'un d'entre eux s’appelle… Valentino! Allez savoir pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements