Jean-Marc Briant, le seigneur de la selle au travail
Artisan

Jean-Marc Briant, le seigneur de la selle au travail

Sa petite entreprise, sise en Savoie voisine, ne connaît pas la crise. Rencontre avec un passionné.

L’article qui suit, consacré au sellier français Jean-Marc Briant, est issu du blog des Zavalbitumes, où les aventures d’une famille de Vaudois qui s’apprêtent à acomplir un périple à quatre en Angleterre aux guidons d’un side-car de marque Zeus et d’une BMW R 1200 GS. Ils ont demandé au célèbre artisan établi en Savoie de refaire les sièges du Zeus. Pour rappel, Jean-Marc Briant a appris son métier à seize ans avec son père, et ce dernier a plus ou moins inventé les tabliers protecteurs et les sacoches de réservoir. Aujourd’hui, la petite entreprise familiale tansforme 2500 selles en moyenne par an et emploie 4 personnes dans 90 mètres carrés d’atelier, dans la région de Chambéry.
« Changer de selle. La question se pose généralement pour 3 raisons. Les mousses se sont fatiguée et le confort de votre séant n’est plus ce qu’il était, le modèle sportif a été livré avec version bout de bois en guise de selle ou la forme/hauteur de la selle vous empêche de mettre les 2 pieds par terre. Mais c’est souvent une modification que l’on ne s’autorise pas facilement pensant que c’est impossible, fastidieux ou dispendieux. Que nenni! Rien de plus facile que de refaire faire sa selle. Et si l’envie vous en dit, vous pouvez même en profiter pour créer un design perso pour ajouter par exemple un petit liseret aux couleurs des jantes. Par contre, rien de plus difficile que de trouver le bon artisan. Ils sont peu. Les vrais selliers moto qui font cela depuis longtemps sont en effet peu nombreux. Nous avons de la chance car les deux plus reconnus se trouvent dans la proche région Rhône Alpes en France. »
Briant« Il y a deux écoles en matière de selle. Les adeptes du gel (type silicone) et ceux de la mousse (type Bultex). Si le gel peut sembler être une avancée intéressante, à l’usage,
il souffre de 3 principaux défauts: il se durcit en hiver, devenant très inconfortable, il chauffe en été, allant jusqu’à brûler votre fessier, et enfin le gel s’écrase, formant une bosse là où vos fesses ne sont pas et du coup diminuant la couche moelleuse sous votre popotin.Bref, à prix égal, la mousse apporte plus de confort et de sérénité. »
« Ce matin-là, nous sommes partis de bonne heure – 5h du mat’ – pour aller déposer notre side chez Briant, l’artiste du Bultex, à Chambéry. Ce petit atelier familial est LE spécialiste des selles moto. Lui ne jure que par la mousse. D’ailleurs, en 2 heures que nous avons passé sur place, il a refait 2 selles en gel que leurs propriétaires ne supportaient plus… »
« Le tarif moyen pour refaire une selle (changer les mousses et le cuir) est de 300 €. Le temps pour la refaire varie entre 2h30 et 3h suivant la complexité de la selle. A moins que vous ayez une Goldwing ou un side, auquel cas il y a plus d’un jour de travail (et il faudra compter 800 € environ). »
« Le tenancier – Jean-Marc Briant – est un sacré personnage. Il a embarqué dans son aventure son épouse, sa fille, et son gendre. Vous apprécierez sa gouaille! Son métier, il le tient de son papa. M. Briant père était une sommité dans le monde de la moto et de nombreuses stars du circuit venaient chez lui exclusivement. Il avait commencé dans la bagagerie et on lui doit probablement un des premier modèles de sacoche de réservoir. Il a transmis son savoir faire à son fils ainsi que la passion de la moto. Au décès du père, c’est l’entreprise Bagster qui s’est portée acquéreur. Pour eux, cela faisait une évidence de ne pas laisser perdre ce savoir faire. »
« Mais peu de temps après avoir monté et formé les équipes, Jean-Marc s’est vu remercié.La pilule a été dure à avaler. Et se retrouver sur le carré à 50 balais, pas facile à gérer. Il trouvera un emploi d’abord en Savoie et acceptera de s’exiler de sa Normandie pour venir là où le travail le portera. Mais l’entreprise qui faisait de la sellerie de voiture va péricliter, le laissant une fois de plus sur le carreau. »
« C’est donc avec une vieille machine achetée en brocante et installé sur la table de sa cuisine qu’il va se lancer. Et le bouche à oreille va aller si vite qu’il ne lui faudra que peu de temps pour ouvrir son atelier. Il avoue s’amuser encore comme un fou. Il aime son métier et ça se voit. »

Très demandés

« Ils sont tellement demandés que pour avoir un rdvs le samedi, il faut attendre octobre (nous sommes mi-juillet) et si vous acceptez de venir la semaine, alors rdvs en septembre. Les motards viennent non seulement de toute la France, mais de toute l’Europe. »
Briant
La découpe des éléments en tissu, à la main.

« Votre selle se fait sous vos yeux, suivant vos choix de cuir (il a un choix de fou). Elle est ajustée à votre taille, tient compte de votre poids et de vos préférences. Vous pouvez même la rendre chauffante! »

« En 2h passées sur place, nous l’avons vu recevoir 4 personnes. Un local, qui venait rabaisser sa selle pour mieux toucher par terre, un autre qui refaisait sa selle sportive, un Parisien en K16 (BMW K 1600) qui refaisait sa sellerie afin de pouvoir profiter confortablement de sa monture (70 ans la mamie!!) et pouvoir faire ses 10’000 km annuels. C’est eux qui avaient fait faire une selle gel et ne la supportaient plus. Et un autre venu changer sa selle en gel avec une petite routière. »

« Les selles leur arrivent par poste! Ils en reçoivent 4-5 par jour. Aidé d’une apprentie, ils n’arrêtent pas de la journée, dans la complicité et la bonne humeur. La mousse vole, la machine file, ça colle, ça dégrafe, ça agrafe et bim, la selle est finie. J’ai pris quelques images pour vous montrer les coulisses… »

La sellerie Briant

[gss ids= »23365,23362,23356,23364,23363″ name=briant1 options= »timeout=4000″ carousel= »fx=carousel »]

Et aussi un petit film…

Photos: Sandrine Szabo
article rédigé par Sandrine Szabo pour actumoto.ch

Article mis à jour le 28 juillet 2016 à 18:38

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - la cinquantaine, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

  • Didier

    Bonjour, je viens d’acheter une moto BMW S1000XR et je souhaite abaisser la selle (déjà basse) de 2 cm. Il s’agit de la selle d’origine en plastique moulé. Est-ce possible ?

    • Jérôme Ducret

      Bonjour,

      Je doute que l’on puisse encore abaisser cette selle-là. Par contre il y a probablement quelque chose qui peut être fait avec les suspensions et le cadre. Le mieux étant de voir cela avec un concessionnaire.

      Bonne journée

      Jérôme Ducret, rédacteur responsable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements