La Shiver et la Dorsoduro grandissent grâce à un nouveau moteur
Nouveautés 2017

La Shiver et la Dorsoduro grandissent grâce à un nouveau moteur

Le groupe Piaggio remet à niveau sa naked Shiver et son supermotard routier Dorsoduro. Les deux motos bénéficient d’un nouveau bicylindre de 900 c – au lieu de 750 – d’une partie-cycle revue et d’une électronique mise à la page.

Quand la première Aprilia Shiver 750 est apparue en 2007, elle a porté sur la route une technologie révolutionnaire pour le monde moto. Celle du « ride by wire », autrement dit l’accélérateur électronique. Aujourd’hui, la majorité des modèles de la majorité des constructeurs en sont équipes. Et la Shiver était devenue une veille moto, ou presque. Le groupe Piaggio, propriétaire de la marque, a attendu le salon de la moto EICMA 2016 à Milan pour révéler une nouvelle version mise à la page de son roadster de moyenne cylindrée.

Voici donc la Shiver 900 (à gauche sur la photo ci-dessus), qui est une nouveauté 2017. Et avec elle la Dorsoduro 900 (à droite), également pour 2017, et qui partage le même moteur et le même châssis. La « Dorso » est elle aussi une évolution d’un modèle 750 qui utilisait le même bicylindre en V refroidi par liquide que la première Shiver.

Shiver
Le nouveau propulseur Aprilia, conforme à Euro 4, plus puissant et plus coupleux.

Le V Twin à 90 degrés de ces deux nouveaux modèles – ou évolutions, c’est selon – dépasse le « seuil » des 95 chevaux, selon Aprilia. Il atteint très précisément 95,2 chevaux à 8750 tr/min, selon les indications données par les communiqués qui parle de la Shiver et de la Dorsoduro 900. Le modèle actuel (Shiver) délivre justement une puissance maximale de 95 chevaux à 9000 tr/min (92 pour la Dorsoduro 750), pour un couple maxi de 79 Nm à 7250 tr/min. On voit donc que l’augmentation de puissance n’est pas significative malgré la croissance de la cylindrée.

Mais pour faire passer les strictes normes antipollution européennes 2017 Euro 4, la modification du volume du moteur était nécessaire. Et c’est le couple qui en bénéficie. Autrement dit, la force d’accélération qui s’exerce sur la roue arrière. On atteint carrément 90 Nm à 6500 tr/min. Le maximum est ici placé plus haut dans les tours que pour les anciens modèles, certes. Mais selon Aprilia, il y a plus de force à tous les régimes. Exactement ce que Ducati a fait pour ses Hypermotard Euro 4, soit dit en passant.

Shiver Dorsoduro
Ce genre de gaminerie sera toujours possible avec la Shiver 900.

Le communiqué explique aussi que l’accélérateur électronique a été révisé. Ce qui est normal, déjà rien que par le fait que l’on change de cylindrée (l’alésage augmente, pas la course, par rapport au 750). Le communiqué nous apprend aussi qu’il est plus léger, de près d’un demi kilo. Sans que l’on sache très bien ce que cela peut apporter  la conduite. A part une perte de poids gage en général de plus de maniabilité. Le Ride By Wire propose toujours trois modes de conduite, Sport, touring ou Rain, où la réponse à la commande des gaz change à chaque fois.

Shiver Dorsoduro
Le look de la Dorsoduro ne change pas fondamentalement. Le moteur, si.

Sur la Dorsoduro, les deux pots d’échappement demeurent placés sous la selle, mais leur partie finale est plus courte, et les flux de gaz brûlants sont dirigés vers le bas. Pour ne pas rôtir le postérieur du passager. A vérifier en chair et en os. C’était une complainte souvent entendue avec le modèle 750.

Antipatinage dérivé de la course

L’autre grosse nouveauté est le contrôle de traction. Il dérive de l’expérience d’Aprilia en course. Et il est certainement très efficace, et suffisamment subtil pour ne pas enlever le plaisir de conduite. Il est paramétrable sur trois niveaux, et on peut le déconnecter.

Shiver Dorsoduro
Un petit air de Street Triple?

La nouvelle fourche télescopique inversée de la Shiver (et de la Dorso), de marque Kayaba, est plus légère, et, étonnamment, moins large que la précédente. Elle est aussi réglable. L’amortisseur arrière ne change pas fondamentalement. On apprend encore que les roues sont plus légères de bien deux kilos, ce qui est considérable et devrait fortement réduire l’effet gyroscopique. Une masse en mouvement circulaire génère en effet une inertie, et donc une résistance aux changements de direction, inversément proportionnelle à la grandeur de cette masse.

Côté freins, rien ne change, c’est toujours du très bon, très dosable, avec un ABS performant.

Shiver Dorsoduro
Les pots d’échappement sous la selle devraient moins transmettre de chaleur vers le haut.

Le style de ces deux motos non plus. La Dorsoduro 2017 ressemble fortement à la 2016. Pour la Shiver, les habillages et les couleurs évoluent un poil et sont moins gris. Il y a du rouge et du noir là où il faut pour donner une image plus moderne.

Soit dit en passant, l’augmentation de cylindrée ne fait pas disparaître la possibilité d’avoir ces deux motos en versions bridées à 35 kW de puissance, pour les permis A limités (A2 en Europe, ailleurs qu’en Suisse).

On va attendre encore un peu avant de savoir combien coûteront ces nouvelles Dorsoduro et Shiver en Suisse. Patience!

 

 

 

 

Photos: Groupe Piaggio
Comm. groupe Piaggio

Article mis à jour le 13 novembre 2016 à 18:28

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements