Coucou aux Rousses, puis un coup de Faucille
Genève-nord

Coucou aux Rousses, puis un coup de Faucille

Rien de tel pour se rafraîchir que de sortir de la cuvette genevoise et de prendre un peu d’altitude. Pour ce faire, on est obligé de sortir du territoire suisse. Côté nord de la cité de Calvin, on peut par exemple aller du côté de Nyon et monter en direction de Saint-Cergue. Après une large boucle en France, on pourra redescendre par le col de la Faucille, qui vous dépose à Gex. Un parcours d’en gros une demi journée, auquel on peut ajouter une pause repas de midi.

La route de Saint-Cergue, connue aussi sous le nom de route blanche, est plaisante, avec un bon revêtement et une chaussée assez large qui serpente entre les arbres. Il y a quelques épingles faciles, et des séries de virages ondulants. Il faut juste faire gaffe au trafic, tant automobile que sur deux-roues, qui peut parfois s’avérer conséquent, et qui génère souvent des accidents, malheureusement.

Une fois à Saint-Cergue, la route continue à travers pâturages jurassiens vers le col de la Givrine (1232 m, direction Morez), et la localité (suisse toujours) de la Cure, qui est aussi le terminus du train Nyon-St-Cergue. Il y a quelques café en route, si l’on a besoin d’une pause.

A la frontière, on note le célèbre bistrot qui est moitié suisse, moitié français. On peut continuer jusqu’à la commune française des Rousses, qui est nantie d’un petit lac charmant et de nombreux établissements publics.

Pause repas aux Rousses

On vous recommande le Chalet Regain, au centre du village, ainsi nommé en hommage au chien du propriétaire, dont on voit la photo au-dessus du bar. Les burgers sont bons et originaux. Tout proche, il y a aussi le bistrot et hôtel Le Refuge, avec ses pavés de bison (fermé mercredi et jeudi). Et un peu plus loin, sur la route pour Bois d’Amont et la vallée de Joux, on trouve le Manoir de Montagne, anciennement le Chamois (c’est encore ce nom sur les panneaux), qui est plus gastro.

Saint-Claude, capitale de la pipe

La route que l’on vous propose descend ensuite jusqu’au village voisin de Morez. Une belle descente, sur une route large à souhait. De quoi se mettre dans le groove et trouver sa vitesse de croisière. Sortir au panneau Morez-centre, avant le viaduc. Et après avoir traversé ledit centre, prendre la D 69, qui remonte en direction de Saint-Claude. Le revêtement est moins top, mais la route est facile, entre les feuillus et les conifères.

Faucille
La descente sur Saint-Claude.

Après un long parcours assez droit, la départementale redescend de manière dynamique. On a droit à un belvédère donnant une vue sympa sur Saint-Claude. Et après, il faut se concentrer, car le rayon des virages et la largeur de la route varient sans cesse. Un café sur la place centrale de Saint-Claude permet d’admirer la statue en forme de pipe géante – si, si, cette localité est un peu la capitale de la pipe. Pour fumer.

Quand on est prêt à repartir, il faut prendre la direction Genève. Et pas Chaumont. La route serpente un moment à fond de vallée, en surplomb de la rivière Tâcon. C’est la D 436. L’indication *col de la Faucille » ne figure pas encore. Continuer à suivre les panneaux « Genève ». Lorsque l’on quitte les localités, on a de nouveau droit à de beaux virages. Et même à un rocher incroyable bardé d’une cascade, baptisé Le chapeau de Gendarme.

Faucille
Le Chapeau de Gendarme, avec la cascade du Cheval.

On arrive ensuite à un premier plateau, à Septmoncel. Il faut poursuivre, contrairement aux apparences, ce n’est pas le sommet. Cet été 2016, des travaux imposent de suivre une déviation après Septmoncel pour Lajoux, Gex et Genève. A Lajoux, on redescend, toujours sur la D 436. Lä encore, il y a de beaux virages, fluides, ponctués de grandes épingles régulières, jusqu’à Mijoux. La route a été refaite récemment.

Balcon sur le Mont Blanc et le Léman

Et on attaque alors la dernière montée du parcours, en direction du col de la Faucille (1323 m). C’est là que l’asphalte est le plus bosselé. Rien ne sert de forcer l’allure. On s’élève dans une végétation de plus en plus montagnarde, et l’on finit par déboucher après un virage à gauche aveugle sur une tranchée qui laisse voir, au loin, le Mont Blanc.

La descente de la Faucille est magnifique. Il y a au moins cinq points de vue sur le Léman, le Salève et, par beau temps, le Mont Blanc. Il faut juste faire gaffe au bitume, qui peut s’avérer glissant, tout spécialement s’il est mouillé.

Pour voir les autres propositions de balades . Et pour nous en proposer de nouvelles.

Photos: DR

Commentaires2 commentaires

2 commentaires

  • Olivier

    Bonjour
    Je suis motard depuis un petit, et je ne vais pas tarder à racheter une moto même si j’hésite encore sur le modèle .
    Je souhaiterais vous rejoindre pour les prochaines ballades .
    Si vous êtes d’accord
    Je vous souhaite un bon week-end et bonne route

    • Jérôme Ducret

      Hello. Ce sera avec plaisir. Nous allons organiser en juillet une balade en petit groupe, avec petite finance d’inscription pour le repas et le guide, et probablement une animation en route. On vous tient au courant.

      Jérôme Ducret/rédacteur responsable actumoto.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements