Comparatif néorétro – Gentlemen, start your engines!
Comparatif néo-rétro 2016

Comparatif néorétro – Gentlemen, start your engines!

Nous avons mis à l’épreuve trois motos surfant de manière différente sur la vague « nostalgique ». La Triumph Street Twin, le Scrambler Ducati (800) et la Yamaha XSR 700.

Depuis quelques années, le segment néorétro a le vent en poupe. Cette catégorie associe des éléments de design empruntés aux origines du deux-roues avec les dernières innovations en matière de technologie. Héritage, nostalgie, tradition sont autant de valeurs originelles que ces engins prétendent (re)produire, pour le plus grand bonheur des motards en mal d’authenticité.

Plus prosaïquement, le goût du vintage est aussi fortement soutenu par l’entrée en vigueur de normes toujours plus strictes qui pénalisent lourdement un certain type de performance. Du coup, pour les accros de l’essorage de la poignée, le retour aux sources se traduit également par un regain d’espérance de vie du « bleu », ces motos n’étant pas (a priori) taillées pour la vitesse.

Pour notre test, nous avons choisi trois modèles d’entrée de gamme, dont le prix de base en Suisse oscille autour des 10’000 francs. Les trois sont des bicylindres de cubage moyen dotés d’une transmission par chaîne et équipés de l’ABS, et c’est à peu près tout ce qu’ils ont en commun.

La Street Twin de Triumph (lire notre test) est la dernière évolution d’un modèle emblématique de la marque anglaise qui est aussi une référence depuis des années dans la gamme classique, la Bonneville. Sa première concurrente est la Ducati Scrambler, qu’il serait plus juste d’appeler Scrambler Ducati (lire notre autre test), tant le constructeur transalpin a distingué ce modèle du reste de sa gamme. Enfin, la Yamaha XSR700 (eh oui, lire aussi notre test!) est la déclinaison néo-rétro de la naked MT07, qui figure actuellement tout en haut du carnet de commandes de la marque aux diapasons et qui caracole en tête des ventes en Suisse depuis plus d’un an.

néorétro
La Street Twin joue à fond la carte vintage

 

Les différences entre les trois prétendantes sont criantes au premier coup d’oeil. La Street Twin revendique avec fierté son héritage classique: bouchon de réservoir chromé, compteur de vitesse analogique, rétroviseurs ronds. A vrai dire, elle ressemble à s’y méprendre à la Bonneville qui a tant contribué à la renaissance de la marque britannique, une petite prouesse si l’on considère la révolution technologique que représente l’introduction du refroidissement liquide et du ride-by-wire.

La Ducati -pardon, la Scrambler- intègre avec élégance des éléments modernes, comme le cache-pot, les garde-boue et le bras oscillant en aluminium, la fourche inversée, la position excentrée du mono-amortisseur à l’arrière, des rétroviseurs profilés, ainsi qu’un cadran entièrement digital.

néorétro
Même le logo reflète la prévalence de Scrambler sur Ducati

Mais le look vintage n’est pas en reste, souligné sur la version Classic par un réservoir jaune moutarde et des caches latéraux en alu du plus bel effet. Le guidon, en V relevé, ainsi que les jantes à rayons confèrent par ailleurs à l’Italienne des airs de supermoto.

Fidèle au slogan « Faster Sons », la Yam est sans aucun doute la plus « moderne » du lot parmi ce groupe néorétro. Le look de la XSR700 n’est pas sans évoquer la filiation avec la XS650 (fin des années 60) ou les premières XJ, mais les lignes sont résolument agressives, à la limite du muscle bike, un effet renforcé par les éléments de châssis et le guidon noir mat.

Deux gros impairs esthétiques à signaler cependant: la protubérance disgracieuse du radiateur et le réservoir en matière plastique, qui porte un sérieux coup à la sensation d’authenticité.

Reste à voir maintenant comment les trois belles s’expriment sur route ouverte. Pour notre test, nous nous sommes rendus sur les hauteurs de Schindelleggi, à la frontière schwytzo-zougoise.

Les joies de la vie de couple

La première chose qui frappe en lisant la fiche technique de la Triumph, c’est qu’avec un cubage nettement supérieur à celui de ses concurrentes, elle affiche une vingtaine de chevaux en moins. C’est donc avec un certain scepticisme qu’on a pris place au guidon de la Street Twin.

Mais le doute prend une autre forme dès les premiers tours de roue, et on se demande si on ne s’est pas trompé en lisant la fiche, tant la Britonne néorétro pousse à bas régime. La réponse se trouve dans la cartographie du nouveau bicylindre refroidi par eau et calé à 270°, qui fait la part belle au couple au détriment de la puissance.

néorétro
La Street Twin compense son manque de puissance par un couple à arracher les bras!

A 3200 tr/min à peine, la Street Twin délivre un couple maxi de 80 Nm à vous arracher les bras, alors qu’elle ne développe que 55 chevaux. Par contre, passé ce moment de bonheur brut(al), on se retrouve sans guère de munitions pour la suite. Comme la transmission de la belle de Hinckley n’est dotée que de cinq rapports sans allonge particulière, une fois passés les 100 km/h, il faut s’armer de moult patience pour glaner encore quelques km/h supplémentaires.

Mais ce n’est visiblement pas dans ce segment que se savoure la Street Twin, qui joue à fond la carte du fun. D’autant plus qu’après une courte phase d’accoutumance, on a tendance à passer le rapport supérieur en sous-régime, avec à la clé la sensation de se retrouver en roue libre, jusqu’à ce qu’une minime sollicitation des gaz vienne nous rappeler que ce n’est pas le cas.

Frein moteur bienvenu

Au rétrogradage, le frein moteur est moteur est puissant et permet d’éviter de toucher au levier une bonne partie du temps. J’ai presque envie de dire heureusement, car le freinage manque de mordant et de répondant, et on se retrouve souvent à écraser le levier plus fort que prévu pour (enfin) obtenir la décélération souhaitée.

Comme mentionné plus haut, l’électronique n’est pas en reste. L’accélérateur est de type ride-by-wire couplé à un système antipatinage déconnectable. L’accès aux différentes fonctions (horloge, conso, 2 trips, rapport engagé) de l’ordinateur de bord est intuitif, sur simple pression d’un bouton judicieusement situé en haut du comodo côté gauche.

Au niveau du châssis, la selle placée à 750mm du sol est un sérieux appel du pied pour les pilotes courts sur pattes et le public féminin, d’autant plus que le réservoir échancré renforce encore l’impression de sveltesse de la Britonne. A signaler également les volutes de chaleur que dégage le nouveau twin sur les jambes, qui peuvent s’avérer fort déplaisantes lors d’arrêts répétés dans la jungle urbaine, à plus forte raison durant la période estivale.

Naked bike en habit d’époque

Autant le dire d’entrée de jeu, la XSR700 joue définitivement plus la carte néo que néorétro. Ce que son look laisse deviner se confirme dès qu’on appuie sur le contact, le moteur ronronne plus qu’il ne rugit, et comme sur la MT07, le best-seller de Yamaha dont elle a hérité du moteur et de la partie-cycle, il faut étriller sa monture pour en exploiter pleinement le potentiel.

Mais attention, cela ne veut en rien dire que la Japonaise est ennuyeuse, loin de là! Le bicylindre de 75 chevaux de 698 cc offre une belle allonge, et les reprises sont généreuses à souhait, pour autant qu’on maintienne l’aiguille du compte-tours au-dessus des 2500 tr/min, et vu que le rupteur est placé 10’000 tr/min plus haut, il y a de la marge.

Extrêmement maniable et agile, la XSR700 a des qualités routières qui n’ont rien à envier au roadster dont elle est issue. Dotée d’une partie-cycle saine et équilibrée, elle se montre parfaitement à l’aise lorsque le rythme de pilotage devient un peu plus soutenu, enchaînant les virages serrés et les grandes courbes avec une précision redoutable et une facilité déconcertante.

néorétro
Maniable et agile, la XSR700 se pilote comme une naked bike

La  Yam est également la meilleure freineuse de notre test. Elle est la seule à disposer d’un double disque à l’avant, 282mm de diamètre avec étriers 4 pistons, qui offre un freinage incisif sans être brutal.

XSR polyvalente

Le bloc compteur, rond et entièrement digital, affiche les informations (certaines utiles et d’autres moins, comme la consommation instantanée) de manière lisible. On peut toutefois regretter que la commande soit placée sur le compteur et pas sur la poignée.

Enfin, le confort et la polyvalence sont aussi au rendez-vous: la XSR 700 se savoure autant en ville que sur les routes de montagne, et (dans une certaine mesure) sur autoroute. En plus – argument ô combien trivial, mais qui nous concerne tous, pauvres mortels que nous sommes – son prix (8520.- francs) est sensiblement inférieur à celui de ses deux rivales.

Toy Story sauce bolognaise

Avec la Ducati, on change de répertoire. Sous ses faux airs de jouet, le Scrambler italien néorétro affiche une désinvolture qui contraste avec ses performances et invite à l’exubérance et à l’amusement. Cela commence dès qu’on prend place sur l’engin: la forme du réservoir et la selle étroite la rendent très facile à prendre en main, y compris pour les petits gabarits.

Le guidon large et placé relativement haut offre une parfaite tenue. En revanche, la position buste relevé, bras écartés et l’absence de toute protection transforment vite les trajets sur l’asphalte tarifé en épreuve d’endurance. Mais bon, ce n’est clairement pas sur ce terrain que la belle aime s’ébrouer.

Les ingénieurs de Borgo Panigale ont affublé le Scrambler d’un bloc Desmodue refroidi par air dérivé de la Monster 796, dont la puissance a été ramenée à 75 chevaux (-12 par rapport à l’original). La sonorité est grave et onctueuse, mais le twin transalpin a tendance à cogner à bas régime, surtout quand il n’est pas encore monté en température.

Ce qui frappe quand on passe les premiers rapports, c’est la brutalité de la réponse à l’ouverture (et à la coupure) des gaz, en décalage avec la sympathique image « bobo-fun » que véhicule la néo rétro bolognaise. Dotée du même rapport poids/puissance que la Yam, l’Italienne est cependant moins évidente que la Japonaise à piloter, en raison de sa position moins portée sur l’avant.

néorétro
Sous ses airs de faux jouet, le Scrambler Ducati est redoutable sur les routes de montagne

Le point de gravité bas et le comportement irréprochable de la partie-cycle confèrent à la Ducati un caractère joueur indéniable en mode grimpette.

Moto joueuse

Ancré au sol, on se sent rapidement en confiance, et tout à son euphorie, on a tendance à oublier les lois élémentaires de la physique au moment de basculer d’un bord à l’autre dans des virages rapprochés.

Vous l’aurez compris, le jouet n’est pas à mettre entre toutes les mains. Le freinage, assuré à l’avant par un imposant disque de 330mm doté d’un étrier à montage radial Brembo 4 pistons, est d’une efficacité et d’une progressivité exemplaires.

Mais la Duc n’est pas dépourvue de défauts. Le plus perturbant est le caractère capricieux de la transmission: le manque de franchise en changeant de rapport se traduit par un faux point mort, qui peut s’avérer fort gênant en conduite sportive. L’étagement de la boîte permet cependant d’exploiter les deux derniers rapports relativement tôt et de profiter de la balade en mode cruiser.

Les commandes ont quelque peu laissé à désirer: le démarreur n’est déjà pas évident à actionner avec des gants d’été, on ose à peine imaginer en hiver; le clignotant n’a quasiment pas de retour, forçant à vérifier après coup si on l’a bien désactivé; enfin l’électronique nous a semblé très peu intuitive.

néorétro
Le compteur 100% digital de la Scrambler, élégant et concis

La consommation mesurée en revanche a plaidé en faveur de la Duc: 4,0 litres à peine mesurés pour 100 km. La Triumph a siroté quelque 4,3 litres sur la même distance, alors que la Yam, qui a pourtant le plus petit moulin, s’est montrée la plus gourmande, avec 4,7 litres. Vous avez dit arsouille?

Galerie photo: trois néorétros

comparo_vintage_2016_trio_2 comparo_vintage_2016_ducati_scrambler_800_logo comparo_vintage_2016_triumph_street_twin_back comparo_vintage_2016_triumph_street_twin_logo comparo_vintage_2016_triumph_street_twin_compteur comparo_vintage_2016_ducati_scrambler_800_compteur comparo_vintage_2016_triumph_street_twin_moteur comparo_vintage_2016_ducati_scrambler_800_bras comparo_vintage_2016_yamaha_xsr700_3 comparo_vintage_2016_triumph_street_twin_2 comparo_vintage_2016_ducati_scrambler_800_2
<
>
Agile, le Scrambler Ducati, avec une position un peu sur l'arrière.

Fiches techniques (Comparatif)

Marque Scrambler Ducati Yamaha
Modèle Scrambler 803 Icon XSR700
Année 2015 2016
Catégorie Scrambler Naked
35kw Oui (35 kW) oui

Moteur

Type bicylindre en L, distribution desmodromique, 2 soupapes par cylindre, Euro 3 2 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 4 soupapes
Cylindrée 803 cc 689 cc
Refroidissement par air/huile liquide
Alimentation injection électronique, corps papillonnés de 50 mm injection électronique
Alésage x course 88 mm x 66 mm 80.0 mm x 68.6 mm
Taux de compression 11 : 1 11.5 : 1
Echappement système d'échappement avec un seul silencieux en acier recouvert d'aluminium, avec catalyseur et 2 sondes lambda

Transmission

Finale par chaîne; pignon de 15; couronne de 46 chaîne
Boîte six vitesses six vitesses
Embrayage APTC multidisque à bain d'huile avec commande mécanique multidisques à bain d'huile

Performance

Puissance max. 55 kW (75 cv) à 8 250 tr/min 55.0 kW (74.8 ch) à 9'000 t/min
Couple max. 68 Nm (6,9 kgm) à 5 750 tr/min 68.0 Nm (6.9 kgm) à 6'500 t/min

Dimensions et poids

Empattement 1445 mm 1415 mm
Poids 186 kg en ordre de marche 186 kg tous pleins faits
Longueur 2100 - 2165 mm 2075 mm
Largeur 845 mm (rétroviseurs) 820 mm
Hauteur 1150 mm (réservoir de liquide frein) 1130 mm
Hauteur de selle 790 mm/selle basse 770 mm, disponible en accessoire


815 mm
Angle de chasse 24° 24,0 º
Chasse 112 mm 90 mm
Angle de braquage 35°
Garde au sol 140 mm

Partie-cycle

Chassis cadre treillis tubulaire en acier type diamant
Suspension Av Fourche inversée Kayaba de diamètre 41 mm fourche télescopique
Course AV 150 mm 130 mm
Suspension AR amortisseur Kayaba avec réglage de la pré-charge bras oscillant et mono-amortisseur (type Monocross)
Débattement AR 150 mm 130 mm
Freinage Av disque de 245 mm; étrier flottant à 1 piston double disque à commande hydraulique, diamètre 282 mm
Freinage Ar disque de 330 mm; étriers 4 pistons à fixation radiale disque à commande hydraulique, diamètre 245 mm
Roue Av jante 10 branches en alliage léger, 3,00" x 18"
Roue Ar jante 10 branches en alliage léger, 5,50" x 17"
Pneu Av Pirelli MT 60 RS 110/80 ZR18 120/70 ZR 17M/C(58V) (Tubeless)
Pneu Ar Pirelli MT 60 RS 180/55 ZR17 180/55 ZR 17M/C(73V) (Tubeless)

Consommation

Annoncée 4.3 l/100km
Réservoir 13.5 l d'essence 14 l d'essence
Vérifiée 4,0 l/100 km

Autonomie

Vérifiée 337 km

Catalogue

Coloris jaune ou rouge Forest Green, ou Garage Metal, ou 60th Anniversary (jaune)
Disponibilité De suite, mais délais de livraison possible au vu de la forte demande pour ce modèle de suite
Prix Icon 9990 fr. (version rouge) 10 190 fr. (version jaune) Urban Enduro; Full Throttle; Classic 11 990 fr. XSR 700 ABS inclus TVA, frais et 3 ans Swiss-Garantie 8520 fr. XSR 700 ABS 60th Anniversary inclus TVA, frais et 3 ans Swiss-Garantie
Options/Accessoires De série: réservoir en acier avec panneaux latéraux interchangeables, feu avant avec verre, guide lumineux LED et protection en aluminium interchangeable, feu arrière à LED avec diffusion de lumière, instrumentation LCD avec protection en aluminium interchangeable, couvre courroies en aluminium usiné, espace de rangement sous la selle avec prise USB.
Photos: André Lehmann

Article mis à jour le 20 octobre 2016 à 09:46

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements