Avec le Tricity, Yamaha offre la troisième roue
Yamaha

Avec le Tricity, Yamaha offre la troisième roue

Le Tricity, scooter à trois roues inclinables fabriqué par Yamaha, utilise une moteur de 125 centimètres cubes, coûte 4590 francs et pèse 152 kilos

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]Le centre d’Amsterdam n’a rien à envier aux pavés parisiens, ni aux grilles d’égoûts londoniennes. C’est là que Yamaha a choisi de convier la presse européenne pour tester son nouveau scooter à trois roues, les Tricity. Une promenade entre les canaux, dans les ruelles, en évitant les nuées de cyclistes qui surgissent souvent sans crier gare de n’importe quel coin de rue… dans ces conditions, l’agilité et la stabilité du Tricity font merveille. Ses deux roues avant s’inclinent de concert en virage, comme sur un Piaggio MP3 ou un Peugeot Métropolis. Mais le Yamaha, doté d’un « petit » moteur de 125 centimètres cubes, est nettement plus léger, son train avant est plus compact, et cela se sent en roulant. Yamaha a voulu conserver une tenue de route proche de celle d’un scooter traditionnel à deux roues, tout en jouant de la roue supplémentaire pour ajouter juste ce qu’il faut de sentiment de sécurité au guidon. Le public ciblé n’est en effet pas prioritairement celui qui conduit déjà un deux roues, mais plutôt celui qui en a marre de la voiture dans les embouteillages et se sent tenté par un moyen de transport plus léger et économe, sans renoncer à une certaine dose de rapidité.Tricityaction1 De ce point de vue-là. l’exercice est réussi. Le Tricity est un peu plus stable à basse vitesse qu’un scooter urbain classique, mais à son bord, on peut malgré tout se glisser dans de véritables trous de souris et changer de direction d »un battement de paupière.

De quoi éviter les vélos et progresser en plein coeur de la Venise du Nord à des allures insoupçonnables. Le train avant multiplié facilite aussi les détours par les trottoirs pour éviter des obstacles. Comme sur un MP3, mais le Yamaha est bien plus léger et demande moins d’effort. On note au passage qu’il n’est pas possible de « bloquer » ce train avant a l’arrêt, contrairement aux Piaggio et Peugeot. On pose donc au moins un pied dès qu’on s’arrête. Son propulseur, bien que ne dépassant que de peu les 11 chevaux, est brillant en ville, et n’est pas ridicule non plus sur voie plus rapide. La vitesse de pointe varie cependant en fonction des conditions atmosphériques et de la pente. Nous avons pu pousser jusqu’à un peu plus de 105 km/h. Mais dès que le vent arrive de face, on peine à dépasser les 90 km/h. Pas de quoi envisager la vraie autoroute avec plaisir, mais un boulevard périphérique à l’heure de pointe ne pose pas de problème. Kazuhisa Takano, Project leader de ce véhicule, affirme qu’il s’agit d’un engin que toute la famille peut conduire, sous-entendu aussi bien une conductrice qu’un conducteur, et à partir de 16 ans puisque c’est un 125 (sauf, faut-il le rappeler, en Suisse). Il dit aussi qu’il est pensé pour fun et confortable. Ce dernier point a aussi fait l’objet de pas mal de développement. La position de conduite est droite, relax, avec le guidon est bien placé. On peut bouger sur la selle épaisse, mais il ne faut pas se poster trop en avant, car la forme légèrement plus large empêche aux courtes jambes de bien poser les pieds à terre. Un passager a droit lui aussi à une assise confortable, et à des poignées amples. Nous n’avons cependant pas eu l’occasion de tester le Tricity à deux. Le coffre sous la selle, de 20 litres de contenance, peut engouffrer un casque intégral sans problème, et il existe un crochet où suspendre un autre casque ou un panier à commissions devant le pilote, le tout aidé par la plateforme bien plate sur toute la largeur du scooter. Tricityaction3Grâce à l’excellent travail du train avant si particulier, dont la technologie, bien qu’à deux roues, est inspirée paraît-il du Moto GP, on ne sent que rarement les petites bosses et trous de la route. C’est moins vrai pour l’arrière, dont le confort demeure cependant très acceptable, grâce à la légèreté d’ensemble du Tricity.

Et la tenue de route est excellente, ce qui vient aussi d’une répartition optimale des masses en mouvement. Yamaha a ainsi placé le réservoir d’essence à quelques millimètres du centre de gravité du scooter. Pas de différence notable donc selon le degré de remplissage dudit réservoir! Le Tricity est fabriqué dans une usine thaïlandaise de Yamaha. La qualité des finitions n’en souffre aucunement, à une exception: le mécanisme de serrure, qui fait vraiment cheap. Au rayon des accessoires, on trouve de tout: pare-brise haut, dosseret de selle, poignées chauffantes, tablier de protection contre les éléments, support pour GPS, etc. Cet engin d’un genre nouveau va-t-il rencontrer son public en Suisse, où les trois roues inclinables n’ont jamais eu le même succès qu’ailleurs en Europe? on le souhaite pour Yamaha, dont l’importateur helvétique Hostettler est conscient qu’il faudra faire quelques efforts pour faire connaître le Tricity. « Nous allons réfléchir, ensmble avec nos concessionnaires, afin de trouver la meilleure façon d’accompagner les acquéreurs de ce trois roues », déclare Peter Manzanarès, responsable du marketing et des relations presse de Hostettler. Il n’est pas exclu que des premiers cours de conduite fassent par exemple partie du paquet acheté avec le Tricity.

Par Jérôme Ducret/Amsterdam

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_video title= »Le Tricity en action à Amsterdam » link= »http://youtu.be/M5lqyFKNGc8″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Fiche technique

Moteur Monocylindre de 124,8 cc, course longue, deux valves, SOHC, refroidi par liquide, injection 3D, transmission secondaire par variateur automatique CVT.

Partie-cycle Cadre périmétrique en tubes d’acier. Double train avant avec roues de 14 pouces, reliées par un cantilever. Chaque roue avec une double fourche télescopique de 90 mm d’excursion. Bras oscillant à l’arrière, deux amortisseurs à ressorts non réglables. Roue arrière de 12 pouces. Système de freinage combiné: le levier gauche actionne les freins sur les trois roues, le levier droite sur le seul train avant.

Performances Puissance maximale: 11,01 CV à 9000 tr/min. Couple maximal: 10,4 Nm à 5500 tr/min. Vitesse de pointe: entre 88 km/h et 113 km/h.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]Dimensions et poids Longueur: 1905 mm. Largeur hors tout: 735 mm. Largeur du train avant: 385 mm. Empattement: 1310 mm. Hauteur de selle: 780 mm. Poids à sec: 146 kg, 152 avec les pleins. Répartition des masses AV/AR: 50%/50%.

Consommation Selon Yamaha, jusqu’à 40 km/l. Réservoir de 6,6 l.

Couleurs, prix, disponibilité En noir, gris mat, blanc ou rouge, à partir du mois d’août, pour 4590 francs[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_column width= »1/2″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][/vc_column][vc_column width= »1/2″ css= ».vc_custom_1406126818567{background-color: #d8d531 !important;} »][/vc_column]

Article mis à jour le 13 mai 2017 à 14:27

Auteur

Jérôme Ducret

Jérôme Ducret

Journaliste - 53 ans, 1m70, 80 kg - habite à Lausanne - marié, deux enfants. Aime les Italiennes et les Anglaises (les motos, bien sûr), mais n'est pas sectaire. A l'aise dans les ronds-points et les petites routes, et s'est découvert récemment une passion pour l'Aventouring en tout-terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Created with love by netinfluence agence digitale
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle
Suivez l'actualité du monde de la moto, les nouveautés et l'agenda des événements